Open jazz
Magazine
Mercredi 23 mars 2016
58 min

Nik Bärtsch's Mobile, la continuité en version acoustique

Parution de « Continuum » de Nik Bärtsch chez ECM.

Au sommaire aujourd'hui

► Nik Bärtsch's Mobile

à la Une
Jazz au Trésor : Horace Silver - There's No Need To Struggle ► Jazz Agenda :
- 3 invitations pour 2 à ganger pour Chris Potter au théâtre Sortie Ouest de Béziers vendredi 25 mars à 21h. Cliquez sur "contactez-nous " et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.

Jazz Culture : 50 Couplets de Moondog
Jazz Bonus : Royal Orchestra Concertgebouw
Jazz Trotter : Mark Feldman au Stone
TOUS LES TITRES DIFFUSES SONT EN BAS DE PAGE A LA RUBRIQUE "PROGRAMMATION MUSICALE"

Au commencement était “Mobile ”. C'est ce dont s'est souvenu le claviériste et compositeur suisseNik Bärtsch qui, après avoir enregistré trois albums studio et un double live pour le label ECM à la tête de son autre orchestre Ronin, consacre ici son nouveau disque à son groupe d'origine, totalement acoustique, en lui adjoignant pour l'occasion un quintet à cordes sur trois pièces.

Fondé en 1997, Mobile est effectivement la matrice de cette façon si particulière qu'a Bärtsch de concevoir l'art musical comme une sorte de rituel. On y retrouve intacts ses concepts de réduction et de répétition, de même que sa fascination pour la culture japonaise — et ce sont ici des textures empruntées au jazz, au funk, à la musique nouvelle, à la musique minimaliste ainsi qu'à diverses formes de musiques rituelles et sacrées qui se retrouvent organiquement entremêlées pour créer une musique parfaitement singulière. A chaque instant Bärtsch et ses partenaires (Kaspar Rast, Sha et Nicolas Stocker ) travaillent conjointement à la confection patiente d'un son de groupe global fondé sur l'énergie, évitant de se complaire dans de vaines virtuosités solistes. C'est ce qui donne à ce groupe sa profonde cohérence esthétique.

Derrière la décision initiale de Bärtsch de s'éloigner des types d'interaction conventionnels régissant le fonctionnement de la plupart des orchestres, se trouve un désir profond d'explorer des liens inédits entre énergies musicales et sociales au sein d'un groupe fondé sur l'idée de continuité à de multiples niveaux. Cette “communauté axée sur la musique ”, ainsi que Bärtsch l'appelle, s'est spécialisée dans la production de concerts marathons – longs parfois de plus de 36 heures ! – mêlant musique, jeux de lumière, design spatial, arts vidéo et escrime en un cocktail saisissant.

Après avoir établi ces rituels artistiques complexes avec Mobile, Bärtsch a fondé Ronin afin de donner à la partie purement musicale de son projet à la fois plus de force et de plasticité. Dans ces deux ensembles Bärtsch développe et incarne avec une constance jamais remise en cause un pragmatisme hérité de la philosophie des arts martiaux qui veut que si l’on pratique suffisamment longtemps dans un état de grande concentration, ce qui est mis en pratique évoluera par soi-même. Dans cette optique, si l’on se replace dans le champ de la musique, un système peut se développer de soi-même à partir d’un élan initial grâce à l’énergie motrice de la répétition.

Avec Mobile Extended – l’orchestre d’origine augmenté d’un orchestre à cordes – Bärtsch donne à entendre l’aspect “chambriste” de sa pensée musicale. “La façon dont nous organisons nos ‘modules’ d’un point de vue rythmique est plus proche de certaines stratégies de Stravinsky ou Ligeti, voire du funk ou de certaines formes de musique rituelle que de la tradition minimaliste qui tend à utiliser un pointillisme rythmique plus linéaire. Nous pensons et façonnons le rythme comme une sorte de véhicule à la dramaturgie : ce qui nous intéresse c’est de lancer une ‘tournerie’ et de travailler sa capacité à se développer comme une sorte de puzzle acoustique,” explique Bärtsch.

Une pièce de jeunesse de György Ligeti intitulée Continuum for Harpsichord et composée en 1968 est souvent citée par Bärtsch comme une influence décisive. En plus de lui avoir inspiré cette conception d’un développement continu en spirale, au cœur de sa pratique musicale, elle est à l’origine du titre de ce nouvel album. Elle a également donné son impulsion à la pièce “Modul 5” – avec Schwarzweiss, une pièce du compositeur zurichois Edu Haubensak écrite en 1979 – qui fonctionne comme une sorte de butée intermédiaire. La finesse rythmique de Ligeti, son intérêt pour la musique nouvelle et sa quête de solutions formelles toujours novatrices combinant tradition et avant-garde ont largement inspiré l’approche artistique de Nik Bärtsch.

La programmation musicale :

    The Meaning of Meaning

    Florian EgliALBUM : « Everything Moves »LABEL : Intakt
    The Meaning of Meaning

    There's No Need To Struggle

    Horace SilverALBUM : « There's No Need To Struggle »LABEL : Silveto
    There's No Need To Struggle

    Modul 29_14

    ALBUM : « Continuum »LABEL : ECM
    Modul 29_14

    I Kissed A Girl

    ALBUM : « Babillages »LABEL : Autoprod
    I Kissed A Girl

    Imagination

    Chet BakerALBUM : « Indian Summer, Jazz at the Concertgebouw »LABEL : Dutch Jazz Archives
    Imagination

    Bird's Lament

    ALBUM : « Sax Pax For A Sax »LABEL : Kopf
    Bird's Lament

    Dancing

    Keith JarrettALBUM : « Changeless »LABEL : ECM
    Dancing

    Moving In

    Chris PotterALBUM : « Moving In »LABEL : Concord
    Moving In

    What Exit

    Mark FeldmanALBUM : « What Exit»LABEL : ECM
    What Exit
L'équipe de l'émission :