Open jazz
Magazine
Mercredi 5 février 2020
54 min

Ozma, dix étapes pour un road trip

Ozma de Stéphane Scharlé, publie son 7ème album “Hyperlapse” chez Cristal Records, un carnet de route dédié à dix villes traversées par le groupe lors d’une incroyable tournée en 2018 qui leur a valu de monter sur le podium du Bureau Export des groupes français les plus exportés.

Ozma, dix étapes pour un road trip
Ozma, © Bartosch Salmanski

Au sommaire aujourd'hui

  • Ozma à la Une
    10 CD à gagner en répondant correctement à la question posée par Alex Dutilh. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom, prénom et adresse postale COMPLETE. 1 CD pour les 10 premières bonnes réponses. Bonne chance !

56 concerts dans 13 pays, d’Europe, d’Afrique et d’Asie, une année en forme de tour  du  monde,  bouleversante  pour  le  batteur et compositeur  Stéphane  Scharlé,  qui  lui  a  inspiré cette fresque sonore magnétique en dix escales.

  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Samy Daussat vendredi 07 février à 20h45 au Comptoir à Fontenay-sous-Bois (94). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Stéphane Kerecki samedi 08 février à 21h au Moulin à Jazz à Vitrolles (13). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
« Hyperlapse »
« Hyperlapse »

Les  dix  compositions  de  ce  nouvel  opus  ont  pour  la  plupart  été  ébauchées  en amont des voyages, comme autant de souvenirs fantasmés d’aventures à venir, puis  peaufinées,  enrichies  à  la  lumière  des  expériences  vécues  et  de  l’énergie ressentie sur place.

« Hyperlapse », qui sort chez Cristal, est un album frotté au réel, imprégné des rencontres humaines et des chocs culturels auxquels les cinq acolytes se sont confrontés pendant cette année hors du commun.

Le  titre  de  l’album  emprunte au  registre  audiovisuel.  Variante  du  stop  motion, l’hyperlapse est un processus de captation dynamique fractionnée autour d’un sujet fixe, créant une impression troublante, organique, d’accélération du temps réel.

Ce  clin  d’œil  à  l’image  annonce  les  ambiances  très  cinématographiques  que l’on  retrouve  dans  l’album.  Il  fait  écho  aux  expériences  de  musique  à  l’image du compositeur et renvoie aussi directement au travail mené par la réalisatrice Juliette Ulrich, qui a suivi le groupe pendant cette année autour du monde, et signe les productions qui accompagnent la sortie de l’album le clip Hyperlapse et la websérie High, Far & Loud.

Pour  ce  nouvel  opus,  Stéphane  Scharlé  s’est  entouré  de  son  line-up  idéal  déjà réuni  pour «  Welcome Home »  le  précédent  album  du  quintet  :  Julien  Soro  au saxophone et aux claviers (qui intègre l’ONJ en 2019), Tam de Villiers à la guitare, Guillaume  Nuss  au  trombone  et  son  compagnon  de  toujours,  Édouard  Séro-Guillaume à la basse et aux claviers.

En trois ans de tournées et plus de 100 concerts depuis la sortie  de «  Welcome Home », les cinq gaillards d’Ozma ont affirmé leur son de groupe. Sous l’impulsion de son compositeur, le quintet a muté en orchestre sidéral, ajoutant à sa palette sonore originelle, deux claviers et des effets au trombone.

Dust  City ouvre  l’album  et  donne  le  ton  avec  un  ambiance  dystopique  à  la “Blade  Runner“. Une  nouvelle  dimension  sonique  que  l’on  retrouve  dans  le morceau  éponyme, Hyperlapse,  hommage  à  la  frénésie  électronique  de Hambourg, Die  Gilde  pour  l’Hanséatique  Lübeck,  mais  également  dans l’espiègle et technoïde One Night in Bulawayo, souvenir d’une incroyable nuit vécue sur fond de coup d’état au Zimbabwe...  

Ozma  ne  renie  pas  ses  amours  rock  pour  autant,  et  l’on  n’est  pas  surpris d’apprendre que son compositeur vient du métal quand on embarque à bord de Tuk-Tuk  Madness  une  course  folle  à  travers  la  jungle  urbaine  de  Mumbai, Spleen Party pour la belle Ahmedabad, ou que l’on se laisse ensorceler par la magie et la puissance de Clay Army, évocation de la colossale armée de terre cuite du tombeau de l’empereur Qin à Xi’an.

Troisième  facette  musicale  de l’album,  caractéristique  d’un  ensemble  qui a créé de nombreux spectacles à l’image : une maîtrise du son acoustique et de l’épure si propice à la musique de film., Stéphane Scharlé exprime ainsi avec Infinite Sadness la profonde mélancolie que lui a inspiré Jakarta, la ville-monde en sursis.

Entre chien et loup est la bande-son  souvenir  d’un  train  filant  à  travers  les  rizières  d’un  crépuscule  Indonésien suspendu ; À Leila un hommage à Leila Alaoui, photographe engagée, victime en 2016 des attentats de Ouagadougou.

« Hyperlapse » promet  de  belles  surprises  pour  les  aficionados  du  quintet  qui retrouveront   son   énergie   jubilatoire   et   découvriront   de   nouvelles   textures sonores  mais  également  des  ballades  acoustiques  et  lumineuses.  

