Open jazz
Magazine
Vendredi 9 février 2018
54 min

L'actualité du jazz : Julia Biel, le premier souffle

Parution de « Julia Biel » de Julia Biel chez Khanti Records/Rokit Records..

L'actualité du jazz : Julia Biel, le premier souffle
Julia Biel, © Marc Cant

Au sommaire aujourd'hui

  • Julia Biel invitée d'Alex Dutilh
« Julia Biel »
« Julia Biel »

Elle aime Billie Holiday, Radiohead, Pink Floyd et Talk Talk. Par sa voix et sa beauté, on la compare souvent à une certaine Norah Jones, et son bagout londonien n’est pas sans évoquer Amy Winehouse... Mais Julia Biel ne ressemble à personne d’autre. Elle le prouve une fois pour toutes avec son troisième album éponyme qui paraît chez Khanti - Rokit Records /Pias et qui affirme son aura singulière.

On ne naît pas Julia Biel, on le devient. Tout a commencé bien avant sa mise au monde. 1957 : son père, métis sud-africain, écoeuré par la ségrégation de son pays natal qui lui interdit d’être professeur d’histoire, part avec sa famille pour l’Angleterre. Peu de temps après, il y rencontre la mère de Julia. Elle a grandi dans les ruines et la pauvreté de l’Allemagne post Seconde Guerre Mondiale. Dactylo depuis ses 15 ans, elle recommence une nouvelle vie dans la lointaine banlieue londonienne où, avec son mari, elle élève Julia et sa sœur. Les deux petites grandissent dans un environnement peu enclin à l’immigration. Julia ne ressent pas tout à fait un sentiment d’exclusion, plutôt celui d’être une outsider, hors système comme ses parents. Avec eux, elle peine à parler de ses racines. Son seul moyen d’expression est le piano, qu’elle pratique avec assiduité dès ses 5 ans. « Quand je me sentais perdue, je me retrouvais aussitôt dans la musique, qui est devenue le repère de mon existence », confesse-t-elle.

Curieuse et cultivée, elle part étudier les langues à la prestigieuse université d’Oxford. Elle y rencontre Idris Rahman, avec qui elle monte un groupe de jazz, et commence à écrire ses propres morceaux. Lorsqu’elle s’installe à Londres, des amis lui bricolent un home studio. La voici libre de chanter la musique qu’elle rêve – et pas celle, pop surfaite, qu’un producteur tente de lui faire enregistrer. Après trois ans à travailler dans un bureau, Julia Biel a une révélation : elle a son mot à dire dans la musique. Même si c’est à elle de la définir, seule. S’essayant au mixage, sort un premier album autoproduit avec un collectif de jazz, “Not Alone”, en 2005, acclamé par la critique. Elle consacre ensuite de longues années à la confection de “Love Letters and Other Missiles” (2015), album nominé aux Mobo Awards et aux Urban Music Award en Angleterre. Le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Autriche tombent sous le charme. Jamie Cullum répète à qui veut l’entendre qu’il l’écoute en boucle. Julia enchaîne les concerts, tout en posant sur papier, ici et là, de nouveaux titres.

Doté de l’apport du producteur Idris Rahman et du mix de l’ingénieur du son couronné aux Grammy Awards Laurent Dupuy (Angélique Kidjo, Salif Keita, Christophe, Féfé...), ce troisième album est né d’une dernière décennie faite de doutes, d’espoirs et de révélations artistiques. Avec “Julia Biel”, l’auteure-compositrice assume son identité : « je suis arrivée là où je le souhaitais. Je peux enfin offrir le paysage sonique que j’ai créé tout en cultivant ce que j’aime : des chansons intemporelles, authentiques et émotionnelles, au plus près de ce que je suis. ». L’amour, la rupture, les racines, la solitude... Elle aborde des thèmes profondément universels avec sa sensibilité à fleur de peau et, surtout, sa voix profonde, reconnaissable entre mille. Julia Biel est bien plus qu’une chanteuse de jazz qui explore les terrains de la pop, c’est une auteur-compositrice surdouée à la recherche de ce que la simplicité peut offrir de plus magique. Brillant d’une pop jazzy hautement élégante, “Julia Biel” est le manifeste vocal et orchestral d’une musicienne désormais accomplie et dont on ne pourra désormais plus se passer.

Où écouter Julia Biel

Programmation musicale

Julia Biel « Julia Biel »
Diamond Dust (Julia Biel)
Khanti 013/Rokit 050

« Julia Biel »
« Julia Biel »

Julia Biel « Julia Biel »
Wasting Breath (Julia Biel, Idris Rahman)
Khanti 013/Rokit 050

« Julia Biel »
« Julia Biel »

Sathima Bea Benjamin « African Songbird »
African Songbird (Sathima Bea Benjamin)
Matsuli Music 103

« African Songbird »
« African Songbird »

Carmen Souza « Creology »
Pretty Eyes (Horace Silver)
Galileo GMC074

« Creology »
« Creology »

Etta James « Five Classic Albums »
Something's Got A Hold On Me (Woods, Kirkland, James)
Avid Jazz 1264

« Five Classic Albums »
« Five Classic Albums »

Edmony Krater « An ka sonjé »
An ka sonjé (Edmony Krater)
Heavenly Sweetness 176

« An ka sonjé »
« An ka sonjé »

Laurent Salzard « Time Keeper »
Sunday Morning (Laurent Salzard)
Dreamophone 3341348161440

« Time Keeper »
« Time Keeper »

Reggie Washington « Rainbow Shadow, Vol 2 »
Hype (Part2) (Jef Lee Johnson)
Jammin' Colors

« Rainbow Shadow, Vol 2 »
« Rainbow Shadow, Vol 2 »

Sylvie Courvoisier « D'Agala »
Imprint Double (Sylvie Courvoisier)
Intakt 300

« D'Agala »
« D'Agala »
L'équipe de l'émission :