Open jazz
Magazine
Vendredi 16 octobre 2020
54 min

Leyla McCalla, Langston Hugues en version roots

La célèbre multi-instrumentiste, violoncelliste et chanteuse Leyla McCalla réédite son premier album de 2014, « Vari Colored Songs », sur Smithsonian Folkways/Bertus.

Leyla McCalla, Langston Hugues en version roots
Leyla McCalla, © Duffy Photographs

Au sommaire aujourd'hui

  • Leyla McCalla à la Une

Leyla McCalla ou la conscience et la légitimité du rythme noir. Relecture d'un album qui, à l’heure du mouvement Black Lives Matter, sonne comme le premier manifeste de la musicienne haïtienne-américaine.

« Vari-Colored Songs »
« Vari-Colored Songs »

Ce disque est une collection d'arrangements musicaux de poèmes de Langston Hughes, à côté de compositions originales et de chansons folkloriques haïtiennes traditionnelles . « Toutes ces chansons sont des manifestes de ma vie en tant que femme noire, haïtienneaméricaine et fille d'immigrants haïtiens, et un hommage à l'humanité et à l'esprit créatif de Langston Hughes », annonce Leyla McCalla.

Originaire de New York, installée ensuite à New Orleans, Leyla McCalla a lu Langston Hughes pour la première fois à l’adolescence, grâce à son père. Mais ce n’est que des années plus tard, après sa formation au conservatoire et alors qu’elle joue avec le groupe Carolina Chocolate Drops, qu’elle se connecte à ses poèmes au niveau musical. 

En lisant « The Vari-Colored Song » de Langston Hughes, elle a été frappée par la puissance de ses mots - leur rythme naturel, l'imagerie forte, leur sens de la mélodie - et a mis le poème en musique, en lui donnant le titre « Heart of Gold ». Bien sûr, la musicalité de Langston Hughes n’est pas un hasard. Jeune poète à New York au début du XXe siècle, il écrit régulièrement quand il fréquente les clubs, s'imprégnant des sons du blues et du jazz, laissant les rythmes et leur jargon imprégner son écriture - menant à la fondation du jazz poetry. Il est également influent au sein de la Harlem Renaissance, ce mouvement de renouveau de la culture afro américaine de l'Entre-deux guerres, et, des années plus tard, il collabore avec Charles Mingus. Pour Langston Hughes, la musique noire n’est pas qu’un simple amusement; c'est une poétique et un ensemble de choix artistiques cohérents.  Comme l'écrit Leyla McCalla dans les notes de pochette, il « visait à légitimer la langue vernaculaire noire en célébrant ses nuances et ses expressions ». 

Le Smithsonian Institute est le plus grand complexe de musées, d’éducation et de centres de recherche au monde et siège dans un château classé du XIXe à Washington. Le label Smithsonian Folkways compte une collection de plus  de 60.000 titres en constante augmentation, et représente une division du Smithsonian Center for Folklife and Cultural Heritage. Sa mission est d’encourager la diversité culturelle et la compréhension mutuelle entre les peuples en documentant, en préservant et en diffusant des témoignages sonores. Signer sur un tel label est une reconnaissance de la valeur patrimoniale de sa musique pour Leyla McCalla, désormais inscrite dans la grande histoire de la musique américaine.

Composant dans sa maison de la NouvelleOrléans près de 100 ans après que Langston Hughes a publié son premier poème, « The Negro Speaks of Rivers » (1921), Leyla McCalla sent que ses paroles sont plus urgentes que jamais. Elle est également attirée par la musique traditionnelle d'Haïti, où ses parents sont nés, et par la réaction que beaucoup ont eue à la création en 1804 de la « première République Noire ». Après que l’île a obtenu son indépendance lors de la première révolte réussie des esclaves dans le monde, la population du territoire de la Louisiane a doublé avec l’arrivée des émigrants de l’ancienne Saint-Domingue. « Langston Hughes, écrit-elle, aurait certainement été conscient de l'incroyable pouvoir du Mouvement Noir que cela représentait : le pouvoir de semer la peur dans le cœur des colonisateurs ». Leyla McCalla a partagé le puissant Song for a Dark Girl, basé sur des mots écrits par Hughes en 1927. Le poème décrit la tragédie d'un lynchage. De ce morceau, McCalla dit : « Près d'un siècle après que Hughes a écrit ces mots, avance rapide jusqu'à la semaine du meurtre de George Floyd ; des hommes noirs ont été trouvés suspendus à des arbres aux États-Unis. Leurs décès ont été rapidement jugés comme des suicides. De nombreux Noirs ont été tués par la police depuis les manifestations qui ont généré le mouvement Black Lives Matter dans notre conscience dominante. Ce qui devient évident ici, c'est que l'histoire n'est pas le passé. L'histoire est une partie vivante et toujours présente de la vie. À la lumière de la crise du COVID-19, à un moment aussi difcile de notre histoire, nous devons nous rappeler que notre passé nous hantera si nous ne voulons pas le regarder. Notre incapacité à prendre soin les uns des autres nous tue littéralement…Je peux voir clairement maintenant à quel point le travail de Hughes reflète avec acuité le préjudice imposé par le paradigme américain de la suprématie blanche. Son travail - qui couvre tous les genres d'écriture - célèbre la culture noire et les contributions des Noirs à la vie américaine, en résistance au rejet chronique des vies noires, des sentiments noirs et de la pensée noire ». 

« En rééditant ce recueil de chansons pour un public plus large, grâce à Smithsonian Folkways et à un moment aussi critique de l'histoire mondiale et américaine, mon intention est que ces chansons nous aident à réévaluer nos tragédies, notre humour, notre potentiel et notre humanité. » Pour Leyla McCalla et ses collaborateurs - notamment Rhiannon Giddens, Luke Winslow King, Hubby Jenkins et Yah Supreme - la combinaison de la poésie du début du XXe siècle de Langston Hughes et de la musique traditionnelle d'Haïti s'avère naturelle. Elle saisit magistralement des rythmes déterminés avec la grâce insolite de Thelonious Monk sur Heart of Gold et fait grincer son violoncelle sur As I Grow Older. Le refrain de Manman Mwen, qu'elle chante en créole haïtien, scintille quand elle et Rhiannon Giddens unissent leurs voix en harmonie. Elle accentue l’humour du blues de Hughes sur Too Blue et fait gronder le tonnerre sur le Latibonit haïtien. 

Une grande partie de la musique ici trouve son antécédent dans les sons traditionnels de la Nouvelle-Orléans - un témoignage à la fois de l’impact de cette ville sur le jazz que Langston Hughes écoutait à New York, et de la profonde influence de la culture haïtienne sur Crescent City. De cette manière, « Vari-Colored Songs » suggère que la culture américaine est impossible à concevoir sans Haïti. La publication originale de « Vari-Colored Songs » était limitée, en 2014 ; elle est présentée ici à nouveau et pour la première fois aux Etats-Unis avec une chanson inédite, As I Grew Older – Dreamer. A sa sortie initiale, le disque a été nommé “album de l'année” par le London Sunday Times et le magazine Songlines, et a reçu les éloges du Washington Post et du New York Times, qui ont loué ses « pensées profondes traitées avec la touche la plus légère que l’on puisse imaginer ». « La réédition de ces chansons à un moment aussi incertain de notre histoire mondiale me rappelle tout ce qui nous est arrivé, dit Leyla McCalla. La sagesse et la vérité dont Langston Hughes continue de nous nourrir, nous inspirent de célébrer les événements supposément banals et stigmatisés de notre société. »
(extrait du communiqué de presse)

La programmation musicale :
  • 18h07
    As I grew older / Dreamer (feat. Yah Supreme) - LEYLA MAC CALLA
    Leyla McCalla

    As I Grew Older / Dreamer

    Leyla McCalla. : compositeur, Leyla McCalla (violoncelle), Yah Supreme (voix), Langston Hughues. : auteur
    Album Vari-Colored Songs : A Tribute to Langston Hughes Label Smithsonian Folkways (SFW40241) Année 2020
  • 18h12
    Heart of gold - LEYLA MAC CALLA
    Leyla McCalla

    Heart of Gold

    Leyla McCalla. : compositeur, Leyla McCalla (voix, violoncelle), Tom Pryor (pedal stell), Joseph Dejarnette (basse), Langston Hughues. : auteur
    Album Vari-Colored Songs : A Tribute to Langston Hughes Label Smithsonian Folkways (SFW40241) Année 2020
  • 18h15
    Lonely house - LEYLA MAC CALLA
    Leyla McCalla

