Open jazz
Magazine
Mercredi 26 juin 2013
55 min

Open jazz - Nat King Cole et Quincy Jones

La série 'Swiss Radio Days Jazz Series' que je fais en collaboration avec La Radio Suisse depuis 1994 consiste aujourd'hui de 34 Volumes. Tous ces enregistrement de concerts donnés en Suisse (à Bâle, Genève, Lausanne, Zurich et Lugano) entre 1949 (Don Redman Volume 11) et aujourd'hui n'ont jamais été publiés avant.

Celui de Nat 'King' Cole avec Quincy Jones est unique et exceptionnel, car ni avant, ni après ces 2 génies ont joué ni enregistré ensemble.

Ce concert a été enregistré à la Kongresshaus de Zurich le 1er mai 1960.

En tant que chanteur, Nat "King" Cole avait une voix qui a captivé le monde entier pendant plus de deux décennies, ce qui lui a valu du succès dans les charts pop. Ce qui est resté sous-estimé, certainement parmi les fans de musique populaire, c'est que Nat était aussi un incroyable musicien de jazz. Sa dextérité au piano l'a hissé au sommet des sondages de magazine tel que DownBeat qui l'a intronisé à titre posthume dans son DownBeat Hall of Fame.
Son incroyable phrasé, son timing parfait et son oreille absolue sont les pierres angulaires d'un style vocal né de ses prouesses en tant que musicien de jazz.

Sur cet enregistrement de ce concert unique récemment découvert dans les archives de la Radio Suisse, les amateurs de jazz seront enchantés d'entendre de longues plages du jeu de piano de Nat et seront tout aussi fascinés par la fusion avec le Quincy Jones Big Band.

Que ce soit en apesanteur avec le big band derrière lui ou dans l'intimité du trio, les performances gravées sont des trésors à écouter absolument, maintes et maintes fois...

Trumpets: Benny Bailey, Roger Guérin, Lenny Johnson, Floyd Standifer
Trombones: Jimmy Cleveland, Ake Persson, Melba Liston, Quentin Jackson
French horn: Julius Watkins
Saxes: Phil Woods, Porter Kilbert, Bud Johnson, Jerome Richardson, Shahib Shihab
Flute & guitar: Les Spann; Piano: Patti Bown; Bass: Buddy Catlett; Drums: Joe Harris
Conductor (announcements): Quincy Jones; Nat 'King' Cole piano & voice

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Milestones
Wynton Marsalis « Marsalis Plays Monk - Standard Time, Vol. 4 », 1994
le collectionneur

Néo-classique ? Virtuose du rétroviseur ? On a longtemps reproché à Wynton Marsalis ses choix de premier de la classe... Si on veut bien mettre en perspective l'ensemble de sa carrière, depuis ses débuts chez les Jazz Messengers d'Art Blakey en compagnie de son ainé Branford Marsalis au saxophone, le trompettiste et compositeur force le respect pour un parcours bâti sur des convictions : total jazz et total roots. Il fallait oser à l'heure de la pensée unique en faveur du total création...

Au bout du compte, Wynton apparait simplement comme un innovateur de l'évolution plutôt que de la révolution. Ses musiques originales en sextet révèlent une écriture éblouissante, luxuriante, prolongeant à la fois la rigueur de Duke Ellington et les débordements de Charles Mingus. En arrangeant les compositions de Monk (avec son complice tromboniste Wycliffe Gordon), en 1994, le trompettiste réalise l'album qui résume peut-être le mieux l'ensemble de son parcours.

Il s'agit de partir des compositions de l'un des créateurs les plus singuliers du jazz moderne et de les actualiser par une générosité de timbres plongeant dans les réflexes collectifs et fondateurs de la Nouvelle Orléans. Le point d'équilibre en mouvement... Sous la lettre de Monk, on perçoit les fanfares (Thelonious), les claquettes (Evidence), la danse (We See) ou les effluves latines et jungle de Congo Square et le (Green Chimneys). Et malin, lorsque Wynton compose lui-même In Walked Monk (en référence au In Walked Bud de Thelonious, il rend hommage à cet autre pianiste, compositeur et arrangeur du bebop, resté plus confidentiel, qu'est Tadd Dameron. Inventer aujourd'hui à partir de la connaissance méticuleuse de la culture de son champ artistique : on aurait vraiment mauvaise grâce à lui reprocher. Surtout qu'il s'est entouré de solistes qui semblent jouer leur peau à chaque solo... Le mot clé aurait pu servir de titre à une soixante-sixième composition de Monk : jubilation !

Aujourd'hui, We See, enregistré à New York les 3 et 4 octobre 1994
Wynton Marsalis (trompette)
Wycliffe Gordon (trombone)
Wessell Anderson (sax alto)
Walter Blanding Jr. (sax ténor, sax soprano)
Victor Goines (sax ténor, sax soprano)
Eric Reed, (piano)
Reginald Veal, Ben Wolfe (contrebasse)
Herlin Riley (batterie)


Time out
Concerts
le noctambule

  • de ce soir à samedi à 20h et 22h Omer Avital au Duc des Lombards à Paris

Joel Frahm (sax)
Avishai Cohen (trompette)
Yonathan Avishai (piano)
Omer Avital (contrebasse)
Daniel Freedman (batterie)


  • vendredi débute la 5ème édition du festival Respire Jazz à Aignes et Puypéroux (16), jusqu'à dimanche

