Open jazz
Magazine
Vendredi 26 octobre 2018
54 min

L'actualité du jazz : Makaya McCraven, j'irai jouer chez vous

Le meilleur espoir de la scène jazz de Chicago s’appelle Makaya McCraven et sort son nouvel album, “Universal Beings” aujourd'hui chez Anthem. Makaya McCraven propose un disque qui incarne à la perfection la nouvelle dynamique jazz internationale.

L'actualité du jazz : Makaya McCraven, j'irai jouer chez vous
Makaya McCraven, © Leslie Kirchoff

Au sommaire aujourd'hui

  • Makaya McCraven à la Une
« Universal Beings »
« Universal Beings »

Né à Paris, élevé en Nouvelle-Angleterre, résident chicagoan depuis de nombreuses années, Makaya McCraven est l’une des figures emblématiques de la redéfinition des contours du jazz depuis 2015 ; année où il présenta au public son organic beat music sur l’album “In The Moment”. Les sources sonores utilisées pour le disque avaient été soigneusement triées, découpées, post-produites puis ré-arrangées par Makaya, usant d’enregistrement d’improvisations collectées à travers une douzaine de sessions live à Chicago. Depuis cette première tentative, cette méthode de travail chargée d’expérimentations n’a cessé d’être perfectionnée par Makaya les années qui suivirent.

Affinant sa technique sur un nombre de sources sonores plus réduites, Makaya publie deux mixtapes repoussant encore les limites de son approche : d’abord “Highly Rare” en 2017, une suite lo-fi mêlant free jazz et hip hop mise au point à partir d’un enregistreur 4 pistes ; puis la récente “Where We Come From (ChicagoxLondon Mixtape) en juin 2018, réalisée à partir d’enregistrements de sessions live dans l’emblématique club londonien Total Refreshment Centre. 

Après 4 ans de travail, Makaya McCraven dévoile enfin un tout nouvel album ambitieux : “Universal Beings”, son projet le plus élégant, le plus abouti à date et point culminant de son concept musical développé depuis “In The Moment”. Stimulé par un désir de se reconnecter avec de vieux amis ou de rencontrer de nouveaux comparses agitant des horizons musicaux similaires en d’autres lieux de la planète, Makaya s’est associé au label de Chicago International Anthem, fin 2017 et début 2018, pour organiser des sessions live ou studio à New York, Chicago, Londres et Los Angeles

Dans des conditions de travail très D.I.Y (Do It Yourself), les amis et amis d’amis de Makaya impliqués dans le projet font tous partis du gratin des musiciens d’un nouveau jazz en plein essor, dans chacune des villes concernées. Plus important encore, le collectif de musiciens rassemblés, avec Makaya comme dénominateur commun, illustre parfaitement la connexion internationale qui peut exister dans la grande tradition de la Great Black Music anglo-saxonne en 2018, dépassant les frontières des villes et des pays pour s’unir derrière une recherche artistique commune.

La 1ère session s’est déroulée à New-York, dans le sous-sol en béton caverneux du H0I0 à Ridgewood, dans le Queens, où Makaya s’est retrouvé à improviser avec la harpiste Brandee Younger (qui collabore avec Moses Sumney, Lauryn Hill…) pour la première fois, avec son vieil ami Dezron Douglas (contrebassiste de Pharoah Sanders, Ravi Coltrane), et deux résidents new-yorkais nés à Chicago : Joel Ross (vibraphone) et Tomeka Reid (violoncelle). Décidant de s’installer dans un coin de la pièce plutôt que sur la scène installée, entassés les uns sur les autres, les membres du quartet se sont mis à créer une matière “vibrante, vivante, agitée par une pulsation électrique”, comme le décrit Giovanni Russonello dans son article pour le New York Times sur les meilleures performances live de 2017.

Quelques jours après la session au H0I0, c’est au QG d’International Anthem à Chicago, le Co-Prosperity Sphere, que Makaya s’est activé pour collaborer avec l’incontournable saxophoniste anglais Shabaka Hutchings (de passage en ville pour jouer avec Louis Moholo-Moholo). Cette fois, le groupe au complet intégrait Tomeka Reid (violoncelle) mais aussi un pilier de la scène chicagoane, le contrebassiste Junius Paul (membre du groupe de Roscoe Mitchell, nouveau membre récent du Art Ensemble of Chicago).

