Open jazz
Magazine
Mardi 23 mai 2017
58 min

L'actualité du jazz : Pulcinella, le poids de l'âme

Le quartet toulousain est allé enregistrer « 3/4 d'once » à Budapest, en janvier dernier. Sortie sur le label BMC (distribué par UVM).

L'actualité du jazz : Pulcinella, le poids de l'âme
Pulcinella, © Krisztina Csendes

Au sommaire aujourd'hui

  • Pulcinella à la Une
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Fred Hersch Trio jeudi 25 mai à 20h30 au Théâtre à Coutances (50) dans le cadre de Jazz Sous les Pommiers. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Jacob Collier jeudi 25 mai à 21h au Parc des Expositions du Comminges à Saint-Gaudens (31) dans le cadre de Jazz en Comminges Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
Pulcinella
Pulcinella

Bien sûr Pulcinella – Polichinelle en français – est un personnage de la commedia dell’arte italienne, valet rustaud qui, sous une apparence grossière, cache souvent plus d’un tour dans son sac. Jouer la comédie, les membres de ce bien-nommé quartet toulousain s’y entendent à merveille, mettant en scène leurs compositions comme autant de saynètes drolatiques, fantasques ou tendres, dont les titres énigmatiques, elliptiques ou suggestifs permettront à chacun de se raconter sa petite histoire. Et si le rythme de la pièce est souvent trépidant, on sent que son inspiration se rattache autant à la faconde de Polichinelle qu’à la rêveuse mélancolie d’un Pierrot lunaire.

Le spectacle débute avec TPDC, cavalcade endiablée sur une infernale clave balkanique en 5/8, où l’accordéon de Florian Demonsant mène la danse. Mais voilà qu’apparaît un premier personnage féminin avec Elle aimait l’été et son thème minimaliste se déroulant sur une tourne lascive et étrange. Le saxophone fiévreux de Ferdinand Doumerc semble vouloir faire la cour à la belle, lui lançant des appels toujours plus désespérés, avant d’embrayer sur une coda sans fin...

C’est sur ces entrefaites que surgit de manière plutôt inopinée la figure biblique du très respectable Melchizedec, « roi de Salem » et « prêtre du Très-Haut » selon la Genèse. À moins que la tournure délurée du thème et les rythmes quasi disco distillés par le batteur Pierre Pollet ne fassent plutôt référence au Melchizédec, bouteille d’une contenance de trente litres en usage dans certaines bacchanales ? Allez savoir… Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que 3/4 d’once (soit 21 grammes) est le poids de l’âme s’échappant du corps humain la mort venue, du moins selon la théorie établie par un certain Duncan MacDougall, médecin de son état, en l’an de grâce 1907. Après une ouverture à la légèreté vaporeuse, le temps semble suspendre son vol le temps du solo de contrebasse de Jean-Marc Serpin, avant que la musique gagne progressivement en intensité jusqu’à atteindre son climax, puis de revenir à son immatérialité initiale.

Passé l’entracte, la valse doucement nostalgique de Devant ta porte et son tempo mouvant placent le deuxième acte sous une lumière moins dramatique. Avec Les paris sont ouverts (ceux de l’improvisation, sans doute), Pulcinella dévoile son visage le plus spontané, culminant dans un paroxysme aux accents free. Après toutes ces émotions, pas étonnant que la Mélatonine, l’hormone du sommeil, commence à gagner nos neurones… Las, hanté par le spectre d’un obsédant motif rythmique en 5/4, le monde des rêves semble bien agité en cette nuit de pleine lune. Et il faudra finalement attendre que La fille de l’ombre traverse sur la pointe des pieds la scène plongée dans l’obscurité pour que le calme se fasse enfin. Rideau !

