Open jazz
Magazine
Mardi 3 mars 2015
55 min

Ornette Coleman, le nouveau vocabulaire

Parution de « New Vocabulary » de Ornette Coleman chez System Dialing Records.

Ornette Coleman, le nouveau vocabulaire
Ornette Coleman, © Getty / Anthony Barboza

Au sommaire aujourd'hui

► Ornette Coleman 

à la Une
 ► Jazz au Trésor : Mose Allison - Complete Prestige Recordings
 ► Jazz Agenda :   

  • 3 invitations pour 2  à gagner pour le concert de Mina Agossi  mercredi 04 mars à 21h30 au Petit Journal Montparnasse à Paris. Cliquez sur "contactez-nous " et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
    Jazz Trotter : Duchess
    Jazz Bonus : Carsten Dahl prépare Goldberg
    TOUS LES TITRES DIFFUSES SONT EN BAS DE PAGE A LA RUBRIQUE "PROGRAMMATION MUSICALE" Le saxophoniste Ornette Coleman, 85 ans dans quelques jours (il est né le 9 mars 1930), se fait rare sur la dernière décennie. L'épisode précédent datait de 2006, avec « Sound Grammar », qui avait valu le prix Pulitzer à Ornette.

Cette fois, avec ce nouvel album « New Vocabulary  » qui paraît très discrètement (aucune publicité, aucune distribution internationale…) chez System Dialing. On est aux antipodes de l'impact planétaire du dernier géant du free jazz. Il s'agit d'un enregistrement réalisé entre le 18 et le 20 juillet 2009 en compagnie de deux musiciens du groupe Droid, le trompettiste Jordan McLean  et le batteur Amir Ziv. En trois occasions, le pianiste Adam Holzman  se joint à eux. L'album rassemble douze miniatures marquées par une démarche collective (en fait New Vocabulary  est aussi le nom de leur association) et sur lesquelles le saxophoniste se recentre sur la mélodie.

Cet Ornette minimaliste, que l'on ne pensait plus voir rentrer en studio d'enregistrement, distille avec un détachement inédit ses comptines enfantines qu'il distille à la manière d'un clown triste, un peu acides. On savait que ces dernières années, des jams s'organisaient chez lui avec de jeunes musiciens. Aucun son n'en avait jamais filtré, jusqu'à celui-ci… On pense d'abord entendre des musiciens habitués à se mouvoir ensemble dans le dub  et qui inviteraient le saxophone d'Ornette comme une cerise sur le gâteau. Mais force est de constater que sa présence, d'un bout à l'autre de l'album, impose une signature mélodique aussi singulière que celle de Thelonious Monk en son temps.

Nous sommes là face à un phénomène bien connu dans les autres arts, qu'il s'agisse de la littérature, de peinture ou de cinéma : une œuvre mineure d'un artiste majeur  est un jalon indispensable à l'appréhension du tout. On est loin des sornettes…

L'équipe de l'émission :