Open jazz
Magazine
Lundi 9 janvier 2017
58 min

L'actualité du jazz : Jacques Gamblin et Laurent de Wilde : ce que le Djazz fait à leur Djambe

Reprise du spectacle "Ce que le Djazz fait à ma Djambe" à Paris.

L'actualité du jazz : Jacques Gamblin et Laurent de Wilde : ce que le Djazz fait à leur Djambe
Ce que le Djazz fait à ma Djambe

Au sommaire aujourd'hui

  • Jacques Gamblin et Laurent De Wilde invités d'Alex Dutilh
  • Jazz au Trésor : Mal Waldron, Steve Lacy - Sempre Amore
  • Jazz Agenda : semaine du 09 au 15 janvier 2017
  • Jazz Culture : Jazz News n°58 de décembre 2016/janvier 2017
Ce que le Djazz fait à ma Djambe
Ce que le Djazz fait à ma Djambe

A 12 ans il essaye le piano, à 14 la guitare, à 16 la batterie, à 18 le zarb… Aujourd’hui il arrête de s’obstiner et préfère déléguer son rêve de musicien à d’autres, Laurent de Wilde en tête. Il les admire, les regarde de loin et les rejoint. Piano, contrebasse, batterie, trompette, saxo, platines et c’est parti !

Les mots de Jacques Gamblin sont le septième instrument, qui nous raconte l’histoire, histoire d’amour, d’amour avec les corps, la danse et la musique. C’est vraiment parti et c’est vertigineux. On a l’impression que ça ne s’arrêtera plus. Les mots dérapent, scandent, syncopent, hachent, miaulent ou percutent. Blues, groove, funk et soul s’entremêlent en quête de « Lady Jazz », la grâce, le charme, la muse, la musique quoi !...

Concert hors norme, spectacle hors cadre, le Gamblin atypique continue sa route, continue à nous étonner avec cette folie musicale, ce dialogue à sept voix, ce bordel de notes, de sens et de sons, ce moment unique et joyeux.

Extrait :
Ça commence début juin. Je la croise dans ma rue tous les jours de ma vie tous les jours que dieu fait. Et elle me croise aussi c'est normal direz vous. Tous les jours de la sienne. Entre loup et chien. Soir et matin. Moi vers le nord. Elle vers le sud. Frôlement à l’équateur tous les jours à même heure. Printemps automne hiver. Cette femme emmitouflée mohair. Déplace son air. Cette femme a du charme du charme et de l'allure. Toute saison confondue. En peau en soie en laine. En fourrure et mitaine. Mi-saison pantalon et quand les jours allongent sa jupe le raconte. En cheveux dans les yeux. Je la veux.Jacques Gamblin

Propos de Jacques Gamblin et Laurent de Wilde :

“J'aurais aimé jouer de la musique. J'aurais aimé voir aboutir les multiples apprentissages instrumentaux, piano, guitare, batterie... Lancés dans l'enfance et l'adolescence. La proposition du festival « Jazz sous les Pommiers » en 2011 et ma rencontre avec Laurent de Wilde m'ont permis de réaliser ce rêve.

Délesté de la pratique de l'instrument laissée aux mains magiques de Laurent et des cinq autres pointures qui nous entourent (contrebasse, batterie, trompette, saxo, et DJ) j'ai pu, avec mon instrument à moi que sont les mots, écrire une histoire d'accords et de rendez-vous, pour dire ce que la musique me fait, nous fait en général et ce que le jazz en particulier fait à ma djambe et que ma djambe me fait. Puis par résonnance à ma hanche, à mes tripes et ainsi de suite en passant par le coeur jusqu'à la tête et non l'inverse.

C'est physique, organique, pulsionnel et indispensable pour moi. Alors ma djambe dgigote, elle danse de saint-guy, elle tremblote rythmique et me chabadise le palpitant. Temps, contretemps et syncopes nous donnent envie de bouger, envie d'aimer, en notes, en break, en corde, en peau, en vinyle, anche, pistons et becs. De textes narratifs en parlé-rythmé-slammé l'histoire se raconte, et le funk, le groove, le bop et le blues prennent leur place pour dire, le désir de jouer et le désir d'en jouir ! Plaisir obligatoire sinon on rentre et on se couche !”