  • vendredi
    19h00 - Ensemble Orphéon Méléhouatts
    21h00 - Fred Loiseau invite André Villéger et André Charlier

    • Las Hermanas Caronni
  • samedi
    17h00 - Eric Allard 4tet

    • Trio Droles D'oiseaux invite Laurent Vichard
      21h00 - Charlotte Wassy / Julien Lallier
    • Anne Paceo 5tet "Yokaî"
  • dimanche
    15h30 - Eric Allard 4tet
    17h00 - Chris Cheek 5tet

    • Vincent Peirani solo

Culture jazz
Great Black Music nouvelle édition
l'insatiable

  • Parution de la nouvelle édition de "Great Black Music" de Philippe Robert, préfacé par Florent Mazzoleni chez Le Mot et le Reste

La great black music, selon une expression due à l'Art Ensemble Of Chicago, est la musique noire "consciente", porteuse de revendications.

En 110 albums incontournables Philippe Robert déroule plus d'un demi-siècle de musique noire engagée. Jazz, soul, R'n'B, blues, funk, reggae, disco, fusion, world, hip-pop : tous les styles sont convoqués et mettent en évidence le pouvoir d'émancipation porté par les artistes. De Billie Holiday à Antipop Consortium en passant par John Coltrane, Aretha Franklin, Albert Ayler, Pharoah Sanders, Grandmaster Flash…, certains devenus des légendes d'autres restés plus confidentiels, la plupart américains mais avec quelques embardées en Jamaïque, au Royaume-Uni et en Éthiopie, Philippe Robert montre au lecteur que oui, décidément, pour reprendre un des slogans du mouvement des droits civiques aux États-Unis, "black is beautiful".

Né en 1958 à Paris, ancien chroniqueur pour Les Inrockuptibles, Vibrations et Jazz Magazine, Philippe Robert vit dans le sud de la France.

"Avant de devenir grande et universelle, la musique noire américaine a emprunté un chemin sombre et sinueux, de l'embouchure du puissant Missippi aux grandes villes industrielles du nord et des deux côtes. C'est au gré de ce parcours long et éreintant qu'elle a esquissé les bases de sa grandeur, de l'âpreté du blues originel au cubisme hip-hop. À travers les campagnes sudistes, au cour des ghettos noirs urbains, autour de micros primitifs puis enfin sur les ondes et à la télévision, les musiciens noirs on tinventé au fil du vingtième siècle un genre nouveau, à la fois détaché et virtuose, parfois prosaïque mais toujours céleste : une grande musique noire."


Globe trotter
Jazz en Catalogne 2013
le routard

  • Cette semaine, nous parcourons le CD "Jazz de Catalogne en 2013", une visite du vivier de l'une des régions européennes les plus dynamiques en matière de jazz.

Aujourd'hui, le pianiste Sergi Sirvent et ses Octopussy Cats, extrait de son album "Inferències" paru à l'automne 2012 chez Fresh Sound

Sergi Sirvent (piano)
Jordi Gaspar (contrebasse)
Jordi Gardenas (batterie)
Jaume Llombart (guitares)
Voro García (trompette, flugelhorn)
Hugo Astudillo (alto & soprano saxes)
Albert Cirera (tenor & soprano saxes)
Pau Doménech (clarinette basse, flûte)


Curiosité
Nikolaj Hess
le chineur

  • Parution de "Trio" du pianiste danois Nikolaj Hess, vivant actuellement à New York. Cet enregistrement est constitué de reprises de composition de Bob Dylan.

Nikolaj Hess (piano, claviers)
Tony Scherr (guitare)
Kenny Wollesen (batterie)

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Programmation musicale

18:03
Irving Gordon
« Swiss Radio Days, Jazz Series » Unforgettable
Nat King Cole, Quincy Jones Big Band
[TCB 02332]

18:05
Johnny Lange, Nat Cole
« Swiss Radio Days, Jazz Series » Madrid
Nat King Cole, Quincy Jones Big Band
[TCB 02332]

18:08
Vincent Youmans
« Swiss Radio Days, Jazz Series » Tea For Two
Nat King Cole, Quincy Jones Big Band
[TCB 02332]

18:10
Anna Sosenko
« Swiss Radio Days, Jazz Series » Darling, je vous aime beaucoup
Nat King Cole, Quincy Jones Big Band
[TCB 02332]

18:14
Harold Arlen
« Swiss Radio Days, Jazz Series » It’s Only A Paper Moon
Nat King Cole, Quincy Jones Big Band
[Harold Arlen]

18:17
W.C. Handy
« Swiss Radio Days, Jazz Series » Joe Turner’s Blues
Nat King Cole, Quincy Jones Big Band
[TCB 02332]

18:24
Thelonious Monk
« Standard Time Vol. 4, Marsalis Plays Monk » We See
Wynton Marsalis
Columbia 67503

18:29
Omer Avital
« Suite Of The East » Free Forever
Omer Avital
Anzic 0037

18:40
Miles Davis
« On The Corner » On The Corner
Miles Davis
[Columbia 31096]

18:43
Sergi Sirvent
« Jazz From Catalonia 2013 » On Time
Sergi Sirvent, Octopussy Cats
[Catalan!Music]

18:50
Bob Dylan
« Trio » Masters of War
Nikolaj Hess
[Gateway Music HESS1]

L'équipe de l'émission :
Mots clés :