Open jazz
Magazine
Mardi 20 juin 2017
58 min

L'actualité du jazz : Lia Pale et Mathias Rüegg voyagent en hiver

Parution de « A Winter's Journey » de Lia Pale et Mathias Rüegg chez Lotus.

L'actualité du jazz : Lia Pale et Mathias Rüegg voyagent en hiver
Lea Pale, © Severin Koller

Au sommaire aujourd'hui

  • Lia Pale et Mathias Rüegg à la Une
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour la soirée du vendredi 23 juin du New Orleans Jazz Quimper à l'Espace de l'Evêché de Quimper (29) avec les Aprèm' Jazz. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
« A Winter's Journey »
« A Winter's Journey »

Un petit rappel pour situer l’importance de cet enregistrement : il s’agit de la rencontre de Lia Pale, chanteuse-instrumentiste (le piano ici mais aussi la flûte, les percussions, la danse), de culture classique – sans engagement spécifique dans le jazz, mais qui apprécie entre toutes Billie Holiday – avec un revenant, Mathias Rüegg (ici producteur, arrangeur, pianiste), le leader du célèbre Vienna Art Orchestra aujourd’hui dissous, autour d’un projet original de relecture de la musique de Franz Schubert (1797-1828).

D’une certaine manière, il y a continuité pour Mathias Rüegg, puisque Schubert est le musicien de Vienne par excellence (il y est né et décédé). Le choix s’est porté sur une sélection de thèmes adaptés du Winterreise (Le Voyage d’hiver), une suite de lieder mélancoliques composés dans les deux dernières années de sa vie sur des poèmes de Wilhelm Müller (1794-1827), ici également adaptés par Lia Pale.

On sait Mathias Rüegg féru de littérature, de cinéma, de musique en général , de jazz mais aussi de musique classique, de musiques populaires, et cela fait partie de son originalité, pas toujours cernée, mais qui a tant apporté à la couleur particulière du Vienna Art Orchestra. Un érudit intelligent qui teinte ses compositions, ses arrangements jazz des couleurs musicales de sa culture européenne et parfois réciproquement, des couleurs du jazz ou d’autres musiques le répertoire européen, comme ici. Une belle synthèse personnelle, pas différente sur le fond de ce que firent Django Reinhardt à partir de sa culture, ou Duke Ellington, entre autres, à partir de la sienne, y compris sur le répertoire classique européen. Ce choix d’un répertoire intense et mélancolique, mais d’une forme légère (voix et formation réduite) est encore cette fois parfaitement juste car il respecte la forme originale des lieder en s’appuyant sur la voix aérienne (Road of No Return, Too Cold to Stand Still), précise (The Numbers and the Dates) et actuelle de Lia Pale, comme sur ses adaptations des poèmes (en anglais).

La complicité, l’osmose nées de cette rencontre sont mises en valeur par une belle formation avec les excellents Harry Sokal (beau chorus de sax sur Follow My Teardrops,Gone Too Far) et Hans Strasser à la contrebasse (Gone Too Far), par la présence du maestro Mathias Rüegg à son piano et pour les arrangements (architecte des couleurs), et cette légèreté des percussions d’Ingrid Oberkanins tout à fait respectueuse de l’univers de Schubert revu et adapté.

On ne dit pas sur quelle pièce Lia Pale joue du piano, en fait sur My Faithful Walking Staff, et on apprécie Follow My Teardrops et son introduction avec quelques craquements nostalgiques d’époque (pas celle de Schubert, précisons-le)… Pour la petite histoire, car il y en a une, Mathias Rüegg ne figure pas en clair sur le livret, pas plus que Schubert et Müller (rebaptisés pour l’occasion shoE, Bert et Miller) car pour la première présentation le souhait était d’éviter aux amateurs-auditeurs et à la presse (de Vienne) des préjugés liés à l’œuvre de Schubert-Müller ou à la présence de Mathias Rüegg dont c’est le grand retour après une absence de longue durée, préjugés ou événement qui auraient nui au naturel de l’écoute de cet album de Lia Pale.

Jeu de pistes et piège espiègle car bien peu de Viennois présents reconnurent, paraît-il, les échos de l’œuvre du grand Viennois. Mais c’est peut-être aussi que l’adaptation a été réussie, que les artistes d’aujourd’hui ont su s’approprier l’œuvre et que Schubert est éternel (la beauté des mélodies en particulier).

Indispensable, en particulier pour l’originalité de cet enregistrement où l’on a le plaisir d’une découverte, Lia Pale, et celui de retrouver un musicien savant qui manquait au jazz. (Yves Sportis)

Mathias Rüegg nous précisait hier dans un échange de courriels : “Nous avons d’abord enregistré 11 pièces du Voyage d’hiver en 2013, avec l’impression d’être allé trop loin dans la distanciation. Et depuis nous n’avons eu de cesse de travailler et travailler encore sur le cycle complet des 24 lieder. Nous les avons enregistrés petit à petit, quand nous nous sentions prêts. Pour constater que dans la plupart des cas, nous étions encore allés assez loin ! Et pour l’anecdote, sachez que nous entrons en studio la semaine prochaine, cette fois pour aborder les lieder de Robert Schumann.

Programmation musicale

Lia Pale « A Winter's Journey »
Good Night (Franz Schubert, Wilhelm Müller, arr. Mathias Rüegg)
Lotus 17046

« A Winter's Journey »
« A Winter's Journey »

Lia Pale « A Winter's Journey »
The Weathervane (Franz Schubert, Wilhelm Müller, arr. Mathias Rüegg)
Lotus 17046

« A Winter's Journey »
« A Winter's Journey »

Lia Pale « A Winter's Journey »
Footprints Can't Be Seen (Franz Schubert, Wilhelm Müller, arr. Mathias Rüegg)
Lotus 17046

« A Winter's Journey »
« A Winter's Journey »

Vienna Art Orchestra « European Songbook »
Winterreise D 911 : Erstarrung (Franz Schubert, arr. Mathias Rüegg)
Verve 527672-2

« European Songbook »
« European Songbook »

Kira Skov, Maria Faust « In The Beginning »
Song For Maria (Kira Skov)
Stunt 17012

« In The Beginning »
« In The Beginning »

Mark Murphy « Wild and Free »
Farmer's Market (A. Farmer, A. Ross)
HighNote 7310

« Wild and Free »
« Wild and Free »

Scott Joplin « King of Ragtime Writers »
Cascades (Scott Joplin)
Biograph 110

« King of Ragtime Writers »
« King of Ragtime Writers »

Leila Martial « Baabel »
Baabel (Leila Martial, Pierre Tereygeol)
Laborie Jazz 39

« Baabel »
« Baabel »

The Comet is Coming « Death to The Planet »
Ascension (Shabaka Hutchings)
Leaf 64

« Death to The Planet »
« Death to The Planet »

Héloise Lefebvre, Paul Audoynaud « Sun Dew »
Le penseur (Paul Audoynaud)
Laborie Jazz 38

« Sun Dew »
« Sun Dew »

Mélanie de Biasio « Lillies »
Gold Junkies (Mélanie de Biasio)
Pias

« Lillies »
« Lillies »
L'équipe de l'émission :
Mots clés :