Open jazz
Magazine
Vendredi 10 septembre 2021
54 min

Pat Metheny, l'œil aux aguets

“Side-Eye NYC, V1-IV” est un nouveau terrain de jeu pour Pat Metheny, proposé à de jeunes musiciens qu’il a repérés pour leur potentiel. De nouvelles compositions viennent se mêler à quelques relectures inattendues de grands classiques du maître. Parution chez BMG Modern de ce trio sans bassiste.

Pat Metheny, l'œil aux aguets
Pat Metheny, © Jimmy Katz

Au sommaire aujourd'hui

  • Pat Metheny à la Une
    10 CD à gagner en répondant correctement à la question posée par Alex Dutilh. Cliqure sur "contactez-nous" et laissez vos nom, prénom et adresse postale COMPLETE. 1 CD Pour les 10 premières bonnes réponses. Bonne chance !

Contrairement à bon nombre de musiciens modernes, Pat Metheny a su rester imprévisible au fil des années. Après 20 nominations aux Grammy Awards, dont 12 victoires dans 12 catégories différentes, on peut s’attendre à tout avec un nouvel album de Pat Metheny. En témoigne le grand écart entre ses deux derniers opus. D’un côté, “Road To The Sun”, qui a fait sensation dans le milieu de la musique classique avec ses compositions de musique de chambre délicates et inventives, de l’autre, “From This Place”, élu album jazz de l’année par le magazine Downbeat. L’annonce d’un nouvel album de Pat Metheny est donc toujours un événement. Les surprises sont au rendez-vous.

  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Anja Lechner & François Couturier dimanche 12 septembre à 17h à l'Abbaye Royale de l'Epau à Yvré l'Evêque (72) dans le cadre de la saison Le Mans Jazz de Europajazz. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
« Side-Eye NYC (V1.IV) »
« Side-Eye NYC (V1.IV) »

Qu’est-ce que “Side-Eye” ?

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Avec le projet Side-Eye, j’ai souhaité créer un nouvel espace collaboratif permanent, me permettant d’accueillir tout un ballet de musiciens issus de la nouvelle génération qui ont attiré mon attention ces dernières années”, explique Pat Metheny.

Depuis mes débuts, j’ai toujours bénéficié de l'expérience de musiciens plus âgés, qui m’ont donné la chance de grandir à travers le prisme de leurs propres connaissances et les besoins que leur musique impliquait. J’ai eu envie de me focaliser sur plusieurs jeunes musiciens de la scène new-yorkaise dont j’apprécie le travail et avec lesquels je commençais à développer des affinités. Tous les dix-douze ans, j’ai l’impression qu’une nouvelle “cuvée” de musiciens fait surface et trouve un écho dans ma musique et ce qu’elle représente pour eux. La dernière fois que c’est arrivé c’était l’époque des Joshua Redman, Christian McBride, Brad Mehldau, Antonio Sanchez… Et cela semble recommencer aujourd’hui.” 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Lorsqu’ils débarquent en ville, j’entends parler de ces nouveaux musiciens, qui, par la suite, entrent souvent en contact avec moi pour parler de l’influence de ma musique sur la leur. Quand le temps le permet, j’essaye toujours de les inviter chez moi pour jammer. Très souvent, le feeling se fait naturellement, presque organiquement : la plupart ont grandi en écoutant mes albums et ont joué mes compositions dès leur plus jeune âge, tout comme pour moi et les idoles de mon enfance avec lesquelles j’ai fini par jouer.

Mon très bon ami, le grand batteur Eric Harland, m’a appelé un jour pour me parler deJames Francieset de son envie de travailler avec moi. J’ai suggéré qu’on trouve un bassiste pour organiser une session. Eric a rétorqué “Pas besoin de bassiste avec James!”. C'était une journée incroyable, et c’est de là qu’est venue l’idée de construire une première édition du concept autour du travail et du talent de James.” 

Pat Metheny a intitulé ce projet concept “Side-Eye”, avec pour objectif la création d’un groupe à effectif changeant, alternant entre différentes combinaisons de musiciens. Jusqu’ici, le projet a connu quatre déclinaisons, avec quatre batteurs différents et donc quatre formations différentes, expliquant le sous titre “V.1-IV”. 

