Open jazz
Magazine
Mercredi 27 juin 2018
54 min

L'actualité du jazz : John Coltrane, l'album perdu de 1963

En avant-première, l’album studio inédit de John Coltrane “Both Directions at Once: The Lost Album”, le Graal du jazz, qui paraît le 29 juin chez Impulse ! / Universal.

L'actualité du jazz : John Coltrane, l'album perdu de 1963
John Coltrane, © Chuck Stewart Photography

Au sommaire aujourd'hui

  • John Coltrane inédit à la Une
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Airelle Besson, Sebastian Sternal et Jonas Burgwinkel dimanche 1er juillet à 15h le Site de l'ancienne abbaye Aignes et Puypéroux (16) dans le cadre du Respire Jazz Festival. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
« Both Directions at Once : The Lost Album »
« Both Directions at Once : The Lost Album »

Le 6 mars 1963, John Coltrane entre en studio chez Rudy Van Gelder avec son 'Classic Quartet' — McCoy Tyner, Jimmy Garrison, Elvin Jones — et ensemble ils enregistrent un album complet. Cette musique, avec des compositions originales jamais entendues jusqu'à présent, aura mis plus de cinq décennies avant de voir le jour. L'album, en quelque sorte, est le Saint Graal de l'univers jazz. “Both Directions at Once : The Lost Album” sort le 29 juin chez Impulse! Records, le label qui reste l'ultime maison de Coltrane, celle de ses plus grandes créations. 

Pendant la première semaine de mars en 1963, l'agenda de John Coltrane est très chargé. Il entame la deuxième partie d'un engagement de quinze jours au Birdland, et se prépare à enregistrer le fameux “John Coltrane and Johnny Hartman”, qui faisait l'objet de sa séance du 7 mars... Mais la veille, il y avait déjà une autre séance, restée mythique… jusqu'à aujourd'hui. Car ce mercredi 6 mars, Coltrane emmène son quartet dans le New Jersey aux studios Van Gelder, et ensemble ils mettent sur bande de quoi faire un album entier, dont plusieurs compositions originales qu'ils n'enregistreront plus jamais ailleurs. Le magnétophone tourne toute l’après-midi. Sur certains titres, le quartet prend son temps, répétant deux fois, trois fois, et en interprétant les morceaux d'une autre façon, ou dans des configurations différentes. 

En fin d’après-midi, le quartet s’engouffre dans un taxi pour rejoindre le Birdland où ils jouent le soir-même. En quittant le studio, Coltrane emmène une bande de référence, en mono, pour la faire écouter à Naima, son épouse en rentrant chez lui dans le Queens. Et on ne touche plus au contenu de cette bande pendant 54 ans, jusqu'au jour où Impulse! contacte la famille Coltrane pour envisager la publication de l'album "perdu". Même si la bande master n'est jamais retrouvée — Rudy Van Gelder aimait les studios bien rangés — la bande de référence s'avère toujours en excellent état. Pour reprendre les propos du légendaire Sonny Rollins, "C'est comme si on découvrait une nouvelle chambre dans la Pyramide de Khéops." Quand on considère les répercussions de cet album, ses titres originaux, les arrangements, le quartet, l'année où il est enregistré, ainsi que ce pouvoir de contextualisation qui est celui de Coltrane, tout nous permet de redécouvrir l'un des plus grands musiciens de notre époque. 

Danny Bennett, président du groupe Verve, qui comprend Impulse!, déclare, “Aujourd'hui, le jazz est plus pertinent que jamais ; il devient la musique alternative du 21ème siècle. Personne n'incarne mieux que John Coltrane cette essence du jazz qui transcende les frontières.C'était un visionnaire et il a changé le cours de la musique. Cet album disparu est le genre de découverte qui ne se produit qu'une fois dans une vie : c'est un aperçu du processus créatif du musicien, et en même temps il nous lie à Coltrane en tant qu'artiste. Ce disque est un moment culturel, et sa publication coïncide parfaitement avec notre relance du label iconique Impulse!” 

