Open jazz
Magazine
Vendredi 4 mai 2018
54 min

L'actualité du jazz : Joey Alexander, the good plus

Inspiré par l’éclipse totale du soleil du 21 août 2017, “Eclipse” est le troisième album studio de Joey Alexander qui paraît chez Motéma/Pias.

L'actualité du jazz : Joey Alexander, the good plus
Joey Alexander, © Jimmy Katz

Au sommaire aujourd'hui

  • Joey Alexander à la Une
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Jean-Luc Ponty 5tet + Cory Henry and the Funk Apostles vendredi 11 mai au Parc des Expositions du Comminges à Saint-Gaudens (31) dans le cadre de Jazz en Comminges. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
« Eclipse »
« Eclipse »

Dans «Eclipse», le jeune pianiste Joey Alexander dévoile six compositions originales, appuyé par un duo de très haute volée, Reuben Rogers (contrebasse) et Eric Harland (batteur), augmenté par Joshua Redman (saxophone) en invité.

Bien trop souvent, les jeunes artistes talentueux ont tendance à beaucoup se focaliser sur leurs propres capacités, à tel point qu’ils en perdent de vue leur capacité à contribuer de manière importante au champ musical qu’ils explorent en se renfermant sur eux-mêmes. Heureusement, certains autres se sentent investis et cherchent à faire évoluer leur musique vers de nouvelles sphères, avec enthousiasme, engagement, en quête de profondeur émotionnelle. Joey Alexander est de ceux-là ; déjà auréolé de nominations aux Grammy à 14 ans, pour ses albums “My Favorite Things”, “Countdown” ainsi que son hommage live à Thelonious Monk,” Joey.Monk.Live !”. Avec son troisième album studio “Eclipse”, son album le plus personnel à date, Joey fait un pas de géant, démontrant son aptitude réelle de compositeur et leader de groupe, ouvrant la porte aux nouvelles aventures musicales qui l’attendent pour la décennie à venir.

“Eclipse”, enregistré en trois jours, au début de l’éclipse solaire de 2017, met en scène le talent singulier du pianiste américain d’origine balinaise, entouré d’une section rythmique chevronnée, Reuben Rogers (contrebasse) et Eric Harland (batterie), soutenue par le saxophoniste Joshua Redman sur trois morceaux. Les compositions choisies vont de John Coltrane à Bill Evans, en passant par le monument Blackbird des Beatles et une réinterprétation gospel d’un emblématique hymne de 1875, Draw Me Nearer, ainsi que six compositions écrites par Joey Alexander lui-même.

Né en 2003 à Bali, Joey Alexander a vécu à Jakarta entre ses 8 et 10 ans avant de déménager à New-York en 2014, un endroit où Joey a connu l’une des progressions de carrières les plus fulgurantes jamais observées dans le jazz. Jason Olaine, producteur auréolé d’un Grammy qui a officié en tant que Director of Programming for Jazz au Lincoln Center et a produit les quatre disques d’Alexander, continue de répéter qu’il est aujourd’hui encore impressionné par le jeu singulier du pianiste: “Joey est un jeune musicien au talent incroyable, mais qui n’oublie pas de véritablement créer et de chercher à s’amuser en jouant. Il ne cherche vraiment pas les récompenses ou les applaudissements. “Eclipse” démontre à quel point Joey est engagé dans une aventure incroyable”.

Selon Jana Herzen, fondatrice du label Motema qui a signé Joey Alexander à tout juste 10 ans, “la manière dont Joey s’exprime au piano est assez contagieuse, il a une véritable fascination pour les possibilités kaléidoscopiques du jazz. Ces quatre années passées avec Joey ont été incroyables. A chaque nouvel album, il va plus loin, développe sa musique en profondeur. L’année dernière, avec “Joey.Monk.Live!”, son approche sophistiquée et vivante de la musique de l’un des compositeurs de jazz les plus enregistrés et les plus respectés,il a réussi à faire manger leur chapeau mêmes aux critiques les plus durs. Aujourd’hui, avec “Eclipse”, il se révèle comme un compositeur à l’aise sur de nombreux terrains. J’ai hâte de voir ce qui va arriver ensuite”.

Pour “Eclipse”, Joey, sa famille et son producteur Jason Olaine ont décidé de changer de lieu d’enregistrement pour se rendre dans les pacifiques Dreamland Studios, dans l’Upstate New-York. Selon Alexander, “La vibe était vraiment différente. Tout était très vert partout, on se sentait comme à la maison. C’était très relaxant, le changement a eu du bon, j’ai trouvé une autre source d’inspiration ici”.

Comme sur ses précédents enregistrements studio, Joey Alexander retourne puiser son inspiration du côté de John Coltrane en présentant sa version toute en renversements harmoniques de Moment’s Notice, tiré de l’album “Blue Train” du saxophoniste, sorti en 1957: “J’aime jouer Coltrane parce qu’il m’apporte quelque chose de résolument spirituel. C’est ce que doit être le jazz, pour moi. Il y a quelque chose de vraiment réconfortant dans ses morceaux, et j’essaie d’y apporter ma touche”.

Et puis, il y a eu cette coincidence d’une éclipse totale du soleil durant l’enregistrement…“C’était tout à fait non-préparé”, précise Joey Alexander. “Après avoir observé l’éclipse, nous sommes revenus au studio et avons commencé à jouer sans même nous parler. Je remercie Dieu de m’avoir donné le courage et la confiance de faire ça. Mais c’est aussi le signe de cette confiance qu’il y a entre nous. Je savais qu’ils seraient tous avec moi, même si nous n’avions pas la moindre idée d’où nous allions. Il s’agissait tout simplement dedéfricher de nouveaux territoires.

Avec la sortie d’”Eclipse”, Joey Alexander révèle finalement une vision très personnelle de sa musique; un travail qui continue de s’appuyer de ses inspirations passées tout en ajoutant une touche résolument progressive à la musique via une recherche constante, à la fois sur scène et en studio.  

Où écouter Joey Alexander

Programmation musicale

Joey Alexander « Eclipse »
Bali  (Joey Alexander Sila)
Motéma

« Eclipse »
« Eclipse »

Joey Alexander « Eclipse »
Fourteen (Joey Alexander Sila)
Motéma

« Eclipse »
« Eclipse »

Stéphane Grappelli, Michel Petrucciani « Flamingo »
Little Peace in C for U (Michel Petrucciani)
Dreyfus 36580-2

« Flamingo »
« Flamingo »

Emmanuel Borghi « Secret Beauty »
Novembre (Emmanuel Borghi)
Assai 07

« Secret Beauty »
« Secret Beauty »

Jean-Luc Ponty « Jazz Long Playing »
A Night in Tunisia  (Dizzy Gillespie, Frank Paparelli)
Gitanes Emarcy 548150-2

« Jazz Long Playing »
« Jazz Long Playing »

Nicole Johänntgen « Henry II »
One More Piece of Chocolate  (Nicole Johänntgen)
Selmabird 7640162973762

« Henry II »
« Henry II »

Henri Texier « Sand Woman, Short Cuts »
Les là-bas (Henri Texier)
Label Bleu HC

« Sand Woman, Short Cuts »
« Sand Woman, Short Cuts »

Shelly Manne « 2, 3, 4 »
Take The A Train (Billy Strayhorn)
Impulse A20

« 2, 3, 4 »
« 2, 3, 4 »

Laurent Coulondre « Schizophrenia »
Bouncing Peanuts (Laurent Coulondre)
Sound Surveyor 1509

« Schizophrenia »
« Schizophrenia »
L'équipe de l'émission :