Open jazz
Magazine
Mercredi 12 octobre 2016
59 min

Liberation Music Orchestra, la vie après Charlie

Parution de « Time / Life » du Liberation Music Orchestra chez Impulse !.

Au sommaire aujourd'hui

► Liberation Music Orchestra

à la Une
Jazz au Trésor : Al Caiola & Don Arnone - Great Picking
Jazz Agenda :
- 3 invitations pour 2 pour le concert de Lisa Simone samedi 15 octobre à 20h au Théâtre municipal Raymond Devos deTourcoing (59) dans le cadre du Tourcoing Jazz Festival. Cliquez ICI ou sur "contactez-nous " et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
Jazz Culture : le baume à lèvres Louis Armstrong
TOUS LES TITRES DIFFUSES SONT EN BAS DE PAGE A LA RUBRIQUE "PROGRAMMATION MUSICALE" Tout au long d’une carrière courant sur plus de cinq décennies, Charlie Haden n’a cessé de prouver qu’il n’était pas seulement l’un des plus grands bassistes et compositeurs de jazz, mais également un fervent défenseur de la justice.

Durant plus d’un demi-siècle, personnage aussi doux que rebelle, l’artiste s’est, à de nombreuses reprises, attaqué à l’injustice politique et sociale, tout particulièrement au sein du Liberation Music Orchestra, le groupe qu’il fonda en 1969. Un an après sa création, la formation sortit l’éponyme « Liberation Music Orchestra », un premier album réunissant certains des plus fabuleux « renégats » du jazz tels que Don Cherry, Gato Barbieri, Dewey Redman, Paul Motian et l’arrangeuse et compositrice Carla Bley à laquelle Charlie Haden confiera les arrangements de tous les enregistrements du groupe. « Carla entend la musique exactement comme j’ai envie qu’elle sonne », ne se lassait-il d’ailleurs jamais de répéter. Au cours des quarante années qui suivirent la sortie de ce premier disque, le Liberation Music Orchestra publiera trois autres albums studio devenus depuis de véritables classiques – « The Ballad of the Fallen » (ECM, 1983), « Dream Keeper » (Blue Note, 1990) et « Not In Our Name » (Verve, 2005) – ainsi qu’un live captivant enregistré en 1989, « The Montreal Tapes : Liberation Music Orchestra » (Verve, 1999).

Deux ans après la disparition de Charlie Haden, en juillet 2014, l’esprit du célèbre musicien continue à animer la formation sur son dernier album, « Time/Life (Songs for the Whales and Other Beings) », un disque qui renferme le dernier enregistrement du contrebassiste en compagnie du Liberation Music Orchestra. Les producteurs ont eu l’excellente idée de conserver les interventions de l’artiste, à la fin du premier morceau lorsqu’il présente le groupe, et après le dernier morceau lorsqu’il évoque son profond respect à l’égard de toute vie sur Terre, une déclaration qu’on ne peut s’empêcher d’entendre comme le plus poignant des adieux.

L’idée de « Time/Life » remonte à 2007, lorsque Charlie Haden et Ruth Cameron, sa femme et manager de longue date, ont estimé que les outrages infligés à la nature devenaient tels qu’il était de leur devoir de les dénoncer. Quatre ans plus tard, au mois d’août 2011, le Liberation Music Orchestra se produisit au Middelheim Jazz Festival à Anvers. Cette année-là, Bertrand Flamang, le directeur de l’événement souhaitait que la question de l’environnement soit au coeur du festival.

Pour se conformer à ce désir, Liberation Music Orchestra choisit donc d’offrir au public une interprétation somptueuse de «Blue in Green » de Bill Evans et Miles Davis ainsi qu’une version aussi audacieuse qu’évocatrice de « Song for the Whales », un morceau déchirant que Charlie Haden composa en 1979 et enregistra pour la première fois avec son groupe Old and New Dreams. Comme d’habitude, le groupe put compter sur les splendides arrangements de Carla Bley.

Par bonheur, la radio publique belge enregistra ces prestations afin de les diffuser lors d’une émission exceptionnelle. Bénéficiant de la présence de Charlie Haden, ces deux morceaux constituent l’ossature de « Time/Life ».

