Open jazz
Magazine
Jeudi 17 décembre 2020
54 min

Ramón Valle, Cuba si, cubano

"Il a ouvert une nouvelle voie pour la musique cubaine" a confié Chucho Valdés. Le feu intérieur qui s’entend dans “Inner State”, confirme que Ramón Valle est une perle supplémentaire dans la grande tradition des pianistes cubains. Sortie chez In+Out/Orkhêstra.

Ramón Valle, Cuba si, cubano
Ramón Valle, © Gerherd Richter

Au sommaire aujourd'hui

  • Ramón Valle à la Une

"Si j'étais réalisateur, j'aurais déjà fait mille films", a déclaré Ramón Valle. "Ma musique est pleine d'images, et mon rêve est de montrer à mon public ce que je vois derrière les notes. Cela crée un lien fort entre eux et moi". 

"Inner State"
"Inner State"

Ce lien est encore plus fort quand on voit Ramón Valle en concert dans son format préféré, le trio. Ce Cubain de 55 ans, originaire d'Holguín, est un homme de scène à part entière, qui cultive la vertu du dialogue avec ses partenaires à chaque mesure et crée des phrases surprenantes à chaque instant. Et pourtant, son art de l'improvisation recule toujours au profit de l'inventivité mélodique d'un auteur de chansons. Le résultat de son parcours très particulier. 

La première passion de Ramón Valle était la trompette, ce qui n'est pas étonnant avec un père et professeur qui jouait si bien de cet instrument. Mais au conservatoire, où il est entré à l'âge de huit ans, on lui a demandé à changer d'instrument en raison de son jeune âge. Ramón Valle a choisi le piano. Il en connaissait déjà le son, grâce à ses sœurs, qui pratiquaient toutes le piano. “J_'aurais pu faire ce changement à 12 ans, mais j'ai dit : "Merci, mais non, merci !” Parce que je suis tombé amoureux du piano depuis longtemps. Pour moi, il y a tout un orchestre dans ces touches_". Les idoles de Ramón Valle sont avant tout les héros de sa terre natale : Chucho Valdés, Emiliano Salvador, Frank Emilio Flynn et Peruchín.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

À La Havane, il a aussi appris à connaître la musique de Chick Corea et de Herbie Hancock, et un autre pianiste est devenu sa référence majeure. "Je ressens un lien beaucoup plus étroit avec Keith Jarrett qu'avec toutes les méthodes que j'ai apprises au conservatoire. J'ai découvert des sentiments et un sens dans son jeu ; il ne suit aucune mode. Nous avons des idées très similaires". Les idées de Ramón Valle ? Construire des ponts entre l'idiome sonore des Caraïbes et le reste du monde, sans aucun cliché. Il peut enjamber ces ponts en tant que cosmopolite vivant à Amsterdam…

Ces dernières années, beaucoup de gens me disaient : "Ramón, ce que tu fais est génial, mais pourquoi ne pas ajouter un peu de maracas, de congas et de bongos pour que ça ressemble plus à de la musique latine?” Mais je ne voulais pas me cacher derrière des stéréotypes. Vous n'avez pas besoin de faire face à votre public avec des congas pour être cubain. Être cubain signifie avoir une certaine façon de parler, de bouger et de s'exprimer. Oui, les gens devraient se rendre compte que ce type nommé Ramón Valle vient de Cuba, mais qu'il n'utilise pas de clichés".

Pour réaliser sa musique cubaine du futur, Ramón Valle s'est appuyé à plusieurs reprises - comme il le fait également sur cet album - sur son groupe préféré, le trio. Depuis de nombreuses années, il collabore avec son compatriote à la basse, Omar Rodriguez Calvo, qui vit à Hambourg. Et il a choisi un nouveau batteur polyvalent avec Jamie Peet, qui joue également avec Jasper van 't Hof. "Un trio est parfait pour moi, parce qu'on peut partager la joie et avoir une grande liberté en même temps. C'est comme si trois amis allaient en ville, en se mettant d'accord sur les lieux et les personnes qu'ils vont croiser et lesquels ils préfèrent éviter. Chacun va de A à B, mais chacun à sa façon. C'est en fait comme le tissage des voix dans une fugue de Bach, dans laquelle plusieurs lignes se déroulent en parallèle". Dans chacune des pièces, Ramón Valle laisse de la place aux musiciens accompagnateurs, afin que la basse chaude et chantante de Calvo puisse se déployer tout comme les délicats balais percussifs de Peet, qui s'est merveilleusement fondu dans le langage tonal des Caraïbes.

