Open jazz
Magazine
Lundi 24 juin 2013
55 min

Open jazz - Michel Marre

Présentation

Michel Marre
trompette, bugle, trompinette, composition

Compagnon de route de Mal Waldron, Henri Texier, Archie Shepp, François Tusques, Michel Marre multiplie depuis les années 90 les résidences en France et à l'étranger.

Lauréat Médicis en 98 pour sa création "Gavachs" avec les musiciens du Rajasthan, lauréat en Roumanie pour sa création "Mamaliga blues" en 2003, mais aussi "Sardanajazz" grand orchestre avec la cobla Milénaria, Harmonie-Galoubets et solistes à Bollène, "Silk Road" en Asie centrale, "Trobar" avec jean marie Carlotti.....
Parallèlement à ces créations il participe aux projets de Jean-Marc Padovani, Marc Ducret, Sophia Domancich, et plus récemment de l'Orchestre National de Jazz, direction Franck Tortiller, pour 3 ans.

Depuis les années 90 il n’a cessé d’écrire pour des conservatoires, Le Mans, Parthenay, Sorgues, La grande Motte, Arles, Bourgoin, Châlons ….. et pour des
créations sur demande comme l’Orchestre Européen de 120 musiciens français, allemands, slovènes.
Après des études de piano classique Michel Marre découvre le jazz à l'âge de 18 ans et rentre dans un orchestre de New Orléans, les "Hot Peppers". Il se familiarise avec les répertoires de King Oliver, Louis Armstrong, Duke Ellington, Fletcher Anderson... puis il part en Afrique de l'est et du nord pour trois années. Véritable révélation des musiques africaines et du free jazz on le retrouve aux côtés de musiciens américains et tunisiens au festival de Carthage.
Rentré en France il poursuit ses aventures dans différents styles, middle jazz, be-bop, ethno-jazz.
Il crée le groupe mythique “COSSI-ANATZ “ et commence à écrire pour de grands orchestres en mélangeant les genres : musique bretonne avec le Bagad de Quimperlé et 400 musiciens, musique du Poitou avec Harmonie et musiciens trad. Harmonie de Lozère, de Bollène avec des Galoubets virtuoses. Dans les années 2000 il part régulièrement au Rajasthan, en Roumanie, Hongrie et crée le groupe "Gavachs" dont les compositions sont une synthèse de ses influences africaines, européennes et indiennes. Dans ses voyages, il réalise des documentaires dont certains sont diffusés sur la chaîne ARTE (2001).
En 2006 il intègre pour trois ans l'Orchestre National de Jazz, dirigé par Frank
Tortillier.

En résidence en Russie avec le grand Orchestre de Novosibirsk, à Bucarest avec l'orchestre de la radio, et au Kirghistan avec l'ensemble National Kirghise, il a crée une Harmonie Européenne de 120 Musiciens, et dirige des créations dans divers conservatoires (Grande Motte, Bourgoin-Jallieu, Sorgues, Arles). Il compose pour des grands ensembles de jazz mais aussi pour des Orchestres Classiques.
En 2011 il crée le “ Michel Marre Ethnic Héritage “ que l’on a pu apprécier au dernier Festival de Radio France. Il enseigne cette année à Paris pour des maitres de musiques traditionnelles les théories de l’arrangement. Il vient d’enregistrer un répertoire de standards de jazz avec Alain Jean-Marie.


Chroniques

A la une
par le journaliste
Michel Marre : I Remember Clifford


Milestones
par le collectionneur

Wynton Marsalis « Marsalis Plays Monk - Standard Time, Vol. 4 », 1994

Néo-classique ? Virtuose du rétroviseur ? On a longtemps reproché à Wynton Marsalis ses choix de premier de la classe… Si on veut bien mettre en perspective l’ensemble de sa carrière, depuis ses débuts chez les Jazz Messengers d’Art Blakey en compagnie de son ainé Branford Marsalis au saxophone, le trompettiste et compositeur force le respect pour un parcours bâti sur des convictions : total jazz et total roots. Il fallait oser à l’heure de la pensée unique en faveur du total création…

Au bout du compte, Wynton apparait simplement comme un innovateur de l’évolution plutôt que de la révolution. Ses musiques originales en sextet révèlent une écriture éblouissante, luxuriante, prolongeant à la fois la rigueur de Duke Ellington et les débordements de Charles Mingus. En arrangeant les compositions de Monk (avec son complice tromboniste Wycliffe Gordon), en 1994, le trompettiste réalise l’album qui résume peut-être le mieux l’ensemble de son parcours.