La troisième session prit place cette fois à Londres, dans l’un des studios du Total Refreshment Centre, où Makaya a été rejoint pour deux heures de jeu débridé par trois musiciens avec qui il n’avait jamais collaboré auparavant : la saxophoniste Nubya Garcia, étoile montante de l’instrument, le contrebassiste Daniel Casimir et la nouvelle sensation anglaise du piano Ashley Henry.

Enfin, la quatrième et dernière session d’enregistrement s’est organisée dans le garage du guitariste Jeff Parker, à Los Angeles Country, une petite pièce où Makaya parvint néanmoins à sa glisser avec cinq autres musiciens - Jeff Parker à la guitare, le violoniste Miguel Atwood-Ferguson (ami et comparse de Flying Lotus, Thundercat…), le percussionniste Carlos Niño (Dexter Story, Jamire Williams), la contrebassiste Anna Butterss et le saxophoniste Josh Johnson (Kiefer, Esperanza Spalding).

Les mois suivants, rassemblant toutes ces sources musicales, Makaya s’attelle au travail de post-production, de montage et d’arrangement pour aboutir à quatre suites musicales dynamiques et cohérentes, qu’il séquence ensuite de manière chronologique avec pour seul objectif la création d’un album porté par une réflexion jazz spirituelle et profonde. Injectant des pulsations post-bop et des rythmiques boom-bap pour défier les simplifications portées par le révisionnisme et le régionalisme musical exacerbé, Makaya McCraven rend avant tout hommage aux sons et aux histoires en provenance des contextes géographiques dans lesquels il s’est retrouvé durant les différentes sessions. “Universal Beings” porte en lui un message global d’unité et de paix, embrassant la transcendance musicale dans toute ses dimensions.

Où écouter Makaya McCraven

  • A Berlin (Allemagne) samedi 03 novembre à minuit dans le cadre du Jazzfest Berlin x J.A.W
  • A Paris (75) lundi 05 novembre au New Morning dans le cadre de l'International Anthem In Paris

Makaya McCraven (batterie)
Junius Paul (basse)
Matt Gold (guitare)
Greg Spero (claviers)
Irvin Pierce (saxopone)

Programmation musicale

Makaya McCraven « Universal Beings »
Mantra (M. McCraven, B. Younger, T. Reid,  D. Douglas, J. Ross)
International Anthem 022

« Universal Beings »
« Universal Beings »

Makaya McCraven « Universal Beings »
Wise Man, Wiszer Woman (M. McCraven, J. Paul, T. Reid, S. Hutchings)
International Anthem 022

« Universal Beings »
« Universal Beings »

Makaya McCraven « Universal Beings »
Flipped Out ou Voila (M. McCraven, N. Garcia,  A. Henry, D. Casimir)
International Anthem 022

« Universal Beings »
« Universal Beings »

Makaya McCraven « Universal Beings »
Universal Beings (M. McCraven, A. Butterss, J. Jonson,  C. Nino, M. Atwood-Ferguso)
International Anthem 022

« Universal Beings »
« Universal Beings »

Ken McIntyre « Wildflowers »
New Times (Ken McIntyre)
Douglas 035828030373

« Wildflowers »
« Wildflowers »

Mark Masters, Ensemble « Our Métier »
Dispositions of the Heart (Mark Master)
Capri 74150-2

« Our Métier »
« Our Métier »

George Arvanitas « Soul Jazz »
Sonnymoon for Two (Sonny Rollons)
Fresh Sound 961

« Soul Jazz »
« Soul Jazz »

Thomas Dutronc « Live is Love »
J'me fous de tout (T. Dutronc, F. Kohn, D. Chiron)
Blue Note

« Live is Love »
« Live is Love »

Normandie Quintet + One « Live at Sainte-Adresse »
Vintage Mood (Pierre Touquet)
Label Art Vivant 046

« Live at Sainte-Adresse »
« Live at Sainte-Adresse »

Europe Society Orchestra « From Cake-Walk to Ragtime »
Too Much Mustard (Cecil Macklin)
Frémeaux 067

« From Cake-Walk to Ragtime »
« From Cake-Walk to Ragtime »

Michael Formanek, Elusion Quartet « Time Like This »
A Fine Mess (Michael Formanek)
Intakt 313

« Time Like This »
« Time Like This »
L'équipe de l'émission :