Open jazz
Magazine
Lundi 19 février 2018
54 min

L'actualité du jazz : hommage à Didier Lockwood

Disparition le 18 février 2018 du grand violoniste Didier Lockwood.

L'actualité du jazz : hommage à Didier Lockwood
Didier Lockwood, © Joël Saget

Au sommaire aujourd'hui

  • Hommage à Didier Lockwood à la Une

Né à Calais le 11 février 1956 dans une famille de musiciens, Didier Lockwood apprend le violon à l’Ecole Normale de musique de Paris. En 1972, il décroche le premier prix Sacem pour ses compositions. L’année suivante, il forme avec son frère, le pianiste Francis Lockwood, un groupe de jazz rock. Puis, au lieu de filer au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, il reste trois ans dans Magma du batteur Christian Vander et un an avec Zao, groupe monté par des anciens de Magma.

Il commence à travailler avec Stéphane Grapelli, Henri Texier, Jean-Charles Capon, Daniel Humair, Aldo Romano, François Jeanneau, Gordon Beck, Tony Williams, Niels-Henning Orsted-Pedersen et bien d’autres. Ses choix musicaux balancent entre ses deux grandes influences : tantôt l’acoustique héritée de Stéphane Grappelli, tantôt la fusion électrique inspirée de Jean-Luc Ponty, toujours avec un sens consommé du swing. Jazz manouche avec les potes Christian Escoudé et Biréli Lagrène, fusion avec Mike Stern ou Jean-Marie Ecay, swing avec Dédé Ceccarelli et Martial Solal, rencontres avec la musique indienne, classique, le cinéma, la danse… Didier Lockwood multiplie les rencontres et ne laisse aucune formule s’installer dans le confort. Une série d’albums pour le label JMS de Jean-Marie Salhani témoigne de cette vitalité durant la première moitié de sa carrière.

Dans les années 90 il enregistrera une seconde salve d’albums brillants chez Dreyfus. À partir de années 2000, diversifiant son activité de compositeur, il honore diverses commandes - concerto pour un virtuose classique, création pour orchestre symphonique et big band, opéra jazz (sur un livret de Georges Perec) cycles de mélodies pour soprano… Et il crée le CMDL (Centre des musiques Didier Lockwood) à Dammarie-les-lys (77) où sa passion de la transmission fait merveille pour aider une nouvelle génération à émerger et à se professionnaliser. Les lignes de force de sa trajectoire : la passion, la générosité, la transmission. Merci l’artiste.
[d’après la notice de Philippe Carles dans “Le nouveau dictionnaire du jazz”] / Alex Dutilh

Programmation musicale

Didier Lockwood « Round About Silence »
Round About Silence (Didier Lockwood)
Dreyfus 36595-2

« Round About Silence »
« Round About Silence »

Didier Lockwood « Best Of, Les années JMS »
Martinique (Didier Lockwood)
JMS 092-2

« Best Of, Les années JMS »
« Best Of, Les années JMS »

Didier Lockwood « Tribute to Stéphane Grappelli »
Misty (Erroll Garner)
Dreyfus 36611-2

« Tribute to Stéphane Grappelli »
« Tribute to Stéphane Grappelli »

Lockwood, Top, Vander, Widemann « Fusion »
Overdrive (Lockwood, Top, Vander, Widemann)
JMS 015

« Fusion »
« Fusion »

Didier Lockwood Group « DLG »
La ballade irlandaise (Didier Lockwood)
JMS 066

« DLG »
« DLG »

Catherine, Escoudé, Lockwood « Best Of, Les années JMS »
Côté jardin (Philip Catherine)
JMS 092-2

« Best Of, Les années JMS »
« Best Of, Les années JMS »

Martial Solal, Didier Lockwood « Solal / Lockwood »
Difficult Blues (Martial Solal)
JMS 067

« Solal / Lockwood »
« Solal / Lockwood »

Didier Lockwood « New York Rendez-Vous »
Waltzy (Didier Lockwood)
JMS 18669-2

« New York Rendez-Vous »
« New York Rendez-Vous »

Didier Lockwood « Open Doors »
Time To Time (Didier Lockwood)
Okeh 88985491891822

« Open Doors »
« Open Doors »
L'équipe de l'émission :