Il s’agit de partir des compositions de l’un des créateurs les plus singuliers du jazz moderne et de les actualiser par une générosité de timbres plongeant dans les réflexes collectifs et fondateurs de la Nouvelle Orléans. Le point d’équilibre en mouvement… Sous la lettre de Monk, on perçoit les fanfares (Thelonious), les claquettes (Evidence), la danse (We See) ou les effluves latines et jungle de Congo Square et le (Green Chimneys). Et malin, lorsque Wynton compose lui-même In Walked Monk (en référence au In Walked Bud de Thelonious, il rend hommage à cet autre pianiste, compositeur et arrangeur du bebop, resté plus confidentiel, qu’est Tadd Dameron. Inventer aujourd’hui à partir de la connaissance méticuleuse de la culture de son champ artistique : on aurait vraiment mauvaise grâce à lui reprocher. Surtout qu’il s’est entouré de solistes qui semblent jouer leur peau à chaque solo… Le mot clé aurait pu servir de titre à une soixante-sixième composition de Monk : jubilation !

Aujourd’hui, Thelonious, enregistré à New York les 17 et 18 septembre 1993
Wynton Marsalis (trompette)
Wycliffe Gordon (trombone)
Wessell Anderson (sax alto)
Walter Blanding Jr. (sax ténor, sax soprano)
Victor Goines (sax ténor, sax soprano)
Eric Reed, (piano)
Reginald Veal, Ben Wolfe (contrebasse)
Herlin Riley (batterie)


Time out
par le noctambule

Concerts

  • Demain à 12h30
    The Amazing Keystone Big Band au Campo Santo d'Orléans dans le cadre de Orléans Jazz
    Pierre Desassis, Kenny Jeanney, Jon Boutellier, Éric Prost, Ghyslain Regard, Jean-Philippe Scali (saxophones, flûte)
    Vincent Labarre, Thierry Senau, Félicien Bouchot, David Enhco (trompettes)
    Bastien Ballaz, Lou Lecaudey, Loic Bachevillier, Sylvain Thomas (trombones)
    Frédéric Nardin (piano)
    Thibaut François (guitare)
    Patrick Maradan (contrebasse)
    Romain Sarron (batterie)
    Leslie Menu (récitante)
    Célia Kaméni (chant)
  • Demain à 20h30
    Surnatural Orchestra à La Dynamo de Banlieues Bleues à Pantin, pour "Prodonfo Rosso - Un ciné spectacle"
    Laurent Géhant (sousaphone)
    Judith Wekstein (trombone basse)
    Hanno Baumfelder et François Roche-Juarez (trombones)
    Antoine Berjeaut et Julien Rousseau (trompettes)
    Boris Boublil
    (claviers, piano)
    Adrien Amey (saxophones, claviers)
    Baptiste Bouquin, Hugues Mayot, Marielle Chatain, Nicolas Stephan et Fabrice Theuillon (saxophones)
    Sylvaine Hélary
    et Cléa Torales (flûtes,chant)
    Antonin Leymarie (batterie)
    Guillaume Magne (guitare)
    Katia Petrowick (chorégraphe)
    Anne Palomeres (danseuse)
    Maxence Tual (comédien)
    Benoît Gilg ou Zac Cammoun (son)
    Damien Christea lumières
    * Les musiciens dont les noms sont suivis d'un astérisque sont les compositeurs de la création musicale.


Culture jazz
par l'insatiable

Hommage à Alain Gibert

Alain Gibert, né en Haute-Loire en 1947, est décédé dans la nuit du 22 au 23 juin à l'âge de 66 ans. Il a participé pendant plus de 25 ans à l'une des réussites collectives de la scène du jazz européen: l'Arfi.

Perpendiculairement à des études universitaires de mathématiques il découvre la musique en autodidacte à travers sa passion pour le jazz. D’abord guitariste, il choisit en 1975 de jouer du trombone et réalise ses idées musicales dans feu le Marvelous band, groupe où fait également ses débuts Louis Sclavis.
Membre fondateur de l’ARFI (1977) Alain Gibert trouve alors dans la Marmite Infernale l’outil rêvé pour composer et jouer des arrangements très personnels de thèmes aussi inattendus que La Marseillaise, devenue Lama say yes.

