Open jazz
Magazine
Vendredi 2 juillet 2021
54 min

Roy Hargrove & Mulgrew Miller, tête-à-tête avec l'inédit

“In Harmony” qui paraît le 17 juillet chez Resonance, offre un aperçu rare de Roy Hargrove et Mulgrew Miller, tous deux disparus. Leur duo est une orgie de lyrisme et de feeling, devant les publics du Merkin Hall de New York en 2006 et du Lafayette College d'Easton, Pennsylvanie, en 2007.

Roy Hargrove & Mulgrew Miller, tête-à-tête avec l'inédit
Roy Hargrove & Mulgrew Miller , © John Abbott / Alan Nahigian

Au sommaire aujourd'hui

  • Roy Hargrove & Mulgrew Miller à la Une

Le livret est élaboré avec des photos rares, un essai de Ted Panken, des interviews et des témoignages de Sonny Rollins, Christian McBride, Common, Ron Carter, Jon Batiste, Karriem Riggins, Keyon Harrold, Ambrose Akinmusire, Chris Botti, Robert Glasper et d'autres.

« In Harmony »
« In Harmony »

Coproduit par Zev Feldman et Larry Clothier avec le producteur exécutif George Klabin, “In Harmony” est le premier album posthume de Roy Hargrove depuis le décès prématuré du trompettiste le 2 novembre 2018 à l'âge de 49 ans. Aida Brandes-Hargrove, présidente de Roy Hargrove Legacy, a déclaré : "Kamala, la fille de Roy, et moi-même sommes enthousiastes à l'idée de collaborer avec Resonance et de distribuer cet excellent nouvel album aux nombreux fans de Roy."

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Mulgrew Miller est décédé le 29 mai 2013 à l'âge de 57 ans. Avec “In Harmony”, nous retrouvons la complicité musicale de ces deux géants pour un temps court mais précieux. Et bien que les contextes étaient des concerts dans des grandes salles, l'ambiance se déroule exactement comme elle aurait pu se dérouler à l'époque au club Bradley's, lorsque Roy Hargrove faisait ses premiers pas à la fin des années 80 et que Mulgrew Miller s’imposait grâce à ses associations avec Art Blakey et Tony Williams. Le journaliste Ted Panken, dans son essai détaillé pour “In Harmony”, évoque cette scène et son importance centrale pour le développement de Roy Hargrove, avec des détails saisissants.

Roy Hargrove a déclaré à Ted Panken : " Jouer au Bradley's, c'était comme aller à l'école. C'était comme retrouver ses maîtres. Tu y vas, tu joues, et il y a Freddie Hubbard au bar ! Qu'est-ce que tu fais, sinon donner le maximum… Tout ce que je joue en ce moment, je le dois à cette époque. "

Roy Hargrove venait du Texas, Mulgrew Miller du Mississippi. Chacun d'entre eux s'est abreuvé aux traditions musicales afro-américaines de sa région, absorbant les leçons de la famille, de l'église et des artistes de blues et de soul bien avant de s'immerger dans le langage de leurs ancêtres du jazz. Dans “In Harmony”, les deux musiciens font allusion à ces grands héritages de nombreuses façons, qu'il s'agisse du choix des compositions, des fioritures de l'improvisation ou de détails d'arrangement improvisés mais impeccablement placés.

Nous entendons Roy Hargrove se souvenir de Clifford Brown, Dizzy Gillespie, Blue Mitchell et bien d'autres. Pourtant, il joue du point de vue de celui qui a franchi les frontières des genres en collaborant avec les chefs de file du hip-hop, de la néo-soul et de la musique afro-cubaine, posant ainsi les bases de la nouvelle génération de trompettistes tels que Keyon Harrold et Theo Croker (tous deux sont également cités dans le livret).

Mulgrew Miller, comme l'observe Ted Panken, avait son propre "argot personnel, particulièrement fluide", même s'il s'inspirait aussi de Bill Evans, McCoy Tyner, Herbie Hancock, Chick Corea, Keith Jarrett ou Woody Shaw. "Son concept s'inspirait d’une conception orchestrale du piano dont ont témoigné Art Tatum, Oscar Peterson, Ahmad Jamal et Erroll Garner, mais aussi du blowing piano de Bud Powell, des syncopes et voicings disjonctifs de Thelonious Monk, et de l'ingéniosité mélodique de gourous comme Hank Jones, Tommy Flanagan et Cedar Walton", ajoute Ted Panken.

Tout est là, dans les tempos vifs de What Is This Thing Called Love et Invitation, la ballade majestueuse de I Remember Clifford et Never Let Me Go, ou le funk de Fungii Mama, où l'on peut pratiquement entendre le groove de batterie caractéristique d'Al Foster dans l'original de Blue Mitchell. Ce qui nous amène à une autre observation clé de Ted Panken : ““In Harmony” est le seul enregistrement de toute la discographie de Roy Hargrove à ne pas comporter de batteur”. Mulgrew Miller, quant à lui, n'a qu'un seul album solo et quelques rares duos dans son catalogue, ce qui fait de “In Harmony” une pièce encore plus importante dans son parcours.

"Dès la première écoute de ces bandes, j'ai été immédiatement saisi par la pure virtuosité et la capacité de ces deux maîtres à s'accorder", déclare Zev Feldman, coprésident de Resonance Records et coproducteur de “In Harmony”. "Ils jouent à cœur ouvert. Je trouve personnellement qu'il s'agit des interprétations les plus audacieuses et les plus belles du répertoire classique du jazz que j'ai entendues."
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)

La programmation musicale :
  • 18h06
    Never let me go - ROY HARGROVE , MULGREW MILLER
    Roy Hargrove & Mulgrew Miller

    Never Let Me Go

    Ray Evans. : compositeur, Jay Livingston. : compositeur, Roy Hargrove (trompette), Mulgrew Miller (piano)
    Album In harmony Label Resonance Année 2021
  • 18h15
    OW! (encore) - ROY HARGROVE , MULGREW MILLER
    Roy Hargrove & Mulgrew Miller

    OW! (encore)

    Roy Hargrove, Mulgrew Miller, Dizzy Gillespie : auteur
    Album In harmony Label Resonance Année 2021
  • 18h22
    Peggy's Blue Skylight (Live at Carnegie Hall, New York, NY, January 19, 1974) - CHARLES MINGUS
    Charles Mingus

    Peggy's Blue Skylight

    Charles Mingus. : compositeur, Charles Mingus (contrebasse), John Faddis (trompette), George Adams (saxophone ténor), Hamiet Bluiett (saxophone baryton), Don Pullen (piano), Dannie Richmond (batterie)
    Album Mingus at Canergie Hall Label Rhino
  • 18h36
    Ne me quitte pas (1990) - NINA SIMONE
    Nina Simone

    Ne me quitte pas

    Jacques Brel. : compositeur, Gérard Jouannest. : compositeur, Nina Simone (voix, piano), Alvin Schackman (guitare), Paul Robinson (batterie), Leopoldo Flemming (percussions)
    Album The Montreux Years Label Bmg Année 2021
  • 18h43
    Old folks - DEXTER GORDON QUARTET
    Dexter Gordon Quartet

    Old Folks

    Willard Robinson. : compositeur, Dedette Lee Hill. : compositeur, Dexter Gordon (saxophone ténor), George Cables (piano), Rufus Reid (conbtreasse), Eddie Gladden (batterie)
    Album Willisau 1978 Label Tcb (02452) Année 2021
L'équipe de l'émission :