Avant que l’artiste ait eu l’occasion de réenregistrer Blue in Green et Song for the Whales en studio avec le Liberation Music Orchestra et de composer d’autres morceaux pour un nouvel album, sa santé se détériora rapidement. Avec son courage habituel, Ruth Cameron décida de mener le projet à son terme. « Je savais qu’il fallait absolument réaliser notre rêve et terminer cet album », explique-t-elle. « Et puis je ne voulais pas que ces deux enregistrements trainent dans les cartons sans que personne n’ait l’occasion de les entendre. Charlie aurait voulu que les gens puissent les écouter. »

Ruth Cameron contacta dès lors Jean-Philippe Allard pour lui proposer de sortir un EP du Liberation Music Orchestra. Le directeur d’Impulse ! suggéra dans un premier temps de faire figurer les deux enregistrements du Middelheim Jazz Festival sur une compilation mais elle estima qu’une telle solution amoindrirait la portée politique des morceaux. Ses arguments ayant convaincu Jean-Philippe Allard, Ruth Cameron contacta Carla Bley pour lui proposer d’écrire des arrangements pour trois autres compositions et de co-produire l’album.

Pour « Time/Life », Charlie Haden et Ruth Cameron avait déjà demandé à la compositrice de se repencher sur Ùtviklingssang, morceau sorti pour la première fois en 1981 sur son album « Social Studies ». Avec cette ballade envoûtante, la compositrice réagissait à l’époque à l’annonce faite par le gouvernement norvégien de la construction d’une série de barrages dans le nord du pays visant à alimenter les grandes villes en électricité au mépris des conséquences sur la faune et la flore de Laponie ainsi que sur ses habitants.

Carla Bley ré-arrangea également son Silent Spring (composition qui figurait sur l’album de Gary Burton, « A Genuine Tong Funeral », sorti en 1968) afin qu’il puisse être interprété par une formation comme le Liberation Music Orchestra. Le résultat est une méditation d’une beauté envoûtante où la grâce du dialogue entre guitare et basse est mise en valeur par des parties de cuivre particulièrement poignantes. La troisième composition de Carla Bley figurant sur l’album est le morceau éponyme, un magnifique requiem que la compositrice adressa à Ruth Cameron après avoir appris la disparition de son mari.

Lors de la cérémonie commémorative en l’honneur de Charlie Haden qui se tint le 12 janvier 2015 à la mairie de New York, les membres du Liberation Music Orchestra se retrouvèrent pour lui dire adieu. L’occasion de réaliser le dernier rêve de Charlie Haden était trop belle, aussi se rendirent-ils aux studios Avatar. « Nous avons répété le lundi, la cérémonie a eu lieu le mardi et le mercredi, nous sommes allés en studi o », se rappelle Ruth Cameron. « On a tous senti que l’esprit de Charlie était avec nous. » Pour assumer la lourde tâche de tenir la contrebasse, Steve Swallow, dont l’amitié avec le fondateur du Liberation Music Orchestra remonte à la fin des années 1950, s’imposa comme le choix le plus naturel. Loren Stillman remplace quant à lui Miguel Zenón au saxophone ténor. « Je pleure à chaque fois que j’écoute cet album, il est si émouvant », confie Ruth Cameron. « Je sais que Charlie est ravi que ce disque voit le jour. (L’enregistrement) ayant eu lieu juste après la cérémonie, le groupe joue avec une intensité exceptionnelle. »

Sur le même thème

La programmation musicale :

    Keepin' Out Of Mischief Now

    Louis ArmstrongALBUM : « Satch Plays Fats »LABEL : Columbia
    Keepin' Out Of Mischief Now

    Finally Free

    Lisa SimoneALBUM : « All Is Well »LABEL : Laborie jazz
    Finally Free

    Haïfa la Nuit, Part 1

    Hubert DupontALBUM : « Golan Al Joulan »LABEL : Ultrack
    Haïfa la Nuit, Part 1

    Départementale 787

    ALBUM : « 'Ndiaz »LABEL : Coop Breizh
    Départementale 787

    Kickin’ It For You

    David KrakauerALBUM : « Checkpoint »LABEL : Label Bleu
    Kickin’ It For You

    Silent Spring

    Charlie HadenALBUM : « Time / Life »LABEL : Impulse
    Silent Spring

    II B.S. (Haitian Fight Song)

    Charles MingusALBUM : « Mingus Mingus Mingus Mingus Mingus »LABEL : Impulse
    II B.S. (Haitian Fight Song)

    F Minor Stride

    François RilhacALBUM : « It's Only A Paper Moon »LABEL : Black & Blue
    F Minor Stride

    On the Alamo

    Al Caiola, Don ArnoneALBUM : « Great Picking »LABEL : Blue Sounds
    On the Alamo
L'équipe de l'émission :