Open jazz
Magazine
Mardi 30 novembre 2021
54 min

Oscar Peterson, les inédits de 1987 en quartet à Helsinki

Parution d’un concert inédit de Oscar Peterson “A Time for Love : The Oscar Peterson Quartet - Live in Helsinki, 1987” chez Mack Avenue.

Oscar Peterson, les inédits de 1987 en quartet à Helsinki
Oscar Peterson, © Tad Hershorn

Au sommaire aujourd'hui

  • Oscar Peterson à la Une

Depuis près de 80 ans, l'héritage est la moelle épinière de la glorieuse tradition du jazz, mais peut-être jamais autant qu'en ces jours difficiles de pandémie. Incapables d'écouter la musique en concert, nous n'avons tous pu accéder aux nouveautés que par le biais de la technologie, ce qui a amené beaucoup d'entre nous à se pencher sur ce qu'ils ont peut-être manqué. Mais quand on peut se remémorer quelque chose qui est en même temps entièrement nouveau, c'est une situation très spéciale. Et lorsque cette nouveauté provient d’Oscar Peterson, c'est encore mieux. Et c'est exactement ce qui se passe avec “A Time for Love : The Oscar Peterson Quartet - Live in Helsinki, 1987”.

  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Louise Jallu jeudi 2 décembre à 20h30 au Magic Mirrors à Istres (13).  Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.

  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert du Chicago Blues Festival vendredi 03 décembre à 20h30 au Palais des Congrès et de la Culture au Mans (71) dans le cadre du Soblues Festival. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.

  • 5 invitations pour 2 à gagner pour le Balzac. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 5 premiers mails.
"A Time for Love: The Oscar Peterson  Quartet - Live in Helsinki, 1987"
"A Time for Love: The Oscar Peterson Quartet - Live in Helsinki, 1987"

De ce seul point de vue, il s'agit d'un album capital - mais il est bien plus que cela. Dernier concert d'une longue tournée internationale qui a débuté par 4 concerts au Brésil, cette date était la 14e d'une tournée européenne qui a conduit le quartet dans toute l'Europe. Quiconque connaît un tant soit peu le jazz sait que la magie de l'enchaînement des concerts ne fait qu'améliorer la synergie et l'empathie d'un groupe. Cela éclipse toujours le facteur de fatigue et aboutit parfois à une magie pure sur un autre plan. C'est clairement ce qui s'est passé lors de ce concert spectaculaire. Comme le dit Kelly Peterson : "S_e produisant avec joie et vivacité, ils étaient déterminés à rendre chaque concert meilleur que le précédent. Cette nuit à Helsinki en est l’exemple parfait_".

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Avec un quartet remarquable composé de Joe Pass à la guitare et du tandem basse/batterie de Dave Young et Martin Drew - qui, à l'époque de cet enregistrement, étaient tous à mi-chemin de leurs trente années de collaboration avec Oscar Peterson. Le public enthousiaste d'Helsinki a pu assister à une performance qui va d'un lyrisme magnifiquement poignant à une intensité foudroyante, en passant par toutes les nuances intermédiaires, avec un sens exubérant de la créativité aventureuse. La performance en direct, présentée dans son intégralité sans la moindre retouche, offre l'expérience réelle d'être là. Elle offre aux auditeurs l'ampleur de la majesté de Oscar Peterson telle qu'elle est présentée dans l'immédiateté du concert en direct (la séquence de la version vinyle est légèrement modifiée en raison des limites de temps du format).

Le premier set se compose exclusivement des compositions originales d'Oscar Peterson. L'étendue de sa vision en tant que compositeur est présentée de manière intrigante à travers ces cinq pièces, qui s'ouvrent sur la démarche sautillante de la bien nommée Cool Walk. Deux morceaux brûlants - Sushi et Cakewalk - témoignent de la puissance explosive et de l'art consommé qui caractérisent les ensembles d’Oscar Peterson. Définissant le jazz comme une "composition instantanée", il lui arrivait de composer une chanson pendant un concert. Love Ballade est l'un de ces morceaux, écrit spontanément lors d'un concert précédent. Un long solo de piano d'une beauté filiforme et un excellent solo de Dave Young, semblable à celui d'une guitare, mettent en valeur cette œuvre captivante.

Une fascination de toute une vie pour Jean-Sébastien Bach a inspiré à Oscar Peterson l'étonnant A Salute to Bach, d'une durée de 20 minutes. Cette excursion enchanteresse en trois parties conserve toute l'intégrité du jazz dans son hommage, ce qui lui permet de puiser dans sa formation classique initiale.

Le deuxième set présente l'exploration passionnante par Oscar Peterson de classiques du jazz et de la comédie musicale, y compris deux interprétations solos virtuoses : l'exquise interprétation de Joe Pass de la chanson emblématique de Disney When You Wish Upon a Star et la délicieuse interprétation par Oscar Peterson de A Waltz for Debby de Bill Evans.

On y trouve également la jolie ballade de Johnny Mandel A Time for Love”, le swing profondément groovy de Soft Winds de Benny Goodman et How High the Moon, point de départ de tant de jams légendaires de Jazz at the Philharmonic du passé de Oscar Peterson, dans une version plus douce et enjouée.