Ainsi va la musique de Pulcinella : traditionnelle et avant-gardiste, sauvage et maîtrisée, précise et foutraque, elle réalise une sorte d’union des contraires, et c’est sans doute ce qui nous la fait apparaître aussi vivante (Pascal Rozat)

Créé fin 2004 à Toulouse, Pulcinella a donné près de 500 concerts. Le quartet, avant tout un groupe de live, a beaucoup joué en France, notamment sur des des festivals reconnus comme Jazz in Marciac, Uzeste Musical, Jazz sous les Pommiers, Nancy Jazz Pulsations, les Rendez-vous de l’Erdre, le festival Radio France… Tout en étant actif sur la scène locale, il a également visité une vingtaine de pays, jouant par exemple sur la place principale de Dushanbé (Tadjikistan), parcourant l’Ukraine à l’occasion de 2 tournées épiques, participant à de prestigieux festivals (London Jazz Festival, Jazzwerkstatt (Bern), Varna Jazz Festival (Bulgarie) le festival de jazz de St Louis du Sénégal...), célébrant les 1000 ans de la ville de Hanoï ou jouant et enregistrant plusieurs fois en Hongrie (dès 2008). Pulcinella a bénéficié du soutien de plusieurs réseaux : Découverte de la Fédération des Scènes de Jazz en 2005, sélection Jazz Migration 2007, sélection Chaînon manquant en 2008, sélection Jazz Primeurs par Cultures France en 2009, sélection 2012/2013 des Jeunesses Musicales de France. Outre ses créations avec d’autres musiciens (Emile Parisien, Leila Martial, Andreas Schaerer, Troyka, Patrick Vaillant, Daniel Casimir…), le groupe affectionne les rencontres avec d’autres arts. Il a ainsi réalisé la musique de pièces de théâtre et de ciné-concert, collaboré avec des danseurs, illustré des lectures de texte, accompagné des numéros de cirque…

En plus de ses 4 précédents albums en quartet, le groupe a enregistré un hommage au chanteur français Claude Nougaro avec Hervé Suhubiette. Il a également réalisé un disque avec le trio hongrois Dzsindzsa (Gabor Weisz, Hunor Szabo, Ernö Hock) pour BMC en 2009 (sur l'album Panthers' play).

Où écouter Pulcinella

  • mercredi 24 mai à 21h au Taquin à Toulouse (31)
  • mardi 30 mai à 20h à L'Atelier du Plateau à Paris (75019)
  • samedi 10 juin à 20h30 à Clarijazz à Marignac-Lasclares (31)
  • Toutes les autres dates ici

Ferdinand Doumerc (saxophones, flûte)
Florian Demonsant (accordéon)
Jean-Marc Serpin (contrebasse)
Pierre Pollet (percussions)

Programmation musicale

Bill Evans « BD Jazz »
A Shoulder To Cry On (Paulette Girard, Charles Darwin)
BDMusic 150219

BD Jazz Bill Evans
BD Jazz Bill Evans

Pulcinella « 3/4 d'once »
TPDC (Florian Demonsant)
BMC 248

3/4 d'once
3/4 d'once

Pulcinella « 3/4 d'once »
Devant ta porte (Ferdinand Doumerc)
BMC 248

3/4 d'once
3/4 d'once

Charles Mingus « Tijuana Moods »
Tijuana's Gift Shop (Charles Mingus)
RCA 74321 74999 2

Tijuana Moods
Tijuana Moods

Flat Earth Society « Terms Of Embarassment »
Abracadabra (Pierre Vervloesem)
Igloo 272

Terms Of Embarassment
Terms Of Embarassment

Lucy Reed « This Is Lucy Reed »
No Moon At All (Evans, Mann)
Fresh Sound 928

This Is Lucy Reed
This Is Lucy Reed

Fred Hersch « Sunday Night at the Vanguard »
The Optimum Thing (Fred Hersch)
Palmetto 2183

Sunday Night at the Vanguard
Sunday Night at the Vanguard

Jacob Collier « In My Room »
Flinstones (Joseph Barbera, Jacob Collier, Hoyt Curtin, William Hanna)
Qwest 234267

In My Room
In My Room

Franck Tortiller, François Corneloup « Singing Fellows »
La leçon des jours (Franck Tortiller)
Label MCO 03

Singing Fellows
Singing Fellows

Pierre Bertrand « Caja Negra »
Question (Pierre Bertrand)
Cristal 165

Caja Negra
Caja Negra

Helge Lien « Guzuguzu »
Guzuguzu (Helge Lien)
Ozella 070

Guzuguzu
Guzuguzu
L'équipe de l'émission :