Après avoir enrôlé James, j’ai eu envie de me plonger dans le vivier d’excellents batteurs, qui inonde la scène jazz en ce moment.Eric Harland, bien sûr, et pour quelques-unes des premières performancesAnwar Marshall, un des meilleurs nouveaux venus à Philadelphie. Ensuite,Nate Smitha fait une tournée avec James et moi au Japon, c’était fantastique. Puis, pour ce disque,Marcus Gilmore, que je connais depuis ses 12 ans, petit-fils de mon héros, Roy Haynes. Pour les prochaines performances, j’ai invitéJoe Dysonà nous rejoindre. Originaire de la Nouvelle Orléans, c’est lui aussi un immense batteur qui apportera au projet, tout un spectre de nouvelles possibilités.” 

Pour un musicien qui, tout au long de sa carrière, s’est présenté sur scène dans un nombre incalculable de formations, comment Pat Metheny parvient-il à singulariser ses projets les uns des autres ?

J’ai souvent eu plusieurs projets sur le feu, ce qui n'était pas très courant dans les années 70-80 - la plupart des musiciens avait un groupe fixe, et c’est tout. J’ai peut-être été un des premiers à étiqueter mes différents projets, avec des noms distincts et des écosystèmes propres à chacun. En réalité, tout ce que je fais relève du “Pat Metheny Group”, peu importe le line-up ou la teneur du projet. Rien ne change pour moi et chaque projet que je mets en place en tant que leader opère de la même façon, puisque l’objectif reste le même : écrire de la bonne musique pour la meilleure combinaison de musiciens possible, et donner à entendre ce qui m'intéresse musicalement à ce moment donné.” explique Pat Metheny

Un facteur constant de mon travail en tant que leader de groupe est de faire jaillir les forces de chacun des musiciens qui m’accompagnent, de les pousser à donner le meilleur d’eux-mêmes, et cela vaut pour tous ceux que j’invite sur mes différents projets.” 

Sur cet album, plus de la moitié du répertoire présenté est constitué de nouvelles compositions. “En un sens, cet opus ressemble à l’un de mes premiers disques, “Travels”, également enregistré en live, mais introduisant de nouveaux concepts musicaux et de nouvelles compositions.”

Le disque commence avec le titre It Starts When We Disappear, une composition de près de 14 minutes dans la lignée des classiques de Pat Metheny, loin de la formule classique thème-solo-thème, s’articulant autour d’une extrapolation musicale bien plus complexe, ponctuée de solos de Metheny et Francies à tomber par terre.

Fondamentalement c’est un “organ trio”. Mais un “organ trio” du 21ème siècle. James a la capacité de jouer des lignes de basse de la main gauche, qui rivalisent avec celles du grand Jack McDuff, mon “bassiste” favori parmi tous les organistes. De plus, je peux aussi jouer aussi des lignes de basse à la guitare. J’ai voulu pousser le plus loin possible l’idée du trio claviers-guitare-batterie. J’étais curieux de voir ce qu’il se passerait si j’incluais à tout cela quelques-uns de mes instruments “orchestrioniques”, ajoutant une toute autre dimension de challenge à l’équation. On peut l’entendre sur le premier et le dernier morceaux.”

A l’évidence, on entend beaucoup d’autres choses dans ce disque, dont une approche plus classique de l’organ trio sur Timeline, originalement composé pour un album de Michael Brecker en trio avec Pat Metheny et le batteur Elvin Jones. “Je n’avais jamais revisité ce morceau pour un projet personnel, et avec ce groupe, cela me paraissait être le moment idéal.” 

Lodger dévoile une facette plus rock de Pat Metheny que l’on avait pas entendue depuis l’enregistrement du projet “TAP” composé par John Zorn, voire même depuis “The Roots of Coincidence”. 

J’ai composé cette chanson sur une guitare acoustique, en pleine nuit. En répétition, j’ai compris que le morceau requérait un tout autre traitement sonore. Il est dédié et inspiré par un de mes guitaristes préférés, qui est aussi un très bon ami, Adam Rogers.”

