Open jazz
Magazine
Vendredi 2 janvier 2015
56 min

Les grands photographes de jazz (5/5) : Philippe Lévy-Stab

Les grands photographes du jazz exposés dans Open Jazz, en compagnie de Philippe Lévy-Stab.

Depuis ses débuts, le jazz, surtout in situ, a captivé l’attention des grands photographes. Des rais de lumière dans la pénombre des clubs enfumés, des reflets de transpiration sur les visages à la recherche du tempo perdu, mais aussi des instants de grâce entre deux concerts au soleil de Juan-les-Pins, des silhouettes fantomatiques au petit matin sur un trottoir de New York, des portraits en contre-plongée composés comme un standard en lignes obliques et nuances de gris…

Le lieu d’exposition des photos de jazz ? Les pochettes de 30cm, les pages de magazine, beaucoup de beaux livres et aujourd’hui les galeries et les plus grands musées d’art contemporain.

En compagnie de Philippe Lévy-Stab et de la rigueur de son œil au format 6x6, Alex Dutilh parcours la bande son en noir et blanc de cinq photographes majeurs du siècle du jazz :

Ni clic, ni clac, ceux-là sont du genre à se fondre silencieusement dans les coulisses. Atmosphère et lumières tamisées…

Aujourd'hui, le travail de celui qui nous a servi de guide toute la semaine, Philippe Lévy-Stab, le plus jeune et le seul en activité de notre série.

Philippe Lévy-Stab vit et travaille à Paris. Né en 1967, il relie la photographie au jazz à l’age de 15 ans. Diplômé avec mention de communication visuelle à l'Ecole Française d'Enseignement Technique, il est titulaire du CAP photographe option Laboratoire. Dès 1985, il saisit les portraits des musiciens Art Blakey, Woody Shaw, Curtis Fuller, Dizzy Gillespie, Freddie Hubbard, Elvin Jones… Son travail autour du jazz n’a jamais été interrompu depuis.

En 1989, il ouvre son studio rue de la Jonquière à Paris où il accueille les jazzmen, mais aussi les grands solistes classiques français. Pour le cinéma, parallèlement à son activité d’auteur, les réalisateurs Gérard Krawczyk, Luc Besson, Catherine Breillat, Bernard Stora, Richard Berry… feront appel à lui comme photographe de plateau pour son esthétisme, sa précision et son sens de la discrétion dans la relation. En juin 2001, il inaugure son studio/galerie, rue Leneveux à Paris, où ses œuvres sont exposées en permanence (visite sur rendez-vous).

Depuis 1991, il a réalisé une cinquantaine d’expositions personnelles et participé à des expositions collectives aux côtés des plus grands noms de la photographie : Sabine Weiss, Jean Loup Sieff, Jean-Pierre Leloir, William Klein, Henri Cartier-Bresson, Roy DeCarava... Philippe Lévy-Stab a participé récemment à plusieurs expositions majeures aux États-Unis : " Posing Beauty in African American Culture ", inaugurée à la New York University et qui a été montrée dans de nombreuses villes; " New On The Wall " au Portland Art Museum, Oregon ; " Let Your Motto Be Resistance : African American Portraits " au National Museum of African American History and Culture de Washington ; " A History of Photography " au Chrysler Museum of Art de Norfolk…

Les images de Philippe Lévy-Stab sont présentes dans les collections permanentes des plus prestigieux musées et institutions photographiques internationales : En Asie, The Modern Art Gallery - Taiwan. En Suisse, Musée de l’Elysée - Lausanne. En Angleterre, The National Portrait Gallery - London. Aux Etats-Unis, The National Portrait Gallery - Washington D.C, The Library Of Congress - Washington D.C, The Saint Louis Art Museum, The Detroit Institute of Arts, The Spencer Museum of Art, The Portland Art Museum OR, The Chrysler Museum of Art, National Museum of African American History and Culture, Washington D.C...

Si une partie de son travail concerne également l'Inde ou l'Afrique, Philippe Lévy-Stab se concentre aujourd’hui sur des portraits de la ville de New York et sur des paysages offerts par les visages et les attitudes de jazzmen révélant une profondeur, une vibration et une vérité rares. Réalisées en format carré, avec son inséparable Hasselblad, ses images de jazzmen sont souvent captées after hours, dans les coulisses ou sur les banquettes d'un club, quand la mémoire de l'intensité du concert est encore palpable sur les visages et dans les regards. Une manière très subtile de retrouver le fameux couple tension-détente qui est la nature même du swing.

La programmation musicale :

    Maladie d’amour

    Jacky TerrassonALBUM : « Take This »LABEL : Impulse !
    Maladie d’amour

    Safety Land

    Avishai Cohen (trompette)ALBUM : « Triveni II »LABEL : Anzic
    Safety Land

    St. James Infirmary

    Archie SheppALBUM : « Trouble in Mind »LABEL : SteepleChase
    St. James Infirmary

    Free For All

    Art BlakeyALBUM : « Free For All »LABEL : Blue Note
    Free For All

    Kids Are Pretty People

    Hank JonesALBUM : « Upon Reflection »LABEL : Verve
    Kids Are Pretty People

    World Of The Bardo

    Wayne EscofferyALBUM : « The Only Son Of One »LABEL : Sunnyside
    World Of The Bardo
L'équipe de l'émission :