Open jazz
Magazine
Lundi 8 février 2021
54 min

Naïssam Jalal, un monde de résistance

Pour marquer les 10 ans de Rhythms of Resistance, “Un Autre Monde” paraît chez Les Couleurs du Son. On y découvre un aspect insoupçonné de l’imaginaire de Naïssam Jalal qui présente un répertoire à deux visages : une version pour quintet et une version pour orchestre symphonique.

Naïssam Jalal, un monde de résistance
Naïssam Jalal Quintet, © Seka

Au sommaire aujourd'hui

  • Naïssam Jalal à la Une

Écrire un nouveau répertoire pour ce quintet n’était pas chose simple. Je voulais poursuivre ma route sans revenir sur mes pas. Ma musique est l’expression des géographies multiples qui m’habitent ; une musique ancrée dans les traditions extra occidentales et tournée vers l’inconnu. Dans mes 2 albums précédents j’ai parlé de moi-même et du monde en ce qu’il me touche, me bouleverse, me blesse ou m’enivre. Un monde fou à la fois d’une extrême violence et d’une grande beauté. C’est ce monde qui m’inspire et qui continuera de m’inspirer.

« Un autre monde »
« Un autre monde »

Un Autre Monde” dénonce les catastrophes sociales et écologiques du monde actuel mais pointe aussi vers un monde empathique et aimant. Un disque qui milite pour le rêve et le refus de baisser la tête. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

“Aujourd’hui nous avons tous le sentiment d’arriver à la fin d’un cycle, au bout d’une époque. Le capitalisme qui depuis deux siècles, tend à générer toujours plus de profit, à l’infini, aux dépends de nos vies, met maintenant en péril la survie de notre espèce. L’écart de plus en plus indécent qui nous sépare des détenteurs du pouvoir politique et financier, nous épuise en même temps qu’il nous désespère. Nos libertés individuelles et nos droits sociaux disparaissent, et partout, des révoltes éclatent, opposant les peuples à une répression violente. Trop souvent, nos difficultés à vivre dignement engendrent une peur dans laquelle s’enracinent des idéologies fascistes et xénophobes. Nous avons tous le sentiment qu’il nous faut imaginer un autre monde.  

J’ai voulu explorer de nouveaux territoires au niveau du sens comme de la matière sonore, et continuer inlassablement à mélanger les esthétiques, les traditions pour laisser fleurir Un Autre Monde. Ce monde qu’on rêve, ce monde aux frontières ouvertes, perméables et mouvantes, aux identités multiples et choisies. Ce monde où l’autre et le même se mêleraient dans le respect et la curiosité, où la notion de tolérance laisserait la place à celle d’amitié. Ce monde où notre rapport au vivant se fonderait sur l’équilibre et non sur la prédation, dans lequel notre imaginaire serait libéré des « valeurs » matérielles. Cet autre monde dans lequel nous pourrions vivre si les guerres, la haine et l’argent ne nous empêchaient pas de le façonner dans l’argile de nos rêves.  

Un Autre Monde, pour remettre un peu de lumière dans notre quotidien. Et renouer avec l’espoir que cet autre monde peut être le monde de demain. Naïssam Jalal 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Composer, du Quintet à l’Orchestre… 

J’avais envie d’écrire un nouveau répertoire pour le quintet lorsque que j’ai posé les bases de ces nouveaux morceaux en 2017. Quelques mois plus tard je jouais à Brest. Xavier Lejeune directeur de l’Estran théâtre de Guidel est venu m’écouter et m’a dit qu’il voulait m’accueillir comme compositrice associée sur les deux prochaines saisons et qu’il aimerait me donner la possibilité d’écrire pour un grand ensemble. Je lui ai demandé grand comment, il m’a répondu symphonique.  J’étais à la fois enthousiaste et inquiète. Est-ce que j’allais savoir faire sonner un ensemble aussi grand alors que je n’avais jamais écrit pour autant de pupitres ? Est-ce qu’un orchestre classique saurait jouer une musique avec des clivages rythmiques extrêmement complexes ? Fallait-il faire des concessions sur ma façon de composer ? Serait-il possible de tourner avec un orchestre pour faire entendre ce travail ou bien allais-je travailler des mois pour écrire un répertoire qui serait joué une dizaine de fois ?  Alors l’idée d’écrire une sorte de concerto grosso pour quintet et orchestre symphonique a lentement fait son chemin dans mon esprit. J’avais de toutes façons, envie d’écrire pour le quintet. Et puis, le quintet pourrait servir de repère, de moteur à l’orchestre sur toutes les équivalences rythmiques, me permettant de ne pas faire de concessions sur la difficulté de la musique que je compose.  

