Open jazz
Magazine
Lundi 28 octobre 2013
55 min

Robert Glasper, black culture et piano bouclé

Parution de « Black Radio 2 » du Robert Glasper Experiment chez Blue Note.

Robert Glasper, black culture et piano bouclé
Photo - Robert Glasper - Black Radio 2

Au sommaire aujourd'hui

Robert Glasper à la Une
Jazz Agenda : semaine du 28 octobre au 03 novembre 2013
Jazz au Trésor : The Modern Jazz Disciples - Complete Recordings
Jazz Trotter : Jazz Onze Plus
Jazz Culture : Michel Warlop
Jazz Bonus : Natalie Dessay sings Michel Legrand
♦ Discographie en bas de page

Donner suite à un triomphe fracassant peut s’avérer compliqué. Mais avec l’aide de quelques amis de talent, Robert Glasper Experiment propose un album encore plus riche que « Black Radio » qui lui a pourtant déjà valu le succès et s’est vu récompenser d’un Grammy. Bénéficiant de la contribution d’artistes aussi divers que Common, Norah Jones, Patrick Stump de Fall Out Boy, Brandy, Jill Scott, Dwele, Marsha Ambrosius, Anthony Hamilton, Faith Evans, Snoop Dogg, Lupe Fiasco, Luke James, Emeli Sandé, Lalah Hathaway et Malcolm-Jamal Warner, « Black Radio 2 » ne manque pas de surprendre. Proposant un mélange unique de R&B, de jazz et de hip-hop, franchissant effrontément les frontières séparant ces trois genres, ce disque constitue une rupture enthousiasmante avec les albums précédents.

« Ce disque est un peu différent », explique le natif de Houston. « Je ne voulais pas enregistrer deux fois le même album! Je voulais conserver l’atmosphère et l’esprit de « Black Radio », sans que ce nouveau disque sonne de la même manière ». Etant donné la richesse de son parcours musical, on pourra même s’étonner que l’évolution représentée par « Black Radio 2 » n’ait pas eu lieu avant… Élevée dans un foyer où la Motown, le R'n'B et le gospel rythmaient le quotidien, sa mère chantait et jouait du piano à l'église tout en se produisant dans les clubs de jazz et de blues du coin. À l'âge de 12 ans, Robert Glasper suivait son exemple en jouant au piano à l'église et en accompagnant sa mère dans les clubs de Houston.

Robert Glasper perfectionna sa technique à la Houston High School for the Performing Arts et à la New School University, tout en laissant son goût pour la pop, le hip-hop et le rock façonner sa sensibilité musicale. Dès 2003, Glasper avait déjà multiplié les expériences au sein de formations dirigées par des artistes aussi importants que Christian McBride, Kenny Garrett, Nicholas Payton, Terence Blanchard et Roy Hargrove. Parallèlement, son inclination prononcée pour le hip-hop et le R&B lui offrit l’occasion de nouer des liens dans ces univers musicaux. Inspiré par l’exemple de sa mère, Glasper se mit à mener de front deux carrières, l’une de pianiste jazz, l’autre de musiciens de tournée et de directeur musical pour des artistes comme Maxwell, yasiin bey, Q-Tip et Bilal.

Etant donné la richesse de son parcours et l’étendue de son talent, se produire sous son propre nom n’était qu’une question de temps pour Glasper. Cette même année, il sortit son premier album, « Mood », sur Fresh Sound Records. Blue Note le signa peu de temps après et « Canvas » fut, en 2005, son premier album pour le label, suivi de « In My Element » en 2007 puis de « Double-Booked » en 2009, son premier album à être nominé pour un Grammy où coexistaient son trio acoustique et sa formation électrique Robert Glasper Experiment. Si ces albums étaient profondément ancrés dans le jazz, Robert s’assura d’y mêler ses autres influences musicales. Mais en 2012, il décida qu’il était temps de passer au plat de résistance et « Black Radio » sortit, dans un déluge de louanges de la part des critiques.

« Le monde du R&B avait accueilli « Black love » avec tellement d’amour, que j’ai pris la décision de me concentrer encore plus sur la construction des chansons », explique-t-il. Cette idée en tête, pour « Black Radio 2 », il privilégia les structures propres aux chansons de R&B, capables de mettre en valeur ses qualités de pianistes jazz ainsi que celle des autres membres du Robert Glasper Experiment, Casey Bejamin (saxophone/vocoder), Derrick Hodge (basse) et Mark Colenburg (batterie).

Pour l’aider à mettre en œuvre son idée, Glasper demanda à de prestigieux songwriters R&B de travailler avec lui. Peu après, il s’enferma dans les légendaires Westlake Studios de Los Angeles avec les membres de son groupe et une poignée de chanteurs pour composer le nouvel album. Les douze titres explosifs que l’on retrouve sur « Black Radio 2 » résultent de cette session et de celles qui suivirent, à la fois à Los Angeles et à New York.

Bandeau "programmation" CD
Bandeau "programmation" CD

Robert Glasper Experiment
« Black Radio 2 » I Stand Alone
Glasper, Common, Stump
Blue Note 37 43383

Robert Glasper Experiment
« Black Radio 2 » Let it Ride
Glasper, Muhsina
Blue Note 37 43383

Steve Coleman, Metrics
« A Tale Of 3 Cities » I Am Who I Am
S. Coleman, D. Sarden, Sub Zero, Shahliek, Kokayi
RCA Novus 74321247472

Derrick Hodge
« Live Today » Live Today
D. Hodge, L. Lynn
Blue Note 37 43383

<img src="https://www.francemusique.fr/s3/cruiser-production/2013/10/a9308db6-f958-4bf5-b077-1787dc995230/600_couv_derrick-hodge-livetoday_cover.jpg" alt="Visuel CD - Live Today - Derrick Hodge" itemprop="contentUrl" />
Visuel CD - Live Today - Derrick Hodge

The Modern Jazz Disciples
« Complete Recordings » After You’ve Gone
Creamer, Layton
Fresh Sound 793

Dianne Reeves
« Beautiful Life » Satiated (Been Waiting)
Terri Lynn Carrington
Concord 0888072341715

Michel Warlop
« The Quintessence » Taj Mahal
M. Warlop
Frémeaux 295

Natalie Dessay, Michel Legrand
« Entre elle et lui » Le cinéma
C. Nougaro, M. Legrand
Erato 934145 2

Christophe Laborde
« Wings Of Waves » Icarus Reborn
Christophe Laborde
Cristal 85335

Retrouvez-nous sur Facebook |

Ailleurs sur le web

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :