Open jazz
Magazine
Lundi 25 avril 2016
58 min

Mathilde, hymnes à l'amour

Parution de « Je les aime tous » de Mathilde chez Naïve.

Au sommaire aujourd'hui

► Mathilde

à la Une
et hommage au pianiste et compositeur Grégoire Gensse disparu le 24 avril (orTie, Very Big Experimental Toubifri Orchestra, Cirque Plume)
Jazz au Trésor : Sonny Fortune - Awakening
Jazz Agenda : semaine du 25 avril au 01 mai 2016
Jazz Culture : Sonny Rollins, Le souffle continu
Jazz Bonus : Northern Edition
TOUS LES TITRES DIFFUSES SONT EN BAS DE PAGE A LA RUBRIQUE "PROGRAMMATION MUSICALE.Mathilde le dit elle-même : « Je ne sais pas désaimer. » Alors elle les aime tous. Tous les hommes, dans la chanson qui donne son titre à son album « Je les aime tous » qui paraît chez Naïve. Et tous les sentiments, tous les sortilèges, tous les instants d’amour. Tous les grands standards qui dessinent, dans la chanson française, le parcours rêvé du cœur. Et puis les chansons qu’écrit Mathilde, comme justement Je les aime tous. Des chansons qui disent l’urgence d’écrire et de chanter en français : « Cette langue n’est pas seulement une connexion aux mots pour aller vers les autres ; c’est aussi une reconnexion à soi. Pendant des années, j’ai eu peur de ne pas savoir gérer mes sentiments et d’être bouleversée par les émotions en chantant en français. Quand j’ai enregistré, j’ai beaucoup pleuré. »

Certains l’ont connue dans les clubs et les festivals de jazz. Mais pour des millions d’autres, c’est la chanteuse rondelette de la saison 4 de The Voice, la plus belle voix, celle qui bouleverse avec ses interprétations de Barbara ou Charles Aznavour. C’est d’ailleurs à ce moment que se dessine l’idée de cet album. Oui, c’est là que se joue l’idée de « Je les aime tous », sublime écrin d’une voix bouleversante sur le velours d’un groupe de jazz idéal mené par le pianiste Jacky Terrasson, avec à la trompette de Stéphane Belmondo.

Évidemment, c’est un début ; mais aussi la résultante d’un beau parcours. Le commencement ? Les disques de la Callas et la furieuse envie de chanter comme elle. Alors, à sept ans, Mathilde est en classe à horaires aménagés, deux après-midi par semaine au Conservatoire, plus le dispositif Opéra Junior à Montpellier. Impeccable discipline classique jusqu’au bac, mais toute la famille sort les guitares et chante Brassens les soirs de fête. Les autres jours, elle écoute Ferré avec maman… Deux ans à Londres pour apprendre l’anglais et le gospel. Dans l’Eurostar du retour, questions existentielles. «Ça a été une épiphanie. En arrivant, j’ai dit que je serai chanteuse de jazz. »

Alors ce sera Paris, en 2008. Travail fourni. Rencontre avec le guitariste Vladimir Médail, qui partage avec elle une approche du jazz… plutôt hétérodoxe. « Je suis la chanteuse qui swingue mais qui ne scatte pas. S’il n’y a pas de mots, je ne chante pas ; si je fais diboudida, je m’ennuie à mourir au bout de quatre mesures. » Son album est le reflet de cette exigence, déjà remarquée chez les « jazzeux ». Parce que quand elle chante Cole Porter, c’est seulement après avoir décortiqué mot à mot le sens et l’intention de ses textes, trop souvent transformés en matériau abstrait par des vocalistes pressés. Mathilde a de savoureux oxymorons pour dire ses exigences, comme quand elle lance : « Il faut être virtuose jusqu’au moment où l’on chante ».

Et c’est bien ce qu’elle pratique : cinq heures de travail par jour, les serrages de boulons réguliers chez le professeur de chant et l’attention soutenue du coach vocal ; et, quand elle arrive au micro, l’émotion prend les commandes. Parfois, la voix épouse les épanchements du cœur, plie, se casse. Pour Dis quand reviendras-tu ?, à la fin de l’enregistrement, elle craque à la première prise. Terrasson trouve la voix encore un peu fragile à la deuxième prise. Eh bien c’est celle qu’elle garde. Pourquoi jouer à la poupée nickelée, à la superwoman à la voix d’acier ? Quand elle aborde L’Hymne à l’amour a cappella, elle avance en sereine fragilité, dans un abandon consenti. Jacky Terrasson est assis derrière son piano. Alors que ce n’est pas prévu, il se glisse derrière elle, comme sur la pointe des pieds, pour la seconde moitié de la chanson qui devient un envoi à tous ceux qui aiment. Elle ne pleurera qu'après. On garde la première prise. L’album a été enregistré en quatre jours, comme dans le jazz.

Où écouter Mathilde

  • jeudi 12 mai à 20h au Café de la Danse à Paris
    Alexis Pivot (piano)
    Vladimir Médail (guitare)
    Etienne Renard (contrebasse)
    Philippe Maniez (batterie)
    Jacky Terrasson (piano)
    Stephane Belmondo (trompette, bugle)
    Marcio Faraco (chant, guitare)
    et quelques invités surprises !
  • le mardi 03 mai à 18h au studio 105 de la Maison de la Radio à Paris pour la spéciale Open Jazz "Free Bolero", diffusion en direct sur France Musique
    • Duo Mathilde (voix) et Alexis Pivot (piano) - Solo Sylvain Luc (guitare) - Duo Médéric Collignon (cornet - et bugle et voix, à confirmer) et Edward Perraud (batterie) - Solo Guillaume de Chassy (piano) - Trio Un Poco Loco - lauréats de Jazz Migration : Fidel Fourneyron, trombone Geoffroy Gesser, sax et clarinette Sébastien Beliah, contrebasse
La programmation musicale :

    Takanakuy

    Jean-brice GodetALBUM : « Mujô »LABEL : Fou
    Takanakuy

    Plaisir d'amour

    Jacky TerrassonALBUM : « À Paris… »LABEL : Blue Note
    Plaisir d'amour

    Waiting In The Toaster

    ALBUM : « Waiting In The Toaster »LABEL : Label Bleu
    Waiting In The Toaster

    The Sage

    ALBUM : « Northern Edition »LABEL : Edition
    The Sage

    Triple Threat

    Sonny FortuneALBUM : « Awakening »LABEL : Horizon
    Triple Threat

    Je les aime tous

    ALBUM : « Je les aime tous »LABEL : Naïve
    Je les aime tous

    Mixed Emotions

    Sonny RollinsALBUM : « Holding The Stage »LABEL : Doxy
    Mixed Emotions

    Les volcans endormis

    ALBUM : « Je les aime tous »LABEL : Naïve
    Les volcans endormis

    If I Should Loose You

    Kurt RosenwinkelALBUM : « Deep Song »LABEL : Verve
    If I Should Loose You

    Somebody Loves Me

    Jane Monheit ALBUM : « The Songbook Sessions : Ella Fitzgerald »LABEL : Emerald City
    Somebody Loves Me
L'équipe de l'émission :