    Lonely House

    Kurt Weill. : compositeur, Leyla McCall (voix, banjo ténor, violoncelle), Langston Hughues. : auteur
    Album Vari-Colored Songs : A Tribute to Langston Hughes Label Smithsonian Folkways (SFW40241) Année 2020
  • 18h20
    Moon-faced and starry-eyed - BENNY GOODMAN ORCHESTRA
    Johnny Mercer & Benny Goodman Orchestra

    Moon-Faced and Starry-Eyed

    Kurt Weill. : compositeur, Johnny Mercer (voix), Benny Goodman Orchestra, Langston Hughes. : auteur
    Album Kurt Weill's Songs Label Frémeaux & Associés (FA5695) Année 2018
  • 18h23
    Life is fine - PATRICK ARTERO
    Patrick Artero

    Life is Fine

    Patrick Artero. : compositeur, La Section Rythmique, Patrick Artero (trompette), Don Vappie (voix), David Blenkhorn (guitare), Sebastien Girardot (contrebasse), Guillaume Nouaux (batterie), Langston Hughes. : auteur
    Album Family Portrait Label Camille Productions (MS022019CD) Année 2019
  • 18h29
    In a mist - MICHEL LEGRAND
    Michel Legrand

    In a Mist

    Bix Beiderbecke. : compositeur, Michel Legrand (direction, arrangements), Gene Quill (saxophone alto), Phil Woods (saxophone alto), Seldon Powell (saxophone ténor), Teo Macero (saxophone baryton), Donald Byrd (trompette), Art Farmer (trompette), Ernie Royal (trompette), Joe Wilder (trompette), Jimmy Cleveland (trombone), Frank Rehak (trombone), James Buffington (cor), Don Elliott (vibraphone), Nat Pierce (piano), Milt Hinton (basse), Osie Johnson (batterie)
    Album Le monde instrumental de Michel Legrand - 1953-1962 Label Frémeaux & Associés (FA57694) Année 2020
  • 18h33
    Rodney's song - FRED CHAPELLIER
    Fred Chapellier

    Rodney's Song

    Roy Buchanan. : compositeur, Billy Price. : compositeur, Fred Chapellier (voix, guitare), Neal Black (guitare), Nico Wayne Toussaint (harpe), Christophe Garreau (basse), Vincent Daune (batterie), Mike Lattrell (orgue Hammond)
    Album Best of, 25 Years on the Road Label Dixiefrog (DFGCD 8813) Année 2020
  • 18h37
    Mood indigo - YONATHAN AVISHAI
    Yonathan Avishai

    Mood Indigo

    Duke Ellington. : compositeur, Barney Bigard. : compositeur, Irving Mills. : compositeur, Yonathan Avishai Trio, Yonathan Avishai (piano), Yoni Zelnik (contrebasse), Donald Kontomanou (batterie)
    Album Joys and Solitudes Année 2018
  • 18h42
    Wind in the trees - YOUPI QUARTET
    Youpi Quartet

    Wind in the Trees

    Ouriel Ellert. : compositeur, Laurent Maur (harmonica), Emilie Calmé (flûte), Ouriel Ellert (basse), Curtis Efoua (batterie)
    Album Mozaïc Label Lb Music (LB888621) Année 2020
  • 18h48
    Traum - BRUNO ANGELINI , DANIEL ERDMANN
    Bruno Angelini & Daniel Erdmann

    Traum

    Daniel Erdmann. : compositeur, Bruno Angelini (piano), Daniel Erdmann (saxophone ténor)
    Album La dernière nuit Label Autoproduction (194171321566) Année 2019
  • 18h52
    Aimons, foutons - FRED PALLEM & LE SACRE DU TYMPAN
    Fred Pallem & Le Sacre Du Tympan

    Aimons, foutons

    Fred Pallem. : compositeur, Fred Pallem : chef d'orchestre, Fred Pallem (guitare basse, synthétiseur), Ludovic Bruni (guitare électrique), Vincent Taeger batterie), Thomas De Pourquery (voix, saxophone alto), cordes, Jean De La Fontaine. : auteur
    Album Fred Pallem et le Sacre du tympan racontent les fables de La Fontaine Label Train Fantôme (465714) Année 2020
  • 18h55
    What you thought was home - KJETIL ANDRE MULELID
    Kjetil André Mulelid.compositeur

    What You Thought Was Home

    Kjetil André Mulelid (piano), Bjørn Marius Hegge (contrebasse), Andreas Skar Winther (batterie)
    Album What You Thought Was Home Label Rune Grammofon (RCD2208) Année 2019
L'équipe de l'émission :