Open jazz
Magazine
Lundi 1 mai 2017
58 min

L'actualité du jazz : Trombone Shorty, une symphonie néo-orléanaise

Parution de « Parking Lot Symphony » de Trombone Shorty chez Blue Note/Universal.

L'actualité du jazz : Trombone Shorty, une symphonie néo-orléanaise
Trombone Shorty, © Mathieu Bitton

Au sommaire aujourd'hui

  • Trombone Shorty à la Une
  • 10 CD à gagner en répondant correctement à la question posée par Alex Dutilh. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom, prénom et adresse postale. 1 CD pour les 10 premières bonnes réponses. Bonne chance !
  • Jazz au Trésor : Jean Bonal - Flash Back
  • Jazz Culture : la passion du jazz de Haruki Murakami
  • Jazz Agenda :
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Vincent Courtois mardi 02 mai à 20h30 à la Dynamo de Banlieues Bleues à Pantin (93). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
 « Parking Lot Symphony »
« Parking Lot Symphony »

Certes, « Parking Lot Symphony » qui paraît chez Blue Note, s’ouvre sur un chant funèbre mais ne vous y trompez pas : le nouvel album du célèbre chanteur, songwriter et tromboniste Troy Andrews, plus connu sous le nom de Trombone Shorty, n’a rien d’une longue complainte. Si l’artiste a choisi d’entamer ce disque en célébrant ses racines avec ce magnifique morceau de soul néo-orléanaise, intitulé « Laveau Dirge No. 1 » en l’honneur d’une des plus célèbres prêtresses vaudou de l’histoire de la Nouvelle-Orléans, c’est pour ensuite s’aventurer dans des directions totalement différentes sur le reste de l’album. Comme son titre le laisse deviner, « Parking Lot Symphony » est un disque aux sonorités infiniment variées, où l’on ne s’étonnera pas de voir le fracas d’une fanfare faire place à un titre de funk torride, et un blues à la beauté déchirante côtoyer un morceau de hip-hop bravache. L’extraordinaire qualité de l’interprétation assure l’unité de cet ensemble a priori hétéroclite, illustrant de la plus belle des manières ce qu’aime à rappeler Troy Andrews : dans les moments difficiles, « la musique est un facteur d’unité ».

Lorsqu’on lui demande pourquoi il a mis si longtemps à donner une suite à « Say That to Say This », son précédent album produit par Raphael Saadiq et sorti en 2013, l’artiste avoue tout simplement « ne pas avoir vu le temps passer ». « Certains artistes s’arrêtent de travailler entre deux disques mais, en ce qui me concerne, je n’ai pas arrêté ». C’est le moins que l’on puisse dire. Au cours des quatre dernières années, Troy Andrews s’est produit pour la cinquième fois à la Maison Blanche, a accompagné Macklemore et Madonna lors de la cérémonie des Grammy Awards, a joué sur les albums de She and Him, Zac Brown, Dierks Bentley et Mark Ronson, a assuré les premières parties des tournées de Dary Hall and John Oates et des Red Hot Chili Peppers, a fait une apparition dans « Sonic Highways », la mini-série documentaire produite par Dave Grohl des Foo Fighters, a enregistré la voix de plusieurs personnages pour le film d’animation « The Peanuts Movie », a eu l’honneur de donner le concert de clôture du New Orleans Jazz & Heritage Festival comme d’autres grands noms de la Crescent City avant lui (les Neville Brothers, Professor Longhair…), et publié “Trombone Shorty”, un livre pour enfant retraçant son parcours et récompensé par le Caldecott Honor Book en 2016.

Pour « Parking Lot Symphony », son premier album sur Blue Note Records, Troy Andrews s’est attaché les services du célèbre producteur Chris Seefried (Andra Day, Fitz and the Tantrums) et a collaboré avec des compositeurs et des musiciens aussi différents que ceux d’Edward Sharpe and The Magnetic Zeros, des Meters, de Better Than Ezra ou encore de Dumpstaphunk. C’est toutefois seul chez lui que l’artiste a commencé à imaginer ce nouvel album. « Je me trouvais pour deux semaines à la maison alors j’en ai profité pour me rendre au studio et préparer mon « aire de jeu » », se rappelle-t-il. « J’ai tout disposé en cercle, tuba, trombone, trompette, clavier, Fender Rhodes, Wurlitzer, orgue Hammond, guitare, basse, batterie, et je me suis mis au milieu. » A cette occasion, il enregistra suffisamment d’idées pour remplir un album puis mit le projet entre parenthèses pendant un an. Pas par manque de temps mais Troy souhaitait repartir sur la route et voir comment ses idées évolueraient. Quand il revint accompagné de son groupe au grand complet, les chansons prirent vie comme par enchantement.

Programmation musicale

Trombone Shorty « Parking Lot Symphony »
Laveau Dirge No. 1 (Troy Andrews)
Blue Note 602557431148

« Parking Lot Symphony »
« Parking Lot Symphony »

Trombone Shorty « Parking Lot Symphony »
It Ain't No Use (Modeliste, Nocentelli, PorterJr., Neville)
Blue Note 602557431148

« Parking Lot Symphony »
« Parking Lot Symphony »

Trombone Shorty « Parking Lot Symphony »
Tripped Out Slim (Troy Andrews)
Blue Note 602557431148

« Parking Lot Symphony »
« Parking Lot Symphony »

Trombone Shorty « Parking Lot Symphony »
Like A Dog (Troy Andrews, Keith Robertson)
Blue Note 602557431148

« Parking Lot Symphony »
« Parking Lot Symphony »

Fred Wesley « Wuda Cuda Shuda »
Getcho Money Ready (Fred Wesley)
Silva Screen 8030

« Wuda Cuda Shuda »
« Wuda Cuda Shuda »

Preservation Hall Jazz Band « So It Is »
Santiago (Ben Jaffe, Charlie Gabriel)
Okeh 889854179120

« So It Is »
« So It Is »

Jean Bonal « Flash Back »
Insomnies pérpétuelles (Jean Bonal)
Véga 19 137

« Flash Back »
« Flash Back »

Art Blakey and The Jazz Messengers « Indestructible »
Mr. Jin (Wayne Shorter)
Blue Note 84193

« Indestructible »
« Indestructible »

Thethered Moon « Experiencing Tosca »
Part III (Giacomo Puccini)
Winter and Winter 910 093-2

« Experiencing Tosca »
« Experiencing Tosca »

Raul Midón « Bad Ass and Blind »
All That I Am (Raul S. Midón)
Artistry Music 7050

« Bad Ass and Blind »
« Bad Ass and Blind »

Raphaël Imbert « Music Is My Home, Act 1 »
MLK Blues (Raphaël Imbert)
Jazz Village 570090D

« Music Is My Home, Act 1 »
« Music Is My Home, Act 1 »
L'équipe de l'émission :