Open jazz
Magazine
Jeudi 8 février 2018
54 min

L'actualité du jazz : Melody Gardot brûle les planches

En avant-première, « Live in Europe » de Melody Gardot qui paraît chez Decca/Universal le 09 février.

L'actualité du jazz : Melody Gardot brûle les planches
Melody Gardot, © Ftp Hr Adoberg

Au sommaire aujourd'hui

  • Melody Gardot à la Une
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Baptiste Trotignon et Alain Jean-Marie samedi 10 février à 23h à l'Astrada à Marciac (32). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
« Live in Europe »
« Live in Europe »

« La perfection est un idéal qu’en tant qu’êtres humains nous ne renonçons jamais à atteindre. Comme s’il était possible de plaire à tout le monde, partout, tout le temps. Comme si la beauté et ce qui la compose étaient en quelque sorte universels. Le temps et la perpétuelle évolution de nos esprits se chargent de nous rappeler que la notion d’oeuvre d’art est inséparable du sujet et de son état. Celui-ci se pique-t-il d’être à l’avant-garde ou a-t-il des goûts plus classiques ? A-t-on affaire à un puits de science ou à un novice ? Est-il profondément religieux ou agnostique ? Se trouve-t-il dans un état de bien-être ou de désespoir ? Toute chose, toute idée est relative. La beauté et son éventuel impact dépendent de notre manière de regarder, de la perspective adoptée et, en ce qui concerne la musique, de notre position par rapport aux enceintes dont elle s’échappe.

Je n’ai jamais compris pourquoi les critiques ne s’autorisaient à saluer l’oeuvre d’un artiste qu’après sa mort. Pourquoi « Melody Nelson » n’a-t-il pas été considéré comme un classique dès sa sortie ? Pourquoi, bien qu’elles aient toujours été magnifiques, les Corvette 1963 nous fascinent davantage aujourd’hui alors qu’elles sont sur le point de disparaître de la circulation ? Quelle est la nature de ce jeu que nous jouons avec la beauté ? Ce sentiment que tout était mieux avant… Cette nostalgie…

Le temps passe. Aujourd’hui plus vite que jamais. Clignez des yeux, vous avez 30, 40, 50 ans… Dormez trop longtemps, la journée est déjà finie. Travaillez trop dur, vos enfants sont déjà grands. Un moment d’hésitation, vous ratez le coche. Réfléchissez trop, vous oubliez de ressentir. La route nous attend et le voyage est loin d’être aussi long qu’on le pense… Quelqu’un m’a dit un jour « ne regarde pas en arrière, car tu ne risques pas de faire demi-tour ». C’est bien dit, mais si on ne se retourne pas, par moments, il est difficile de voir que le temps est sur le point de nous rattraper. Nous avons tous besoin de jeter un coup d’oeil rapide dans le rétroviseur pour corriger notre trajectoire.

Ce disque, “Live in Europe” qui paraît chez Decca/Universal, c’est exactement ça, le rétroviseur d’une Corvette 1963, une carte postale de nos tournées à travers l’Europe. Nous avons passé une bonne partie de notre temps sur les routes ces dernières années, un voyage dont nous avons profité non seulement pour voir du pays et prendre l’air mais également pour essayer, autant que possible, de nous affranchir des règles et de créer quelque chose d’excitant.

Cela fait des années que je rêve de sortir un album live comme celui-ci. Un hommage à tous ceux qui nous ont accueillis à bras ouverts dans le monde entier. A l’origine, je pensais à une sorte de « best of » qui mettrait à l’honneur nos meilleures prestations. J’ai écouté les enregistrements de plus de 300 concerts, analysant, disséquant, critiquant chaque solo, chaque phrase, chaque note… Cela commençait à devenir fastidieux quand j’ai eu une révélation … Une chanson m’a fait pleurer… non pas à cause de la qualité de l’interprétation, mais parce qu’elle réveillait en moi les sentiments que j’avais éprouvés ce soir-là… Je me suis alors rappelé quelle était la raison d’être de ce projet : le « sentiment », la nostalgie, le souvenir. La recherche de la perfection, l’ego et la prouesse n’ont rien à voir là-dedans. L’idée est simplement de montrer de ce qui se passe en concert. Car, en concert, il n’y a qu’une chose qui compte : le coeur. Dans cet album, vous trouverez le mien mais également tout l’amour que nous avons reçu pendant cette aventure. Avec tous les souvenirs qu’il renferme, ce disque est un certes un cadeau que je me fais à moi-même. Mais il vous est avant tout destiné. Cet album est simplement ma manière de vous adresser un long remerciement. Je vous suis à jamais reconnaissante. »
Melody Gardot

Programmation musicale

Melody Gardot « Live in Europe »
_Our Love Is Eas_y (Melody Gardot)
Decca 00602557654882

« Live in Europe »
« Live in Europe »

Melody Gardot « Live in Europe »
Les étoiles (Melody Gardot)
Decca 00602557654882

« Live in Europe »
« Live in Europe »

Melody Gardot « Live in Europe »
Who Will Comfort Me (Melody Gardot)
Decca 00602557654882

« Live in Europe »
« Live in Europe »

Maxine Sullivan « 1938-41 »
Say It With A Kiss (Mercer, Warren)
Classics 991

« 1938-41 »
« 1938-41 »

Etta James « Five Classic Albums »
Fool That I Am (Hunt)
Avid Jazz 1264

« Five Classic Albums »
« Five Classic Albums »

Michel Graillier, Alain Jean-Marie « Portrait in Black and White »
Ray's Idea (Ray Brown)
Musidisc 500282

« Portrait in Black and White »
« Portrait in Black and White »

Géraldine Laurent « At Work »
Odd Folk (Géraldine Laurent)
Gazebo 123

« At Work »
« At Work »

Sébastien Troendlé « Boogies on the Ball »
Boogaudébut ragalafin (Sébastien Troendlé)
Frémeaux 8537

« Boogies on the Ball »
« Boogies on the Ball »

James Hall « Lattice »
Terrace (James Hall)
Outside in Music 1801

« Lattice »
« Lattice »

GoGo Penguin « A Humdrum Star »
Window (GoGo Penguin)
Blue Note 0602567176732

« A Humdrum Star »
« A Humdrum Star »
L'équipe de l'émission :