Dans les années 90 son goût pour la musique traditionnelle se ravive avec la rencontre d’André Ricros pour qui il arrange l’album Le partage des eaux (avec le quartet de Louis Sclavis) ; Chariot d’or, son premier disque en tant que leader, marie intimement ses racines rurales et son langage d’improvisateur / arrangeur. Il y chante en patois vellave. L’histoire continue avec la compagnie « L’Auvergne Imaginée » et des productions comme le ciné-concert l’œil du pharmacien .
Depuis 1980 il collabore avec Steve Waring tant sur scène que dans l’écriture de nombreuses chansons, de spectacles musicaux et de l’opéra Le Roi Démonté, mais c’est toujours dans L’ARFI qu’ il continue de s’exprimer le plus authentiquement, en particulier dans l’incomparable trio Apollo, avec Jean-Luc Cappozzo et Jean-Paul Autin, et plus récemment avec son fils Clément dans le duo Kif kif.
Son moyen d’expression favori reste l’improvisation, qu’il ne pratique pas comme une langue savante mais beaucoup plus comme un parler populaire donnant à son jeu de trombone une saveur immédiatement reconnaissable.[ARFI]

Une fois le cadre fixé — et comme, en définitive, pour rassurer l'auditeur, lui donner le plaisir de la reconnaissance et de la franchise métrique afin de mieux emballer son écoute —, la saute d'humeur s'installe, troue le semblant d'ordre et, voix par voix, se déboussole elle-même (...) Et la musique paraît, dévalant de sa terre natale, métaphoriser l'artifice verbal : coq-à l'âne et contrepets, charades, petits récits enlevés qui égarent la pensée sur les sentiers buissonneux du songe, presque de l'enfance.
Rêveur, faussement gauche et faussement attaché à la carrure, Alain Gibert — un vrai compositeur, un arrangeur d'une vraie légèreté et toujours en verve —, est ennemi des sentiments en bandoulière. Pour dire l'émotion, il lui faut le détour : il est homme de la pirouette et du jeu, où il met des trésors d'intelligence et de générosité, un savoir qui veut rester fragile, exposé, pour entretenir ses chances de toucher (…), où l'humour est une autre manière d'épeler la tendresse.
Héritier de beaux principes de double entente, d'un enjouement ciselé, curieux, en perpétuelle instance d'étonnement, détenteur d'une totale fraîcheur de vocabulaire et revendiquant dans le rire une irremplaçable valeur de partage, Alain Gibert a inventé, l'air de rien, la musique-limerick.
Christian Tarting, dans Diapason
(A propos de « Sept jeunes et fiers maris », du Marvelous Band).


Globe trotter
par le routard

Jazz en Catalogne 2013

Cette semaine, nous parcourons le CD "Jazz de Catalogne en 2013", une visite du vivier de l'une des régions européennes les plus dynamiques en matière de jazz.

Aujourd'hui, le saxophoniste Perico Sambeat, avec vingt albums en leader et une centaine d'autres en tant que sideman de Brad Mehldau, Kurt Rosenwinkel, Tete Montoliu, Michael Brecker ou Pat Metheny...

Son dernier album en 2012 "Elàstic" paru chez Contrabaix, réunit Thomas Bramerie, André Fernandes, Eric Legnini et Jeff Ballard.


Curiosité
par le chineur

Domancich, Avenel, Goubert

Parution de « Upcoming Summer » chez sans bruit, enregistré au Domaine d'O de Montpellier le 25 juillet 2008 dans le cadre du Festival Radio France et Montpellier Languedoc-Roussillon programmé par Xavier Prévost.
Sophia Domancich (piano)
Jean-Jacques Avenel (contrebasse)
Simon Goubert (batterie)


Programmation musicale

18:05
Rouget de l’Isle, arr. A. Gibert
« Gloire à no héros » Lama Say Yes
La Marmite Infernale
[Arfi 013]

18:09
Alain Gibert
« L’âge du cuivre » L’âge du cuivre
Apollo
[Silex 225021]

18:13
Alain Gibert
« La descendance de l’homme » Giberté
Kif Kif
[Arfi 048]

18:18
Benny Golson
« I Remember Clifford » I Remember Clifford
Michel Marre
[Hâtive ! JS03/1]

18:24
Thelonious Monk
« I Remember Clifford » Round About Midnight
Michel Marre
[Hâtive ! JS03/1]

18:30
Clifford Brown
« The Quintessence » Brownie Speaks
Clifford Brown
[Frémeaux 247]

18:34
Clifford Brown
« The Amazing Keystone Jazz Big Band » Daahoud
The Amazing Keystone Jazz Big Band
[Moose 001]

18:40
Thelonious Monk
« Standard Time Vol. 4, Marsalis Plays Monk » Thelonious
Wynton Marsalis
[Columbia 67503]

18:46
Laurent Gehant
« Profondo rosso » Meurtre du spécialiste
Surnatural Orchestra
[Surnatural 1114]
-le site du collectif

18:51
Perico Sambeat
« Jazz From Catalonia 2013 » No te aguanto más
Perico Sambeat
[Catalan!Music]

18:56
Simon Goubert
« Upcoming Summer » Pour vous
Domancich, Avenel, Goubert
[sans bruit 020]

L'équipe de l'émission :
Mots clés :