Mais le point culminant monumental - avant le rappel explosif de Blues Etude de Oscar Peterson - est le Duke Ellington Medley comprenant six classiques de Duke Ellington - Take the 'A' Train, Don't Get Around Much Anymore, Come Sunday, C-Jam Blues, Lush Life et Caravan. Un hommage pour piano solo et quartet à la transcendance de ce que Duke Ellington représente pour l'héritage, mêlant des éléments de swing, de blues, de barrelhouse, de stride, de boogie-woogie et de toutes les autres couleurs de la palette créative infinie de Duke Ellington - et de Oscar Peterson. Cette incroyable aventure est le symbole parfait de tout cet album, touchant à l'essence ultime de l'expression du jazz, permettant à Oscar Peterson de rendre hommage à ses propres pères : Art Tatum, Teddy Wilson, James P. Johnson et Nat King Cole. Il les assemble dans un maelström de brillance qui est tout Oscar Peterson. La définition parfaite de l'héritage vivant et en constante expansion d’une forme d'art profond.

Pour ceux qui ne sont pas totalement conscients de l'importance de Oscar Peterson dans l'héritage du jazz - aussi inimaginable que cela puisse être - il faut rappeler que le pianiste né au Canada et d'origine antillaise s'est imposé comme un maître pendant près de 60 ans. Récipiendaire de nombreux honneurs et récompenses (dont huit Grammy Awards) et sujet de plusieurs documentaires, Oscar Peterson était l'incarnation de l'histoire du piano jazz alliée à une superbe maîtrise du savoir classique occidental. Tout cela a contribué à ce que Duke Ellington lui confère le titre de "Maharajah du clavier". Avec plus de 200 albums à son actif, l'étonnante capacité de Oscar Peterson à tempérer sa propre magnificence en tant que leader et soliste pour être capable de fournir un accompagnement en empathie totale à d'autres musiciens et chanteurs - simplement et éloquemment résumé par Dave Young par "il écoutait" - l'a amené à contribuer à des centaines d'autres enregistrements exceptionnels, notamment en tant que "pianiste maison" virtuel pour Verve et Pablo, les labels de son manager de longue date Norman Granz. Professionnel depuis l'âge de 14 ans, Peterson est décédé à l'âge de 82 ans en 2007, laissant un héritage sans pareil, aussi intemporel que le jazz lui-même.

L'enregistrement d’Helsinki est idéalement résumé par Benny Green dans ses notes de pochette : “Cet enregistrement de concert d'Oscar est une capsule de beauté pure envoyée par le ciel, un témoignage étonnant de la musique pour laquelle il a honnêtement, humblement et sans peur dédié sa vie, un héros intemporel pour nous tous. Je suis reconnaissant pour ce cadeau et pour le fait que la spiritualité d'Oscar continuera longtemps à nous toucher, car nous en avons plus que jamais besoin.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)

La programmation musicale :
  • 18h09
    Duke Ellington medley : Take the "A" train / Don't get around much anymore / Come sunday / C-Jam blues / Lush life / Caravan - OSCAR PETERSON
    Oscar Peterson

    Duke Ellington Medley : Take the ""A"" Train / Don't Get Around Much Anymore / Come Sunday / C-Jam Blues / Lush Life / Caravan

    Billy Strayhorn. : compositeur, Duke Ellington. : compositeur, Oscar Peterson (piano), Joe Pass (guitare), Dave Young (contrebasse), Martin Drew (batterie)
    Album A time for love Label Mack Avenue Année 2021
  • 18h30
    El hombre - PAT MARTINO
    Pat Martino

    El hombre

    Pat Martino. : compositeur, Pat Martino (guitare), Trudy Pitts (orgue), Danny Turner (flute), Mitch Fine (batterie), Abdu Jhnson (conga), Vance Anderson (bongos)
    Album El hombre Label Carerre
  • 18h36
    Tanguedia - LOUISE JALLU
    Louise Jallu

    Tanguedia

    Astor Piazzolla. : compositeur, Louise Jallu (bandonéon), Mathias Levy (violon), Marc Benham (piano), Alexandre Perrot (contrebasse), Gustavo Beytelmann (piano)
    Album Piazzolla 2021 Label Klarthe (KRJ033) Année 2020
  • 18h42
    Raining in Paris - LIL'ED & THE BLUES IMPERIALS
    Lil'Ed & The Blues Imperials

    Raining in Paris

    Ed Williams. : compositeur, Pam Williams. : compositeur, Lil Ed Williams (voix, guitare), Michael Garrett (guitares), James 'Pookie' Young (basse), Kelly Litlleton (batterie), Sumito 'Ariyo' Ariyoshi (claviers)
    Album The Big Sound of Lil' Ed & the Blues Imperials Label Alligator Records Année 2016
  • 18h46
    Lazy afternoon (feat. Vaughn Stoffey, Edsel Gomez & Adam Nussbaum) - VIKTORIJA GECYTE & GENE PERLA
    Vik Gecyte & Gene Perla

    Lazy Afternoon

    Jerome Moross. : compositeur, Viktorija Gecyte (voix, sifflements, kazoo), Gene Perla (contrebasse), Vaughn Stoffey (guitare), Edsel Gomez (piano), Adam Nussbaum (batterie), John La Touche. : auteur
    Album In the moment Label P M Records Année 2020
  • 18h52
    Salsita - LOUIS WINSBERG
    Louis Winsberg & Jaleo

    Salsita

    Louis Winsberg. : compositeur, Louis Winsberg (guitare), Cédric Baud (mandoline)
    Album For Paco Label Label Bleu (LBLC2607) Année 2016
  • 18h55
    Porgy & Bess : Bess oh where's my Bess - ANDRE CECCARELLI, PIERRE ALAIN GOUALCH, DIEGO IMBERT
    Pierre-Alain Goualch, Diego Imbert

    Bess, Oh Where's My Bess ?

    George Gerswhin. : compositeur, André Ceccarelli, André Ceccarelli (batterie), Pierre-Alain Goualch (piano), Diego Imbert (contrebasse)
    Album Porgy & Bess Label Trebim Music (789733) Année 2021
L'équipe de l'émission :