Ozma, ce sont sept  albums  à  son  actif,  450  concerts sur 4 continents, 39 pays traversés, des projets pluridisciplinaires collaboratifs avec   des   artistes   des   quatre   coins  du   monde.   Autant   de   dialogues   et  d’échanges  généreux  qui  n’ont  cessé de   nourrir   le   travail   des   musiciens  du quintet.  Depuis  2001,  Ozma  nous  fait voyager,  à  travers  les  continents  mais aussi les styles musicaux, empruntant largement   aux   grammaires   du   rock,  des  musiques  traditionnelles  ou  des paysages  électroniques.  Comme  une volonté    d’entendre    John    Coltrane   dialoguer    avec    Rage  Against  The Machine,  Ravi  Shankar  jammer  avec Pink Floyd, ou Amon Tobin s’acoquiner avec  les fanfares    de    la    Nouvelle Orléans...

Outre  son  travail  sur  le  jazz,  Ozma  a développé   une   véritable   sensibilité  pour  la musique  à  l’image  et  donné naissance    à    de    nombreux    photo-concerts dont Crossroads, une création de 2019, fruit  de  la  rencontre  avec  des photographes  européens,  africains  et asiatiques ; « 20 ! »,  hommage  à  deux décennies  de  démocratie  en  Afrique du   Sud    ou   encore   « 1914-1918,  d’Autres  Regards »  faisant  revivre  des archives  photographiques  inédites  de la   Première   Guerre   Mondiale.   Dans  sa    démarche    de    pluridisciplinarité,   Ozma   est   également   à   l’origine   de  nombreux ciné-concerts dont les films « Le  Monde  Perdu »  de  Harry  O.  Hoyt (2017),  «  Le Trois  Ages »  de  Buster Keaton (2014), ou encore « Le Cuirassé Potemkine » d’Eisenstein (2010).
(extrait du communiqué de presse)

Stéphane Scharlé (batterie)
Édouard Séro-Guillaume (basse, claviers)
Julien Soro (saxophone, claviers)
Guillaume Nuss (trombone, fx)
Tam De Villiers (guitare)

Où écouter Ozma

La programmation musicale :
  • 18h07
    Spleen party - STEPHANE SCHARLE
    Ozma

    Spleen Party (Ahmedabad)

    Stéphane Scharlé. : compositeur, Stéphane Scharlé (batterie), Julien Soro (saxophone, claviers), Guillaume Nuss (trombone, FX), Tam de Villiers (guitare), Edouard Séro-Guillaume (basse, claviers)
    Album Hyperlapse Label Cristal (CR293) Année 2019
  • 18h16
    A Leila (Marrakech) - STEPHANE SCHARLE
    Ozma

    A Leila (Marrakech)

    Stéphane Scharlé. : compositeur, Stéphane Scharlé (batterie), Julien Soro (saxophone), Guillaume Nuss (trombone), Tam de Villiers (guitare), Edouard Séro-Guillaume (basse)
    Album Hyperlapse Label Cristal (CR293) Année 2019
  • 18h22
    To whom it may concern - us - CHICK COREA
    Tony Williams, Lifetime

    To Whom It May Concern - Us

    Chick Corea. : compositeur, Tony Williams (batterie), John McLaughlin (guitare), Jack Bruce (basse), Ron Carter (basse), Larry Young (orgue), Ted Dunbar (guitare), Tequila (guitare), Webster Lewis (orgue), David Horowitz (syntétiseur), Herb Bushler (basse électrique), Tillmon Williams (saxophone ténor), Don Alias (percussions), Warren Smith (percussions)
    Album Spectrum Label Verve (537075-2) Année 1997
  • 18h25
    Refugium - FLORIAN WEISS
    Florian Weiss' Woodoism

    Refugium

    Florian Weiss. : compositeur, Florian Weiss (trombone), Linus Amstad (saxophone alto), Valentin Von Fischer (contrebasse), Philipp Leibundgut (batterie)
    Album Refugium Label Neuklang (NCD4197) Année 2019
  • 18h36
    Spoonful - WILLIE DIXON
    Howlin' Wolf

    Spoonful

    Willie Dixon. : compositeur
    Album Everything Blues : The Singer, The Writer, The Producer 1954-1962 Label Jasmine (212816) Année 2018
  • 18h40
    Love me tender - M. Vero, E. Presley
    Samy Daussat

    Love Me Tender

    Elvis Presley. : compositeur, Vera Matson. : compositeur, Samy Daussat (guitare), Tchavolo Schmitt (guitare), Jean-Yves Dubanton (guitare), Claudius Dupont (contrebasse)
    Album Nouvelle vague Label Label Ouest Année 2013
  • 18h44
    These foolish things (remind me of you) - JACK STRACHEY, HOLT MARVELL
    Shai Maestro

    These foolish things (remind me of you)

    Jorge Roeder, Ofri Nehemya, Jack Strachey : auteur, Holt Marvell : auteur
    Album The dream thief Label Ecm Année 2018
  • 18h49
    All I need - AIR
    Stéphane Kerecki

    All I Need

    Air : compositeur, Stéphane Kerecki (contrebasse), Emile Parisien (saxophone soprano), Jozef Dumoulin (piano), Fabrice Moreau (batterie)
    Album French Touch Label Incises (INC002) Année 2018
  • 18h56
    Old's cool - MIKE NOCK
    Mike Nock

    Old's Cool

    Mike Nock. : compositeur, Mike Nock (piano), Julien Wilson (saxophone ténor), Jonathan Zwartz (contrebasse), Hamish Stuart (batterie)
    Album This World Label Lion Share (LSR20196) Année 2019
L'équipe de l'émission :