Jacques Gamblin

“Travailler avec Jacques Gamblin est un privilège. Avec lui je parle d'amour, de musique, de jazz, de théâtre, de littérature. Essayer de faire un peu de beau avec tout ça est un exercice qui, au lieu d'être platement professionnel, est devenu au fil des mois un jeu puis un enjeu, parce que finalement, tout ce à quoi lui et moi croyons en dépend. On a mis la barre très haut : en principe, dire la musique et la jouer en même temps, c'est perdu d'avance. C'est bien connu, on pédale ou on regarde pédaler, pas les deux à la fois.

Ou alors il faut que les mots chantent, que la musique parle, que l'oeil chuchote à l'oreille, qu'on ne sache plus qui fait quoi, où est le guidon et où est le pédalier, mais il faut que ça roule, oui que ça roule sur une belle pente qui emporte le corps, le coeur, l'âme et l'esprit, tous unis et en route pour l'extase du jazz, c'est ça qu'on cherche et on ne veut rien savoir d'autre. Ce qui est quand même demander beaucoup, parce que ce genre de spectacle, on n'en voit pas souvent.

Alors il faut tout inventer, les règles, les désirs, les libertés, crayon gomme papier, des heures et des heures de répétition, d'essais, de conversations, c'est comme si on dressait les plans d'une maison improbable quelque part à flanc de falaise, qui peut à tout moment dégringoler, mais c'est là qu'on veut habiter : croyez-moi, la vue y est imprenable. Se sont accrochés avec nous quelques solides amis musiciens, saxophone, trompette, contrebasse, batterie, platines, qui par la poésie de leur écoute et leur maturité instrumentale transforment notre dialogue en une jubilante conversation entre sept voix uniques. Chaque soir, il faut repartir de rien et monter, monter le long de cette corde tendue entre les dieux et les hommes que l'on appelle la musique et qui promet à celui qui l'emprunte de connaître l'illumination d'un soir. Un vrai voyage. Du jazz à sept, de l'Ascète Jazz en somme !”

Laurent de Wilde

30 représentations au théâtre de l'Atelier à Paris (75) du 06 janvier au 04 févier 2017.

Un spectacle de et avec Jacques Gamblin
Laurent de WIlde (pino, composition, direction musicale arrangements)
Alex Tassel (trompette)
Guillaume Naturel (saxophone)
Jérôme Regard (contrebasse)
Donald Kontomanou (batterie)
DJ Alea (platines)

Programmation musicale

Mal Waldron, Steve Lacy « Sempre Amore »
Azure (D. Ellington, I. Mills)
Soul Note 1170

« Sempre Amore »
« Sempre Amore »

Jacques Gamblin, Laurent de Wilde « Ce que le Djazz fait à ma djambe »
Le désir (J. Gamblin, L. de Wilde)
extrait live

« Ce que le Djazz fait à ma djambe »
« Ce que le Djazz fait à ma djambe »

Jacques Gamblin, Laurent de Wilde « Ce que le Djazz fait à ma djambe »
Allez, viens (J. Gamblin, L. de Wilde)
extrait live

« Ce que le Djazz fait à ma djambe »
« Ce que le Djazz fait à ma djambe »

Alex Tassel « Heads & Tails »
Olex (Alex Tassel)
Naïve NJ620711

« Heads & Tails »
« Heads & Tails »

Ken Nordine « Word Jazz »
My Baby (Nordine, Katz Rhino)
Word Beat 70773

« Word Jazz »
« Word Jazz »

Philippe Torreton, Edward Perraud « Mec ! »
Chien d'ivrogne (Allain Leprest, Edward Perraud)
Tacet 10961510

« Mec ! »
« Mec ! »

Nancy Huston, J-Ph Viret,E. Ferlet, F. Moreau « Le mâle entendu »
Vocation (Huston, Viret, Ferlet, Moreau)
Mélisse 666013

« Le mâle entendu »
« Le mâle entendu »

Bojan Z, Julien Lourau « Duo »
Gradino kolo (Bojan Z)
2Birds1Stone 29387402

« Duo »
« Duo »

Jean-Louis Trintignant, Daniel Mille «Le funambule »
La Valse des adieux (Louis Aragon, Daniel Mille)
Saravah 2096

«Le funambule »
«Le funambule »

Stirrup « Cut »
You May Think (Fred Lomberg-Holm)
Clean Feed 378

« Cut »
« Cut »

Guy King « Truth »
Truth (Guy King, David Ritz)
Delmark 843

« Truth »
« Truth »
L'équipe de l'émission :
Mots clés :