Open jazz
Magazine
Jeudi 30 novembre 2017
54 min

L'actualité du jazz : Joey Alexander, Monk par la face juvénile

Parution de « Joey.Monk.live ! » de Joey Alexander chez Motéma.

L'actualité du jazz : Joey Alexander, Monk par la face juvénile
Joey Alexander, © Carol Friedman

Au sommaire aujourd'hui

  • Joey Alexander à la Une
  • 10 CD à gagner en répondant correctement à la question posée par Alex Dutilh. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom, prénom et adresse postale. 1 CD pour les 10 premières bonnes réponses. Bonne chance !
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour la soirée Souffles vendredi 1er décembre à 20h au Théâtre de Vanves (92). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
« Joey.Monk.live ! »
« Joey.Monk.live ! »

Pour célébrer le 100e anniversaire de sa plus grande source d'inspiration, le jeune pianiste Joey Alexander () s’entoure du bassiste Scott Colley et du batteur Willie Jones III et revisite les classiques de l'immense Thelonious Monk avec l’album “Joey.Monk.Live !” sorti chez Motéma. L’album reprend un concert enregistré en juin 2017 à l'Appel Room du Jazz at Lincoln Center.

Né à Bali le 25 juin 2003, le pianiste Joey Alexander a d'abord découvert le jazz grâce à son père, qui a lui a fait écouter les classiques du genre, issus de sa vaste collection d'albums. A 6 ans, Joey a commencé à apprendre le piano tout seul, avec le petit clavier électronique que lui avait donné son père. Il a aussitôt été capable de reproduire la composition de Thelonious Monk, Well, You Needn't, mais il ne s'est pas arrêté là. Alors qu'il avait 8 ans, l'UNESCO l'a invité à jouer en solo pour un Herbie Hancock enchanté lors d'une visite du grand artiste en Indonésie. Joey plus tard fera remarquer à Herbie Hancock : " Vous m'avez dit que vous croyiez en moi et depuis ce jour j'ai décidé de consacrer mon enfance au jazz."

A 9 ans, Joey a remporté le grand prix du premier Master-Jam Fest, une compétition ouverte à tous les âges, qui se déroule en Ukraine et réunissait 200 candidats de 17 nationalités différentes. A 10 ans il jouait déjà dans des festivals de jazz à Jakarta et Copenhague.

“My Favorite Things”, le premier album de Joey Alexander, sorti en 2015 sur Motema Music, a obtenu deux nominations aux Grammy Awards dans la catégorie meilleur album de jazz instrumental et meilleure improvisation solo pour sa performance sur le Giant Steps de John Coltrane, faisant de lui, à 12 ans, le plus jeune artiste jamais nominé aux Grammys.

Sur “Countdown”, publié en 2016, Joey prend une autre direction artistique ; les 9 titres mettent en avant le remarquable développement de Joey en tant que leader de groupe et confirme son talent de compositeur. Il aborde des standards avec une approche revigorante et les combine sans différenciation avec trois de ses propres compositions originales d'une manière qui invite à la fois les nouveaux auditeurs et les habitués ; il révèle le coeur et l'âme, sensibles et sincères, de sa personnalité de musicien.

" Vous savez, j'aime à la fois créer de la musique en studio et jouer sur scène pour les gens" explique-t-il, "mais je dois avouer qu'il y a quelque chose de vraiment spécial à susciter l'enthousiasme d'une foule en jouant du jazz live. La plupart du temps j'essaie de rester calme, mais j'adore l’intensité de l'énergie qui nait entre le public et moi-même. Je suis poussé à aller puiser plus profondément encore en moi-même, en tant que personne et en tant que musicien, pour améliorer mon jeu et créer de nouveaux sons qui excitent l’imagination."

L'équipe de l'émission :