Open jazz
Magazine
Jeudi 2 octobre 2014
56 min

Ray Charles à l'Olympia, 22 novembre 2000

En avant-première, Ray Charles « Live at l’Olympia » qui paraît le 06 octobre chez Sun Records en CD/DVD.

Au sommaire aujourd'hui

Jazz Culture : hommage à Jacques ThollotRay Charles à la Une
Jazz au Trésor : Jonah Jones - Muted Jazz

Jazz Agenda : 3 invitations pour 2 personnes à gagner pour le concert de Benoit Delbecq & Steve Arguelles à la Dynamo de Banlieues Bleues à Pantin vendredi 03 octobre à 20h30. Cliquez sur "contactez-nous " et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.

Jazz Trotter : Mark Guiliana
Jazz Bonus : Jonathan Mathis
TOUS LES TITRES DIFFUSES SONT EN BAS DE PAGE A LA RUBRIQUE "PROGRAMMATION MUSICALE"

Le 22 novembre 2000, Ray Charles à l’Olympia, le temps s’arrête. Un des témoignages les plus magiques de toute la carrière du chanteur à (re)vivre absolument.

Le 22 novembre 2000, à 20 heures, 2 500 personnes attendent impatiemment l'arrivée de
Ray Charles devant l'Olympia. Le concert s'annonce exceptionnel. Le roi de la soul, accompagné d'un orchestre de 32 musiciens, célèbre ses 70 ans, l'aube d'un nouveau millénaire, et rend hommage à la salle dans laquelle il fit ses débuts européens, en 1960.
Jean-Pierre Grosz, son agent, son producteur et son ami depuis vingt-sept ans, a tout prévu dans les moindres détails : des caméras pour immortaliser l'événement; des techniciens pour enregistrer une heure quarante-cinq de musique en live.

Mais, à 20 h 30, les portes du music-hall sont encore fermées. L'atmosphère devient tendue. La foule envahit les trottoirs, la police intervient et menace d'annuler le concert. Personne ne sait ce qui se passe. Et puis vient le moment où, sans aucune explication, le public peut, enfin, accéder à la salle. Jean-Pierre Grosz monte sur scène et annonce: "Ray Charles est là, mais, en raison d'un imprévu, il jouera sans son orchestre."

Privé de son ensemble, Ray Charles se produit alors avec un trio - basse, batterie, guitare - et en acoustique, ce qui ne lui était plus arrivé depuis cinquante ans, lorsqu'il jouait dans les clubs. Ce concert, aujourd'hui disponible en album et en DVD, est l'un des témoignages les plus magiques de toute la carrière du chanteur. Pierre Papadiamandis, l'actuel mélodiste d'Eddy Mitchell, qui a composé plusieurs chansons pour Ray Charles, dont le célèbre Precious Thing, était présent dans la salle et s'en souvient encore: "On pouvait enfin écouter un Ray Charles débarrassé des clichés. Son piano résonnait comme un orchestre. Sa voix avait vieilli, elle était plus rauque, plissée de rides, mais pleine d'émotion. »

Le bassiste, Tom Fowler, ancien collaborateur de Frank Zappa, monte sur scène en chaussettes: "Trouées! J'avais perdu mes chaussures dans les coulisses, raconte-t-il, mais j'avais retrouvé la joie de jouer avec Ray." Puis, sur le dernier morceau, What'd I Say, Ray Charles lance au public: "Maintenant, c'est à vous de m'aider." Sur un riff de blues, l'Olympia se transforme en un choeur de gospel. Les mains claquent et 2 500 voix s'unissent à la sienne. Aucun bis: "Ray ne revient jamais sur scène, conclut Brad Rabuchin, son guitariste, en parlant de lui au présent. Il ne voit pas pourquoi il devrait y retourner, alors qu'il a déjà dit au revoir et qu'il a déjà donné tout ce qu'il pouvait." A 22 h 30, le concert est terminé. Ray Charles ne reviendra jamais plus à Paris.

« Jamais je n'ai entendu des vides si pleins. » Et, pourtant, ce concert a failli ne jamais avoir lieu.

Ce 22 novembre - "Après avoir passé les quarante-huit heures les plus difficiles de ma vie", avoue-t-il aujourd'hui - Grosz voit défiler son histoire avec Ray Charles: il a 14 ans lorsqu'il entend son idole chanter pour la première fois, en 1960, à l'Olympia, et 28 lorsque, devenu producteur, il lui propose d'enregistrer un titre, Just Because, qui deviendra un tube. A partir de ce moment, les deux hommes ne se quittent plus. Arrive la veille de ce fameux concert où rien ne se déroule comme prévu. A cause d'une succession d'incroyables coïncidences - grève, tempête, accident d'avion - 29 des musiciens sont bloqués à Lisbonne.

"Avant d'entrer sur scène, raconte Peter Turre, *son batteur pendant trente-quatre ans, Ray m'a dit: "On va faire comme au bon vieux temps: on improvise!" Il avait l'air heureux. Quant à nous trois, on n'a jamais eu autant de place pour nous exprimer. Ce concert a été le plus riche, le plus vrai qu'on ait fait avec Ray *. "

La programmation musicale :

    Song For You

    Ray CharlesALBUM : « Live at l’Olympia »LABEL : Sun Records
    Song For You

    Cécile

    Jacques ThollotALBUM : « Quand le son devient aigu… »LABEL : Futura
    Cécile

    Georgia On My Mind

    Ray CharlesALBUM : « Live in Paris, 1961-62 »LABEL : Frémeaux
    Georgia On My Mind

    Bohemia After Dark

    Jonathan MathisALBUM : « Swing mécanique »LABEL : jonathanmathis.com
    Bohemia After Dark

    Are You Sure ?

    Jonah JonesALBUM : « The Unsinkable Molly Brown »LABEL : Blue Moon
    Are You Sure ?

    At Least I’ve Got The Blues

    Jordan OfficerALBUM : « I’m Free »LABEL : Huggy’s Music
    At Least I’ve Got The Blues

    I’ve Got A Woman

    Ray CharlesALBUM : « Live at l’Olympia »LABEL : Sun Records
    I’ve Got A Woman

    I Wonder

    Ray CharlesALBUM : « Live in Paris, 1961-62 »LABEL : Frémeaux
    I Wonder

    This One Is For You

    Mark GuilianaALBUM : « My Life Starts Now »LABEL : Beat Music Prod.
    This One Is For You

    Line 3

    Steve Argüelles, Benoît DelbecqALBUM : « PianoBook »LABEL : Plush
    Line 3
L'équipe de l'émission :