Open jazz
Magazine
Jeudi 9 février 2017
58 min

L'actualité du jazz : Lee Konitz, une première chez Impulse !

Parution de « Frescalalto » de Lee Konitz chez Impulse !.

L'actualité du jazz : Lee Konitz, une première chez Impulse !
Lee Konitz, © John Abbott

Au sommaire aujourd'hui

  • Lee Konitz à la Une
  • Jazz au Trésor : Duke Ellington - The Great 1963 Paris Concert
  • Jazz Agenda :
  • 3 invitations pour 2 pour le concert de Pierre de Bethmann samedi 11 février à 21h au café de la Maison du Peuple la Fraternelle à Saint-Claude (39) dans le cadre de D'Jazz au Bistro. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
  • 3 invitations pour 2 pour le concert de Jacky Terrasson et Stpéhane Belmondo vendredi 10 février à 21h au Jazz Club du Thou (17). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3premiers mails.
  • Jazz Culture : 75 years of Capitol Records
  • Jazz Bonus : Le Grupetto - 4 nouveaux albums
  • Jazz Trotter : l'indispensable Lionel Loueke
« Frescalalto »
« Frescalalto »

A 89 ans, Lee Konitz continue d’exercer une autorité incontestée sur le domaine du saxophone alto. Reconnaissable entre toutes, son approche épurée de l’improvisation laisse transparaître une énergie et une intelligence plus vives que jamais. Le saxophoniste ayant sorti son premier disque en tant que leader il y a plus d’un demi-siècle, il est surprenant de constater que « Frescalalto » n’est que son premier disque chez Impulse! Records. Pour l’occasion, il est accompagné par une équipe de rêve formée du pianiste Kenny Barron, du bassiste Peter Washington et du batteur Kenny Washington. La manière dont les carrières des quatre musiciens n’ont cessé de s’entrecroiser au fil des décennies ne peut manquer d’étonner.

« Lee Konitz Nonet », sorti en 1977, marque par exemple les débuts discographiques de Kenny Washington. Le batteur a par ailleurs fréquemment collaboré avec Peter Washington (aucun lien de parenté), les deux musiciens finissant par être considérés comme l’une des meilleures sections rythmiques jazz de New York. En outre, Washington et Washington ont à de multiples reprises, soit ensemble, soit séparément, accompagné Kenny Barron, leur confrère de l’écurie Impulse!.

La première apparition du pianiste sur un disque de Lee Konitz remonte quant à elle à 1992 avec « Jazz Nocturne », un album sur lequel, pure coïncidence, jouait également Kenny Washington. Lorsqu’on lui demande ce qui le séduit particulièrement chez ces musiciens, feeling est le premier mot qui vient à l’esprit de Lee Konitz. « Kenny Barron a un merveilleux sens du temps et de la mélodie et il l’exprime sans éprouver le besoin d’en faire des tonnes. Il ne passe pas son temps à mettre en avant ses facilités en tombant dans une virtuosité gratuite », explique le saxophoniste. « Le jeu de Kenny Washington témoigne quant à lui d’une parfaite maîtrise du rythme et son son de batterie est magnifique. Peter a pour sa part une belle manière de s’exprimer à la basse. La basse est un instrument difficile. Mais lorsqu’il en joue, chaque note ressort avec clarté ».

L’entente évidente dont font preuve les quatre musiciens est pour beaucoup dans l’extraordinaire énergie qui émane de « Frescalalto », un album qui voit Lee Konitz revisiter neuf chansons dont la plupart comptent parmi les plus grands standards du jazz. Sa capacité à s’approprier ces morceaux intemporels et à en révéler des facettes jusqu’à présent ignorées est tout bonnement impressionnante.

Son approche de Cherokee, par exemple, l’une des plus célèbres chansons de Ray Noble, contraste avec celle adoptée par la plupart des musiciens de jazz : loin de traverser le morceau en fonçant à bride abattue, Lee Konitz s’y promène avec une délicieuse nonchalance en prenant le temps de savourer le charme de la mélodie, avant que la section rythmique n’accélère le rythme et que Kenny Barron ne se livre à une improvisation pleine d’entrain. Puis la chanson revient au mid-tempo initial, Lee Konitz s’attachant de nouveau à mettre en valeur la beauté de la mélodie.

Programmation musicale

Lee Konitz « Frescalalto »
Kary's Trance (Lee Konitz)
Impulse 00602557208733

« Frescalalto »
« Frescalalto »

Lee Konitz « Frescalalto »
Cherokee (Ray Noble)
Impulse 00602557208733

« Frescalalto »
« Frescalalto »

Elvin Jones « The Quintessence »
All Of Me (Simmons, Marks)
Frémeaux FA3065

« The Quintessence »
« The Quintessence »

Duke Ellington « The Great 1963 Paris Concert »
The Star-Crossed Lovers (B. Strayhorn)
Maison du Duke 009

« The Great 1963 Paris Concert »
« The Great 1963 Paris Concert »

Pierre de Bethmann « Essais, Vol 1 »
Indifférence (Tony Murena, Joseph Colombo)
Alea 007

« Essais, Vol 1 »
« Essais, Vol 1 »

Jacky Terrasson et Stéphane Belmondo « Mother »
Que reste-t-il de nos amours (Chauliac, Trenet)
Impulse 0602557049466

« Mother »
« Mother »

Miles Davis « Birth Of The Cool »
Move (Denzil Best)
Capitol CP32-5181

« Birth Of The Cool »
« Birth Of The Cool »

Le Grupetto « Joue Mael Godinat »
Mezosoïque (Mael Godinat)
Zabirrr 042

« Joue Mael Godinat »
« Joue Mael Godinat »

Nicolas Kummert « La Diversité »
Hallelujah (Leonard Cohen)
Edition 1083

« La Diversité »
« La Diversité »

Kristof Bacso «Pannon Blue »
Hanna Is Here (Kristof Bacso)
BMC 232"

«Pannon Blue »
«Pannon Blue »
L'équipe de l'émission :
Mots clés :