Open jazz
Magazine
Jeudi 1 novembre 2018
54 min

L'actualité du jazz : Yom, ode aux immortels

Sept ans après l’album « With Love », le clarinettiste Yom s’entoure à nouveau de ses acolytes, les Wonder Rabbis, pour un voyage au coeur d’une énergie brute, primale et bouillonnante avec “You Will Never Die !” qui paraît le 02 novembre chez Buda Musique/Socadisc.

L'actualité du jazz : Yom, ode aux immortels
Yom, © Sylvain Gripoix

Au sommaire aujourd'hui

  • Yom à la Une
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Gaël Horellou samedi 3 novembre à 21h au Crescent à Mâcon (71). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
« You Will Never Die »
« You Will Never Die »

Et si Yom échappait à toute définition ? Depuis dix ans, on a vu ce clarinettiste prodige et prolifique dans tous ses états musicaux, d’un tribut inaugural à la tradition klezmer à la complicité tendre de duos alchimiques, d’un grand-huit technoïde au périple hypnotique sur les traces de l’exode du peuple juif, du nomadisme folk des grands espaces américains aux méditations sacrées avec les grands orgues du concertiste Baptiste-Florian Marle-Ouvrard.

Si l’artiste fait feu de toute musique, il n’en poursuit pas moins sa voie singulière, parcourant des paysages hétéroclites comme autant d’écrins, Yom surfe sur la même énergie dès l’origine : il fait chanter l’âme de ses racines ashkénazes et l’esprit klezmer, au sens étymologique « imiter les inflexions de la voix par l’instrument ». « Ma signature possède ce sens du lyrisme et de la sur-expressivité », dit-il.

  • Une énergie tribale

En 2011, le clarinettiste, drapé du costume de super héros, lançait un ovni musical, une bombe crossover, avec de drôles d’acolytes – des rabbins merveilleux. L’artiste arpentait alors, dans son disque « With Love », des galaxies pop-rock multicolores aux contours cosmiques. Cinq ans après la mise en pause de cette formation, il retrouve ses complices pour une nouvelle odyssée, « You will never die ! » qui paraît chez Buda Music/Socadisc. 

« Avec un son massif, je voulais à nouveau faire danser les gens », exlique-t-il. L’épisode 2 se trouve ici métamorphosé par l’expérience, patiné par la vie et les talents multiples de ses membres. Version 2018, l’équipage se voit augmenté d’un guitariste – soit au total cinq musiciens aux lisières du jazz, des musiques contemporaines et des explorations sonores audacieuses. Si Yom, capitaine du vaisseau, en génère l’itinéraire musical dans ses grandes lignes, il est porté par l’énergie vitale, personnelle et créative des Wonder Rabbis « Je cherche moins à contraindre leur énergie brute ».

En résultent des compositions complexes et riches, aux subtiles nuances harmoniques, rythmiques, mélodiques, mais aussi douées d’une force primitive et tribale : une énergie organique, une sève puissante, ténébreuse, chamanique, un bouillonnement sonore souterrain et magmatique. « Je laisse la matière vivre, sans chercher à la compartimenter ou à la dompter. Ces orientations proviennent sûrement de mes cycles exploratoires au coeur des musiques spirituelles, et de mes lectures philosophiques et bouddhistes », analyse Yom, qui se situe – pour rigoler – à mi-chemin entre Bouddha et Lacan.

  • La danse de la terre

Le titre du disque s’inscrit d’ailleurs dans ces réflexions : You will never die !. Le clarinettiste précise : « Si, dans cette vie, tu ressens la force d’un amour inconditionnel, pas seulement dirigé vers une personne, mais doté d’une dimension universelle, tu accèdes à l’immortalité. ». De l’autre côté de la médaille, le titre revêt aussi un aspect plus sombre. « L’être humain me déçoit profondément. Il vit dans cette illusion perpétuelle du ‘You will never die’ : il se voile la face, détruit la forêt amazonienne, suit aveuglément ces mantras absurdes – consommer, développer la croissance, construire des fusées... On veut coloniser Mars, alors qu’ici, sur terre, on tue la vie, les animaux, on bousille la planète. On va tous crever par 47° en hiver… ‘“You will never die’” : quelle ironie ! »

Yom (clarinettes, compositions)
Sylvain Daniel (basse)
Guillaume Magne (guitare)
Léo Jassef (claviers)
Mathieu Penot (batterie)

Où écouter Yom

  • A Paris (75) le jeudi 06 décembre à 20h à la Cigale

Programmation musicale

Yom « You Will Never Die »
It's Not Too Late To Save The World (Yom)
Buda 860337

« You Will Never Die »
« You Will Never Die »

Yom « You Will Never Die »
Love'n Die (Yom)
Buda 860337

« You Will Never Die »
« You Will Never Die »

Lennie Tristano « Tristano »
Requiem (Lennie Tristano)
Atlantic  7567-80804-2

« Tristano »
« Tristano »

Fabrizio Cassol « Requiem pour L. »
Dies iræ secundum (Mozart, arr. Fabrizion Cassol)
OutHere 663

« Requiem pour L. »
« Requiem pour L. »

Martial Solal « Solo Piano : Unreleased 1966 L.A. Session, Vol 2 »
Ah Non ! (Martial Solal)
Fresh Sound 960

« Solo Piano : Unreleased 1966 L.A. Session, Vol 2 »
« Solo Piano : Unreleased 1966 L.A. Session, Vol 2 »

Gaël Horellou « Brooklyn »
Étang salé (Gaël Horellou)
Fresh Sound NT455

« Brooklyn »
« Brooklyn »

Amaury Faye « Live in Brussels »
Ilex (Amaury Faye)
Hypnote 008

« Live in Brussels »
« Live in Brussels »

Jens Thomas « Plays Enrico Morricone »
The Good, the Bad and the Ugly (Ennio Morricone)
ACT 9773-2

« Plays Enrico Morricone »
« Plays Enrico Morricone »

Michel Petrucciani « Trio in Tokyo »
September Second (Michel Petrucciani)
Dreyfus FDM 36605-2

« Trio in Tokyo »
« Trio in Tokyo »
L'équipe de l'émission :