Les morceaux enregistrés en public au “Porgy & Bess” viennois et au “Kassel Theaterstübchen” puisent dans le répertoire de Ramón Valle des 25 dernières années. Il y a son "hymne" de ses premières années, Levitando, une pièce exubérante de virtuosité et de tendresse, un vol libre au-dessus des tonalités qui montre la créativité débordante de cet homme. Il met en œuvre ses idées sur la musique cubaine du XXIe siècle dans Mamita Yo Te Quiero. "Ici, j'imite l'argot de la rue dans une musique, comment les hommes et les femmes agissent lorsqu'ils flirtent. Quand les Cubains entendent ce morceau, ils veulent danser, mais ils se demandent ensuite : "Où dois-je mettre mes pieds ? C'est parce que je l'ai écrite en 5/4. Si vous voulez faire passer un message, le timing n'a pas d'importance, mais cela devient douloureux lorsque vous vous concentrez sur le temps au lieu du sentiment". Un alliage tout aussi étonnant de tumbao cubain et de virtuosité pianistique est Little, Irreplaceable Things, un hommage au petites choses de la vie, une fleur, un sourire - avec un ostinato à la fin qui ressemble beaucoup au thème de la bande sonore de James Bond.

Ramón Valle montre son côté réfléchi dans Free At Last, une ballade créée à partir d'une improvisation en studio pour son album “Memorias” chez ACT, libre dans son expression et libre dans le son modal. Et il révèle son amour pour les chansons avec son adaptation de l'Alléluia de Leonard Cohen. "Une chanson doit toucher mon âme", a souligné Ramón Valle, qui a déjà repris Michael Jackson et Stevie Wonder. Et enfin, il y a les marques de fabrique très spéciales et intimes de Ramón Valle, qui consacre ses compositions aux membres de sa grande famille. Avec Te Extraño, il rend hommage à sa mère d'une manière très émouvante mais loin d'être trop sentimentale. Cinco Hermanas - avec une intro qui capture les couleurs de Debussy et Gershwin avant que le trio n'allume les feux d'artifice cubains - est dédié à toutes ses sœurs qui se sont consacrées à la musique classique. Dans Zwana (uniquement disponible sur la version vinyle), Ramón Valle fait le portrait de sa femme Marret. "Elle est douce et adorable, mais comme elle est aussi mon manager, elle peut aussi être très directe et autoritaire : Fais ceci, fais cela ! Cette pièce est donc à la fois romantique et déterminée". Stefan Franzen Juillet 2020
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)

La programmation musicale :
  • 18h08
    Free at last - RAMON VALLE
    Ramon Valle

    Free at Last

    Ramon Valle. : compositeur, Ramon Valle (piano), Omar Rodriguez Calvo (contrebasse), Jamie Peet (batterie)
    Album Inner State Label In + Out (IORCD771442) Année 2020
  • 18h18
    1-3-234 - MAL WALDRON
    Mal Waldron

    1-3-234

    Mal Waldron. : compositeur, Mal Waldron (piano), Isla Eckinger (contrebasse), Clarence Becton (batterie)
    Album Free at Last Label Ecm (ECM1001)
  • 18h24
    The choo - MARA ROSENBLOOM
    Mara Rosenbloom

    The Choo

    Mara Rosenbloom. : compositeur, Mara Rosenbloom (piano), Sean Conly (contrebasse), Chad Taylor (batterie)
    Album Respiration Label Fresh Sound (FSNT609) Année 2020
  • 18h34
    Complete Communion - DON CHERRY
    Don Cherry

    Complete Communion

    Don Cherry. : compositeur, Don Cherry (cornet), Leandro 'Gato' Barbieri (saxophone ténor), Henry Grimes (contrebasse), Edward Blackwell (batterie)
    Album Complete Communion Label Blue Note (5226732) Année 2000
  • 18h42
    St Eustache - RENE URTREGER
    René Urtreger

    St-Eustache

    René Urtreger. : compositeur, René Urtreger (piano)
    Album Piano solo Label Lp3 45-Records Année 2020
  • 18h46
    Paloma - RENE URTREGER
    René Urtreger

    Paloma

    René Urtreger. : compositeur, René Urtreger (piano)
    Album Piano solo Label Lp3 45-Records Année 2020
  • 18h49
    Sole - KURT ROSENWINKEL
    Kurt Rosenwinkel

    Sole

    Kurt Rosenwinkel. : compositeur, Kurt Rosenwikel (piano)
    Album Piano solo Label Lp3 45-Records Année 2020
  • 18h57
    Makandja koukoum (j'ai accompagné ma mère à la pêche) - Abdoulaye Nderguet
    Abdoulaye Nderguet

    Makandja koukoum (j'ai accompagné ma mère à la pêche)

    Abdoulaye Nderguet. : compositeur, Abdoulaye Nderguet (voix)
    Album Blues Tchad Label Go Musick
L'équipe de l'émission :