Avec Pat Metheny, on ne sait jamais à quoi s’attendre. Mais parmi les nombreuses choses qui rendent si spécial cet artiste en permanente mutation, figure l'impressionnant niveau constant de dévouement et de qualité inhérents à tout ce qu’il entreprend. 

Qu’elle soit électrique, intense ou contemplative, minutieusement composée ou totalement improvisée, ou même habillée de gadgets sonores farfelus, on retrouve toujours chez Metheny cette sensibilité unique, qui figure à l’avant-garde du jazz depuis presque 50 ans. Side-Eye est tout simplement le dernier chapitre d’une histoire qui n’a pas fini de s’écrire.
(extrait du communiqué de presse)

Pat Metheny (guitare, guitare synthétiseur, basse, instruments "orchestrioniques"
James Francies (piano, orgue, synthétieurs)
Marcus Gilmore (batterie)

Où écouter Par Metheny

  • A Paris (75) samedi 21 mai 2022 à 20h à l'Olympia
La programmation musicale :
  • 18h08
    It starts when we disappear - PAT METHENY
    Pat Metheny

    It Starts When We Disappear

    Pat Metheny. : compositeur, Pat Metheny (guitare, guitare synthétiseur, basse, instruments 'orchestrioniques'), James Francies (piano, orgue, synthétieurs), Marcus Gilmore (batterie)
    Album Side eye NYC Label Bmg Modern Recordings Année 2021
  • 18h24
    Bright size life - PAT METHENY
    Pat Metheny

    Bright size life

    James Francies, Marcus Gilmore, Pat Metheny : auteur
    Album Side eye NYC Label Bmg Modern Recordings Année 2021
  • 18h32
    Don no more - KENNY WHEELER
    Kenny Wheeler & The John Dankworth Orchestra

    Don no more

    Kenny Wheeler. : compositeur, Kenny Wheeler (bugle), John Dankworth (saxophone, direction), Derek Watkins (trompette), Henry Shaw (trompette), Henry Lowther (trompette), Les Condon (trompette), Chris Pyne (trombone), Mike Gibbs (trombone), Ray Swinfield (saxophone), Tony Roberts (saxophone ténor), Tony Coe (saxophone ténor), Alf Reece (tuba), Dick Hart (tuba), John McLaughlin (guitare), Bob Comford (piano), Alan Branscombe (piano), Dave Holland (contrebasse), John Spooner (batterie), Tristan Fry (percussions)
    Album Windmill Tilter : The Story of Don Quixote Label Fontana (748057) Année 2021
  • 18h41
    Zara et Carlos - LORENZO DI MAIO
    Lorenzo Di Maio

    Zara et Carlos

    Lorenzo Di Maio. : compositeur, Lorenzo Di Maio (guitare), Sam Gerstmans (contrebasse), Antoine Pierre (batterie)
    Album Arco Label Igloo (IGL323) Année 2021
  • 18h46
    Two sisters - MIKAEL MANI
    Mikael Máni

    Two Sisters

    Mikael Máni. : compositeur, Mikael Máni Ásmundsson (guitare), Lilja Maria Ásmundsdóttir (piano, claviers, metallophone, violon, électroniques), Sölvi Kolbeinsson (saxophone alto), Ingibjörg Elsa Turchi (basse électrique), Magnús Trygvason Eliassen (batterie, percussions)
    Album Nostalgia Machine Label Smekkleysa (SMJ12CD) Année 2021
  • 18h50
    Alfonsina y el mar - ANJA LECHNER , FRANCOIS COUTURIER
    Anja Lechner & François Couturier

    Alfonsina y el mar

    Ariel Ramírez. : compositeur, Anja Lechner (violoncelle), François Couturier (piano)
    Album Lontano Label Ecm (ECM2682) Année 2020
  • 18h56
    Gran via - EL COMITE
    El Comité

    Gran via

    Harold López-Nussa. : compositeur, Carlos Sarduy (trompette, bugle), Irving Acao (saxophone ténor, saxophone soprano), Harold Lopez-Nussa (piano, claviers), Rolando Luna (piano, claviers), Gaston Joya (basse, contrebasse), Rodney Barreto (batterie), Yaroldy Abreu (percussions)
    Album Un domingo en el Teatro Marti Label Esprit Du Piano (EDP09) Année 2021
L'équipe de l'émission :