Open jazz
Magazine
Vendredi 8 mai 2020
54 min

Spéciale Keith Jarrett, "Jarrett essentiel"

Keith Jarrett, 88 touches et 75 printemps

Spéciale Keith Jarrett, "Jarrett essentiel"
Keith Jarrett, © Getty / David Redfern

« Je pense que les artistes les plus importants sont ceux qui sont conscients de l’impossibilité d’aller au bout de leur tâche. Et qui la poursuivent malgré tout ». Au jour de ses 75 printemps, cette confidence de Keith Jarrett ressemble furieusement à un autoportrait !  Il est né à Allentown, en Pennsylvanie le 8 mai 1945 ! Il vit aujourd’hui à 45 minutes de là, en pleine forêt, tout près d’un lac silencieux, dans une vieille maison du 18ème siècle qu’il a restaurée, la grange faisant office de studio de musique. Les deux mains dans le jazz, un pied dans le classique et les yeux encore émerveillés du mystère de l’improvisation. Keith Jarrett se plait à dire que dans les bons jours il se sent traversé par la musique. Mystique ? Plutôt philosophe : l’inconnu le rassure

Le background ? De sages études classiques, une professeur adorée, des débuts chez Art Blakey en guise d’université populaire, la révélation au sein du quartet de Charles Lloyd à 21 ans, un passage turbulent chez Miles Davis qui l’envoie au coin des claviers électriques qu’il détestera… Et puis, une impressionnante carrière en leader : un premier trio avec Charlie Haden et Paul Motian, un quartet américain avec ces deux-là plus Dewey Redman, un quartet européen avec Jan Garbarek, un trio nommé Standards avec Gary Peacock et Jack DeJohnette… et 45 ans de récitals en piano solo, dont le cultissime « Köln Concert » n’est que la partie émergée. Ce musicien habité, « traversé par la musique » comme il se plait à le dire, est l’un des plus éblouissants improvisateurs que le jazz ait produit en un siècle. 

Au menu de cet Open Jazz spécial, un inédit révélé aujourd’hui par la label ECM, en avant-première d’un promis à la rentrée, celui d’un concert à Budapest en 2016. Et une proposition de « Jarrett essentiel », en totale subjectivité : quatre albums que j’emporterai bien sur une île déserte…  ( Alex Dutilh ).

Programmation musicale

Keith Jarrett  « Budapest »
Answer Me, My Love (Gerhard Winkler, Fred Rauch)
Keith Jarrett (piano)
ECM

Keith Jarrett
Keith Jarrett, © Courtesy ECM

Keith Jarrett « Treasure Island »
The Rich (And The Poor) (Keith Jarrett)
Keith Jarrett (piano)
Dewey Redman (saxophone ténor, tambourin)
Charlie Haden (contrebasse)
Paul Motian (batterie)
Guilherme Franco (percussions)
Danny Johnson (percussions)
Impulse !

 « Treasure Island »
« Treasure Island »

Keith Jarrett « Personal Mountains »
Personal Mountains (Keith Jarrett)
Keith Jarrett (piano)
Jan Garbarek (saxophone)
Palle Danielson (contrebasse)
Jon Christensen (batterie)
ECM 1382  

« Personal Mountains »
« Personal Mountains »

Keith Jarrett  « Still Live »
Autumn Leaves (Joseph Kosma, Jacques Prévert, Johnny Mercer)
Keith Jarrett (piano)
Gary Peacock (contrebasse)
Jack DeJohnnette (batterie)
ECM 1360/61

« Still Live »
« Still Live »

Keith Jarrett  « Changeless »
Dancing (Keith Jarrett)
Keith Jarrett (piano)
Gary Peacock (contrebasse)
Jack DeJohnnette (batterie)
ECM 1392         

« Changeless »
« Changeless »
L'équipe de l'émission :