Open jazz
Magazine
Mercredi 17 octobre 2018
54 min

L'actualité du jazz : Keith Jarrett, la tentation de Venise

En avant-première, Keith Jarrett enregistré à Venise avec « La Fenice » qui paraît le 19 octobre chez ECM/Universal. Un partenariat France Musique.

L'actualité du jazz : Keith Jarrett, la tentation de Venise
Keith Jarrett, © Roberto Masotti / ECM Records

Au sommaire aujourd'hui

  • Keith Jarrett à la Une
    10 CD à gagner en répondant correctement à la question posée par Alex Dutilh. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom, prénom et adresse postale complète. 1 CD pour les 10 premières bonnes réponses. Bonne chance !
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Mulatu Astatke jeudi 18 octobre à 20h30 à la Salle polyvalente de Marguerittes (30) dans le cadre de la soirée Ethio Jazz du Nîmes Metropole Jazz Festival.  Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Matyas Szandai, Mathias Levy, Miklos Lukacs samedi 20 octobre à 19h au Comptoir à Fontenay-sous-Bois (94). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
« La Fenice »
« La Fenice »

Ce double album « La Fenice » qui paraît le 19 octobre chez ECM/Universal, longtemps escompté, nous permet de découvrir Keith Jarrett en concert dans le cadre prestigieux du Gran Teatro La Fenice de Venise, le 19 juillet 2006. Ce décor – l’un des plus célèbres espaces dédiés à la musique classique en Italie – évoque instantanément quelques parallèles avec “La Scala”, l’enregistrement préféré du pianiste paru en 1995, mais chaque nouvelle performance de Jarrett en solo est un monde en soi, sa créativité protéiforme engendrant continuellement de nouvelles formes. “La Fenice” (le phénix) le présente s’appliquant à canaliser le flux de son inspiration en une suite de huit créations spontanées passant du blues à l’atonalité avec un bonheur d’expression constant. Dès les premières notes, l’auditeur se trouve embarqué dans un voyage constamment captivant. Dans la séquence de transition entre les pièces intitulées Part VI et Part VII, Jarrett surprend et émeut en faisant référence à l’air “The Sun Whose Rays”, extrait de l’opéra de Gilbert et Sullivan The Mikado.

En rappel il s’empare de la chanson traditionnelle My Wild Irish Rose (déjà enregistrée par le pianiste sur son album “The Melody At Night With You”) ainsi que du standard intemporel Stella By Starlight (très fréquemment joué en trio avec Gary Peacock et Jack DeJohnette notamment dans les disques “Standards Live et Yesterdays”).  Le concert se termine par une tendre relecture de Blossom, un thème du pianiste créé en 1974 dans le légendaire album “Belonging” avec Jan Garbarek, Palle Danielsson et Jon Christensen.

“La Fenice” peut être considéré comme le point d’orgue d’une série de concerts en solo entamée en septembre de cette même année 2006 avec “The Carnegie Hall Concert”. Rendant compte de cette performance, Fred Kaplan du magazine The Absolute Sound avait écrit alors : “Ces pièces de concert, toutes de pures improvisations, sontdes modèles d’économie. Les thèmes sont exposés, explorés, revivifiés en subtiles variations, abandonnés, réinvestis, achevés — avec un sens de la forme constant du début à la fin. Les rappels sont de la même veine, animés de la même tension – lyriques et magnifiques.”

La parution de ce concert vénitien arrive à point nommé. A l’occasion de sa 62e édition le Festival International de Musique Contemporaine de la Biennale de Venise a remis à Keith Jarrett un Lion d’Or pour l’ensemble de sa carrière. C’est la première fois qu’un musicien de jazz reçoit cette récompense, qui par le passé s’est vue attribuée à des compositeurs contemporains comme, ces dernières décennies, Luciano Berio, Pierre Boulez, György Kurtág, Helmut Lachenmann, Sofia Gubaidulina ou encore Steve Reich. Il existe bien sûr bien des façons d’être un “compositeur contemporain” et c’est ce que Keith Jarrett illustre de manière si éloquente dans “La Fenice”, façonnant en temps réel des formes et structures musicales d’une beauté inédite.

Programmation musicale

Keith Jarrett « La Fenice »
La Fenice, Part V (Keith Jarrett)
ECM 2601/02

« La Fenice »
« La Fenice »

Keith Jarrett « La Fenice »
Blossom (Keith Jarrett)
ECM 2601/02

« La Fenice »
« La Fenice »

Hubert Fol « And His Be-Bop Minstrels »
This Fol-ish Thing (Hubert Fol)
Fresh Sound 955

« And His Be-Bop Minstrels »
« And His Be-Bop Minstrels »

Mulatu Astatke « Afro-Latin Soul »
Mascaram Setaba  (Mulatu Astatke)
Strut 156

« Afro-Latin Soul »
« Afro-Latin Soul »

Jacques Coursil « Trail of Tears »
Gorée (Jacques Coursil)
Universal 5324129

« Trail of Tears »
« Trail of Tears »

Nitai Hershkovitz « New Place Always »
Red Wagon Go (Nitai Hershkowitz)
Enja Yellowbird 7788

« New Place Always »
« New Place Always »

Antoine Pierre, Urbex « Sketches of Nowhere »
Dreams of Sand And Snow (Antoine Pierre,  Bert Cools, Ben Van Gelder)
Igloo 293

« Sketches of Nowhere »
« Sketches of Nowhere »

Matyas Szandai, Mathias Lévy, Miklos Lukacs « Bartók Impressions »
Improvisation on Mikrokosmos 152 (Béla Bartók)
BMC 254

« Bartók Impressions »
« Bartók Impressions »

The Amazing Keystone Big Band « La Voix d'Ella »
Bess aime tellement la voix d'Ella (Philippe Lemercier)
A-Tisket, A-Tasket (Louiseville) (Van Alexander, Ella Fitzgerald)
A-Tisket, A-Tasket (Broadway) (Van Alexander, Ella Fitzgerald)
Association Moose

« La Voix d'Ella »
« La Voix d'Ella »

Bruno Råberg « Tailwind »
Le candide II  (Bruno Råberg)
Red Piano 14599-4435

« Tailwind »
« Tailwind »

Raul Midón « If You Really Want »
Ride On A Rainbow (Raul Midón)
Artistry 7060

« If You Really Want »
« If You Really Want »
L'équipe de l'émission :