Sur cet album figurent deux titres originaux, des titres que personne ne connaissait et qui n'avaient jamais été entendus auparavant : Untitled Original 11383 et Untitled Original 11386 sont interprétés ici au saxophone soprano. 11383 est notable également pour un solo à l'archet de Jimmy Garrison - fait relativement rare - alors que 11386 dénote un changement structurel dans le quartet, avec la reprise du thème entre les solos, qui est une pratique inhabituelle dans le répertoire de ce groupe. En plus de ces deux inédits purs, on peut entendre One Up, One Down – ce titre existait seulement sur un 'bootleg' réalisé au Birdland - mais ici il s'agit donc d'une version studio - et c'est la seule. Ce One Up, One Down contient un échange fascinant entre Elvin Jones et Coltrane. Impressions est une célèbre composition de Coltrane, souvent enregistrée par le saxophoniste, mais ici elle est jouée en trio, sans piano. Et il est vrai que nous remarquons que McCoy Tyner s'absente plusieurs fois du quartet : c'est encore un aspect intéressant de cette séance, un indicateur des possibilités harmoniques qui faisaient l'objet, on le sait, de discussions régulières à l'époque entre Coltrane et Ornette Coleman. Nous entendons également le premier enregistrement par Coltrane de Nature Boy, un titre dont il donnera une seconde version dans une séance de 1965. Les deux versions diffèrent grandement. Celle que nous connaissions est exploratoire, et fait des méandres… alors que celle-ci, antérieure, est serrée, sans solo, avec une durée de trois minutes à peine. Quant à l'autre composition non-originale de cet album, elle est signée Franz Lehár : il s'agit de Vilia, tirée de l'opérette “La Veuve Joyeuse”. La version au saxophone soprano qui figure sur la Deluxe Edition est le seul titre de cette séance ayant connu une sortie précédente. 

Cet album est une incroyable révélation, car il met en jeu un nombre de processus créatifs : développer une mélodie originale en même temps que l'on repense un standard connu ; essayer quelques morceaux d'abord au ténor, ensuite au soprano ; utiliser des techniques plus anciennes, comme ces torrents d'arpèges que l'on appelait sheets of sound, l'expérimentation de faux doigtés, et encore d'autres sons plus nouveaux. Cet enregistrement provient d'une séance essentielle, et qui serait un pivot — sauf que, le fait de la considérer comme un pivot reviendrait à oublier que Coltrane, lui, avait toujours été sur un pivot, qu'il avait toujours appuyé sur l'accélérateur tout en faisant appel à des idées et des mécanismes plus anciens, déjà testés. “Both Directions at Once : The Lost Album” est un ajout majeur au catalogue de Coltrane et la plus importante trouvaille de mémoire récente dans l'univers du jazz. Le bilan de cette séance historique s'élève à 14 titres au total. Sur l'édition standard il y a 7 prises, sélectionnées par Ravi Coltrane. Les prises restantes figurent sur le CD2 de l'album Edition Deluxe. La version standard CD et LP, ainsi que la version Deluxe en CD et en LP, seront disponibles le 29 juin sur Impulse! L'album Edition Deluxe existera également sur toutes les plateformes de streaming numérique. 

Programmation musicale

John Coltrane « Both Directions at Once : The Lost Album »
Untitled Original 11383 (John Coltrane)
Impulse 6749299

« Both Directions at Once : The Lost Album »
« Both Directions at Once : The Lost Album »

John Coltrane « Both Directions at Once : The Lost Album »
Nature Boy (Eden Ahbezid)
Impulse 6749299

« Both Directions at Once : The Lost Album »
« Both Directions at Once : The Lost Album »

John Coltrane « Both Directions at Once : The Lost Album »
Slow Blues (John Coltrane)
Impulse 6749299

« Both Directions at Once : The Lost Album »
« Both Directions at Once : The Lost Album »

John Coltrane, Johnny Hartman « John Coltrane and Johnny Hartman »
My One and Only Love (Guy Wood, Robert Mellin)
Impulse A 40

« John Coltrane and Johnny Hartman »
« John Coltrane and Johnny Hartman »

Tony Bennett « Milestones of a Jazz Legend -  »
Strike up the Band (G. Gershwin, I. Gershwin)
The Intense Media 600464

« Milestones of a Jazz Legend -  »
« Milestones of a Jazz Legend - »

Airelle Besson «  invite V. Segal S. Sternal & J. Burgwinkel »
JT  (Sebastien Sternal)
Jazz sous les pommiers 282

«  invite V. Segal S. Sternal & J. Burgwinkel »
« invite V. Segal S. Sternal & J. Burgwinkel »

Magic Malik « Fanfare XP »
Multi XP3  (Malik Mezzadri)
Onze Heures Onze 843409

« Fanfare XP »
« Fanfare XP »

Sidney Bechet « The Quintessence »
The Sheik of Araby  (Snyder, Smith, Wheeler)
Frémeaux FA206

« The Quintessence »
« The Quintessence »

Mary Halvorson « Away With You »
Safety Orange (n°59)  (Mary Halvorson)
Firehouse 12 0401024

« Away With You »
« Away With You »

Jamie Saft « Blue Dream »
Sweet Lorraine (Cliff Burwell, Mitchell Parish)
RareNoise 34849

« Blue Dream »
« Blue Dream »
L'équipe de l'émission :