J’ai donc repris l’écriture de ce répertoire avec l’orchestre en tête. Parfois j’écrivais les parties d’orchestre puis réduisait pour que cela soit jouable en quintet, parfois au contraire je partais de la musique en quintet et j’arrangeais pour élargir à l’orchestre. Plusieurs musiciens que je connais m’ont conseillé de m’en remettre à un arrangeur qui savait faire sonner un orchestre car je m’embarquais dans quelque chose de trop grand. Xavier Lejeune m’a lui aussi proposé les services d’un arrangeur qu’il connaissait et qui est par ailleurs très talentueux. Mais j’étais persuadée que personne d’extérieur à mon esprit ne serait capable de retranscrire pour orchestre la musique que j’avais en tête.  Pour gagner en mobilité rythmique de l’orchestre, j’ai commencé par le réduire au quart de son effectif, c’est à dire, en gardant le même nombre de pupitres mais en réduisant le nombre de musiciens par pupitre. Zahia Ziouani à qui j’ai demandé de diriger cette symphonie, que je remercie pour son investissement et son écoute, m’a donné des conseils précieux sur l’indication des nuances, des coups d’archets, et de tout un tas de petits détails auxquels je n’aurais pas forcément pensé écrire sur une partition.  J’ai essayé de brouiller les rôles entre « solistes » et orchestre. Je suis plutôt partie du principe qu’il s’agissait de deux orchestres au sein desquels pouvaient se dégager des parties solistes pour former un seul grand ensemble. On trouve donc des moments où la trompette et le cor de l’orchestre vont jouer le thème principal avec la flute et le sax du quintet par exemple, à d’autres moments, la section des cordes va doubler la voix sur le thème pendant que la batterie et la contrebasse du quintet vont se trouver dans un rôle d’accompagnement. Cette façon de considérer les deux ensembles m’a permis de créer une unité pour tenter d’effacer les frontières qui séparent le quintet de l’orchestre symphonique. “ Naïssam Jalal

Inspirée par ses immersions en milieu hospitalier, Naïssam Jalal compose actuellement « Rituels de guérisons » pour un nouveau quartet qui verra le jour en 2021 avec son complice Claude Tchamitchian, le violoncelliste Clément Petit et le batteur Nasheet Waits. Une nouvelle preuve de sa conception humaniste de la création musicale et du partage généreux de son immense talent.
(extrait du communiqué de presse)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies
La programmation musicale :
  • 18h07
    Buleria Sarkhat Al Ard - NAISSAM JALAL , RHYTHMS OF RESISTANCE
    Naïssam Jalal & Rhythms Of Resistance

    Buleria Sarkhat Al Ard

    Naïssam Jalal. : compositeur, Naïssam Jalal (flûte, voix), Mehdi Chaib (saxophone ténor), Karsten Hochapfel (violoncelle), Damien Varaillon (contrebasse), Arnaud Dolmen (batterie)
    Album Un autre monde Label Les Couleurs Du Son (533086) Année 2021
  • 18h15
    Hymne à la noix - NAISSAM JALAL , RHYTHMS OF RESISTANCE
    Naïssam Jalal & Rhythms Of Resistance

    Hymne à la noix

    Naïssam Jalal. : compositeur, Naïssam Jalal ((flûte, voix), Mehdi Chaib (saxophone ténor, karkab), Karsten Hochapfel (guitare), Damien Varaillon (contrebasse), Arnaud Dolmen (batterie)
    Album Un autre monde Label Les Couleurs Du Son (533086) Année 2021
  • 18h24
    Bolivia - GATO BARBIERI
    Gato Barbieri

    Bolivia

    Gato Barbieri. : compositeur, Gato Barbieri (flûte, saxophone ténor, voix), Lonnie Liston Smith (piano électrique), John Abercrombie (guitare acoustique)), Jean-François Jenny Clarke (contrebasse), Airto Moreira (batterie), James M'Tume (congas)
    Album Bolivia Label Bmg (74321 22105) Année 1973
  • 18h33
    Samawi - JISR
    Jisr

    Samawi

    Mohcine Ramdan. : compositeur, Niko Schabel (clarinette basse), Wolfi Schlick (sousaphone), Gergely Lukacs (trompette), Mohcine Ramdan (gembri, voix), Ehab Abou Fakher (alto), Roman Bunka (oud), Luis Borda (guitare), Vladislav Cojocaru (accordéon), Marja Burchard (piano), Dine Doneff (contrebasse), Severin Rauch (batterie), Ayman Mabrouk (percussions), Matthias Gmelin (batterie)
    Album Too Far Away Label Free Soul Inc (FREESOULINC006) Année 2020
  • 18h39
    (Lookie, Lookie, Lookie) Here Come Cookie - CLEO BROWN
    Cleo Brown

    Here Comes Cookie

    Mack Gordon. : compositeur, Cleo Brown (piano, voix), Perry Botkin (guitare), Artie Bernstein (contrebasse), Gene Krupa (batterie)
    Album Jazz Ladies : the Singing Pianists 1926-1961 Label Frémeaux & Associés (FA5776) Année 2021
  • 18h44
    West end blues - LOUIS ARMSTRONG
    Louis Armstrong

    West End Blues

    King Oliver. : compositeur, Clarence Williams. : compositeur, Louis Armstrong (tompette, voix), Fred Robinson (trombone), Jimmy Strong (clarinette), Earl Hines (piano), Mancy Cara (banjo), Zutty Singleton (batterie)
    Album Best Of The Hot 5 & Hot 7 Recordings Label Columbia (5086042) Année 2002
  • 18h49
    Trapezoid - NEW FACES
    New Faces

    Trapezoid

    Behn Gillece. : compositeur, Brandon Lee (trompette), Markus Howell (saxophone alto), Nicole Glover (saxophone ténor), Caili O'Doherty (piano), Adi Meyerson (contrebasse), Cory Cox (batterie)
    Album New Sounds Label Posi-Tone (8214) Année 2021
  • 18h54
    Hello Spain - CHARLES PASI
    Charles Pasi

    Hello Spain

    Charles Pasi. : compositeur, Charles Pasi (voix, harmonica), Fred Dupont (Moog basse, Hammond B3, Wurlitzer), Cyril Atef (batterie, percussions, voix)
    Album Zebra Label Blue Note (714596) Année 2020
L'équipe de l'émission :