Open jazz
Magazine
Vendredi 13 mars 2020
54 min

Snorre Kirk, un écrin pour Stephen Riley

Le bandleader, compositeur et batteur norvégien Snorre Kirk, installé au Danemark, revient avec un nouvel album en quartet, “Tangerine Rhapsody” qui paraît chez Stunt Records/Una Volta Music, avec le splendide saxophoniste américain Stephen Riley.

Snorre Kirk, un écrin pour Stephen Riley
Snorre Kirk & Stephen Riley, © Stephen Freiheit

Au sommaire aujourd'hui

  • Snorre Kirk à la Une

Musicien flexible, avec un intérêt prononcé pour la tradition, Snorre Kirk a la réputation d’un batteur loyal, qu’on retrouve souvent derrière les fûts aux côtés des meilleurs jazzmen danois, mais aussi de grand noms de la scène internationale

“Tangerine Rhapsody”
“Tangerine Rhapsody”

Voici déjà quelques années que Snorre Kirk a laissé son empreinte sur le jazz en Scandinavie, et même plus au sud. Après avoir été révélé en France avec “Drummer and Composer” (2017), il a été consacré avec “Beat” un an plus tard (3 clés Télérama, Choc Jazz Magazine) respectivement enregistrés en septet et en sextet, 

Plaisanterie de musiciens ou légende, il se dit que les batteurs sont des bandleaders ratés et que, réfugiés derrière leur kit, il leur est impossible de maintenir leur attention sur l’ensemble de l’activité scénique. S’il n’y avait ne serait-ce qu’une once de vérité dans cette croyance, elle a efficacement été réfutée par Snorre Kirk et son groupe.

Ces dernières années, il s’est aussi épanoui en tant que compositeur accompli. Mais comment le batteur réussit-il à composer des morceaux si mélodieux, qui, dans un écho silencieux, vous rappellent quelque chose que vous auriez déjà entendu puis oublié ? “La plupart du temps, lorsqu’une idée me vient, je la fredonne sur le dictaphone de mon téléphone, la joue au piano puis la couche sur papier. Plus rarement, la mélodie m’apparaît déjà complète,” déclare Snorre. “Quand on l’a suffisamment écoutée, on découvre des choses... On peut emprunter, tant qu’on ne vole pas.”

Au fil des années, Snorre a publié 5 albums en son nom, tous acclamés par la critique. Du fait de ses responsabilités de leader et de compositeur, il s’imprègne de l’ADN de chacun de ses musiciens, afin d’orienter son écriture en fonction de chaque soliste et de créer un son unique. Tout cela ne l’empêchant pas d’être lui-même un excellent instrumentiste : « A la batterie, Snorre Kirk est un modèle de précision économe […] Il excelle aussi aux balais, faisceaux de filaments d’acier qui donne un effet de frottement, dans une tradition qu peu de batteurs aujourd’hui savent rendre à ce point de musicalité » (Sylvain Siclier, Le Monde)

C’est une nouvelle fois au compositeur/batteur qu’on a affaire sur “Tangerine Rhapsody”, en collaboration avec le ténor américain Stephen Riley et à l’équipe habituelle de Snore, réduite ici au pianiste Magnus Hjorth et au contrebassiste Anders Fjelsted.

Stephen Riley s’est également fait un nom dans le nord de l’Europe. Au Danemark, on l’a notamment entendu avec le batteur Thomas Blackman et le bassiste Lennart Giman ou encore sur l’un de ses excellents disques sortis sur le label SteepleChase. C’est à l’âge de 17 ans que le saxophoniste a commencé à faire parler de lui avec quelques apparitions dans les orchestres de Harry Connick Jr. et Ray Charles. Depuis, il a travaillé avec quelques unes des plus grandes célébrités du jazz, allant de Wynton Marsalis à Norah Jones. Avec un son de ténor sublime et des prouesses musicales inégalables, Stephen Riley est considéré par la critique et par ses pairs, comme l’un des talents capables de suivre leur route sans pour autant oublier les grandes voix qui ont fait l’histoire du jazz. C’est donc presque naturellement qu’il en soit venu à se joindre à Snorre Kirk (lors de tournées en 2012 et 2019).

Après leur dernière série de 16 concerts, deux jours en studio ont suffi à enregistrer leur disque commun. Et en bonus, Jan Harbeck, saxophoniste ténor régulier de Snorre et légende locale en son pays, donne la réplique au musicien américain sur deux morceaux !
(extrait du communiqué de presse)

Programmation musicale

Snorre Kirk « Tangerine Rhapsody »
West Indian Flower (Snorre Kirk)
Stunt 19112         

« Tangerine Rhapsody »
« Tangerine Rhapsody »

Snorre Kirk « Tangerine Rhapsody »
Tangerine Rhapsody (Snorre Kirk)
Stunt 19112         

« Tangerine Rhapsody »
« Tangerine Rhapsody »

Jack DeJohnette  « Special Edition »
Ahmad The Terrible (Jack DeJohnette)
ECM 2296-99         

« Tangerine Rhapsody »
« Tangerine Rhapsody »

Carla Bley Big Band « Amarcord Nino Rota »
8 1/2 (Nino Rota)
Corbett Vs Dempsey 051         

« Amarcord Nino Rota »
« Amarcord Nino Rota »

Reverso « The Melodic Line »
Montparnasse (Frank Woeste)
Out Note 631         

« The Melodic Line »
« The Melodic Line »

RP Quartet  « Poney Jungle »
E.S.P. (Wayne Shorter)
Frémeaux 8569         

« Poney Jungle »
« Poney Jungle »

Dominique Fils-Aimé « Stay Tuned ! »
There Is Probably Fire (Dominique Fils-Aimé)
Modulor         

« Stay Tuned ! »
« Stay Tuned ! »

Raul Midon  « The Mirror »
Disguise (Raul S. Midon)
Artistry 7069         

« The Mirror »
« The Mirror »
L'équipe de l'émission :