Open jazz
Magazine
Jeudi 24 mars 2016
58 min

Robin McKelle des deux côtés du miroir

Parution de « The Looking Glass » de Robin McKelle chez Doxie.

Robin McKelle des deux côtés du miroir
Robin McKelle ©Laurent Koffel

Au sommaire aujourd'hui

► Robin McKelle

à la Une
Jazz au Trésor : Horace Silver - There's No Need To Struggle
Jazz Agenda :

  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Salif Keïta vendredi 25 mars à 20h à l'Auditorium de Lyon. Cliquez sur "contactez-nous " et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
    Jazz Culture : Duke Ellington - Music Is My Mistress
    Jazz Trotter : Lisa Hilton - Nocturnal
    TOUS LES TITRES DIFFUSES SONT EN BAS DE PAGE A LA RUBRIQUE "PROGRAMMATION MUSICALE" On connaissait Robin McKelle experte de la soul, du blues, du Rhythm’n Blues, du jazz, de toutes ces musiques de l’âme et de l’émotion. Il y avait fort à parier qu’elle nous conduirait plus profondément sur ces mêmes courants ; c'est finalement avec une légèreté trompeuse qu'elle nous entraîne vers une pop soul raffinée. Robin McKelle n’est jamais là où on l’attend. Elle aime prendre des risques, et c’est exquis. En signant « The Looking Glass », Robin McKelle prend les rênes d’un projet solo produit par Steve Greenwell.

Robin s’est entourée pour ce projet du batteur emblématique du hip-hop au style uniqueGeorge “Spanky” McCurdy (Lady Gaga, Kanye, P. Diddy, The Backstreet Boys, Jill Scott, Floetry) ainsi que du bassiste pop/rock Jack Daley (Lenny Kravitz). Au piano, l’émouvant Ray Angry (Prince, The Roots, D'Angelo, Queen Latifah, Lauryn Hill, Joss Stone, Chaka Khan, Sting, Wynton Marsalis, Ayo, Elvis Costello, Dianne Reeves, Yolanda Adams, Q-Tip et Whitney Houston). À la guitare, son fidèle ami Al Street, qui l’accompagne depuis cinq ans (Sharon Jones & the Dap Kings, Lee Fields, Marva Whitney, Maxine Brown, Darrow Fletcher, The Green Berets et Otis Clay avec the Sweet Divines).

"Chacun à sa manière a apporté son propre son et son propre style aux morceaux et c’était primordial ". Le groove profond de la basse et de la batterie entraîne le piano et les guitares vers de sublimes sonorités et des textures inédites. Et cette voix… Mezzo, profonde, parfois rugueuse pour glorifier nos battements de cœur, brute pour mieux nous prendre par surprise et toujours à vif. Loin des braillards vocaux, Robin n’en fait jamais trop : toujours juste, elle est le moins pour le plus.

Premier album composé uniquement d’originaux, « The Looking Glass » est aussi l’œuvre la plus intime et personnelle de Robin McKelle à ce jour. Faisant la part belle à une écriture libérée de toute influence extérieure, c'est un album introspectif d’histoires qui la racontent, proches ou lointaines, d'où la musique jaillit comme une évidence.

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :