Open jazz
Magazine
Mardi 19 juin 2018
54 min

L'actualité du jazz : Harold López-Nussa, un cubain à Paris

Dans “Un Dia Cualquiera” qui paraît chez Mack Avenue/Pias, le pianiste Harold López-Nussa, avec un art consommé de la mise en scène, raconte son histoire de musicien de jazz cubain vivant aux Etats-Unis.

L'actualité du jazz : Harold López-Nussa, un cubain à Paris
Ruy Adrián López-Nussa, Harold López-Nussa, Gaston Joya, © Gabriel Bianchini

Au sommaire aujourd'hui

  • Harold López-Nussa à la Une
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert du samedi 30 juin à 21h à la salle Jéliote à Oloron-Ste-Marie (64)
« Un dia cualquiera »
« Un dia cualquiera »

Il est difficile d’imaginer la scène du jazz américain sans l’influence des musiciens cubains établis aux Etats-Unis. Cela dit, les musiciens qui vivent à Cuba - dont la relation avec le jazz et d’autres genres musicaux reste ancrée dans les traditions culturelles et le quotidien de leur île - font preuve d’une perspective singulière.

Un Día Cualquiera”, le second album du pianiste Harold López-Nussa produit chez Mack Avenue, reflète cette approche musicale : Harold López-Nussa raconte cette histoire – son histoire – avec un sentiment qui vient du coeur… et un talent hors du commun. Harold López-Nussa est né en 1983 à la Havane, où il réside toujours aujourd’hui. “J’ai besoin de cette vie tranquille que m’offre Havana”, explique-t-il. Le pianiste, qui a déjà fait un grand nombre de tournées internationales s’explique: “Chaque fois que je retourne à Cuba, je ressens quelque chose de particulier – pas seulement une connection avec ma famille et mes amis, mais avec le lieu lui-même. C’est d’ici que ma musique vient, et c’est la ville dont elle raconte l’histoire”.

Musicalement, le précédent album de Harold López-Nussa, “El Viaje”, avait ouvert son propos sur d’autres horizons et d’autres influences, notamment à l’Afrique, avec le bassiste sénégalais Alune Wade. Avec “Un Día Cualquiera”, Harold López-Nussa revient à son trio original, avec son jeune frère Ruy Adrián López-Nussa à la batterie et aux percussions, ainsi que le bassiste Gaston Joya – un groupe que le pianiste a créé pour la première fois à Cuba, il y a dix ans de cela !

Ce sont mes amis les plus proches ainsi que deux des plus grands musiciens de ma génération à Cuba”, explique Harold López-Nussa. “On a beaucoup joué ensemble au cours des années, mais c’est la première fois que nous faisons une tournée et que nous enregistrons en tant que trio. Lorsque l’on joue ensemble,il y a toujours quelque chose d’unique qui se passeet je me sens à l’aise et libre, parce qu’ils savent comment ma musique fonctionne et où je veux aller, musicalement, avant même que j’y aille.”

L’île de Cuba est remplie de familles connues pour leurs talents musicaux. Harold López-Nussa a grandi dans l’une de ces familles. Sa musique reflète la richesse et la diversité de la musique cubaine, combinant des éléments classiques, folkloriques et populaires, et des improvisations jazz très personnelles.

Très tôt, il a enregistré le “Quatrième Concerto pour Piano” de Heitor Villa-Lobos avec l’Orchestre Symphonique National de Cuba (2003) et il a gagné le Premier Prix de la Compétition de Piano Jazz Solo du festival de jazz de Montreux en Suisse (2005). Il apparaît sur l’album “Ninety Miles” aux côtés de David Sánchez, Christian Scott et Stefon Harris, ainsi que sur “Esencial” (un ensemble de compositions écrites par le guitariste, compositeur et chef d’orchestre cubain Leo Brouwer). Il a aussi accompagné au piano, pendant 3 ans de tournée, la fameuse chanteuse cubaine, Omara Portuondo.

A l’âge de huit ans, Harold López-Nussa a commencé à étudier à l’école primaire de musique Manuel Saumell, puis il est allé au Conservatoire Amadeo Roldán. Et pour finir, il a décroché un diplôme de piano classique de l’Institut Superieur des Arts (ISA). Deux titres de son nouvel album plongent dans le répertoire d’Ernesto Lecuona - “l’un des plus grands compositeurs cubains de tous les temps”, explique-t-il. Tout comme Gerswhin aux Etats-Unis, Lecuona a intégré des formes indigènes et populaires au répertoire classique. Les interprétations que fait Harold Lopez-Nussa de Danza de los Ñañigos, qui est basé sur des rituels religieux afrocubains, ainsi que Y la Negra Bailaba, qui se situe entre le son cubain et le style danzón, représentent une véritable compréhension de l’héritage imposant d’Ernesto Lecuona.

Harold López-Nussa fait preuve d’une telle aisance et d’une telle capacité d’invention lorsqu’il improvise, et son trio swingue avec une telle souplesse qu’il est difficile de croire que le pianiste n’a pas vraiment commencé à apprendre le jazz avant ses 18 ans. Il explique “Le jazz et l’improvisation me faisaient peur”. L’album de Herbie Hancock intitulé “The New Standard”, (1996) d’interprétations de morceaux pop, rock et R&B, l’a malgré tout encouragé. “Ca m’a donné de nouvelles idées quant à ce qui était possible, et quant à ce que je pouvais faire”. Il s’est également inspiré des plus grands pianistes cubains – il a puisé dans le travail du maître Chucho Valdés, ainsi que des enregistrements du père de Chucho, le défunt pianiste Bebo Valdés. Pour ce nouvel album, la composition de Harold López-Nussa Une Tarde Cualquieraen Paris rend hommage au jeu de piano calme et introspectif de Bebo. Un autre titre original de Lopez-Nussa, Mi Son Cerra’o évoque le son et l’esprit des premières “descargas” (les sessions d’improvisation) au sein desquelles Bebo a jouées. L’interprétation toute en douceur que Harold López-Nussa propose de Contigo En La Distancia, un bolero écrit en 1946 par le chanteur-compositeur cubain Cesar Portillo de la Luz (et interprété dans les décennies qui ont suivi par des chanteurs tels Plácido Domingo ou Christina Aguilera) met en lumière son expérience aux côtés d’Omara Portuondo. “Elle m’a appris comment mettre toute sa passion, toute son existence, dans une seule chanson”, raconte Harold López-Nussa.

“Un Día Cualquiera”, enregistré aux Etats-Unis (au studio de la radio WGBH de Boston) par des musiciens exceptionnels, transcende les définitions étroites du “Latin Jazz”. Ce nouvel opus, fait référence à des compositeurs et musiciens cubains mais présente essentiellement des compositions originales du pianiste Harold López-Nussa conçues pour ce Trio unique. Ses compositions sont nouvelles, hormis une ou deux, telles que Cimarron, qui sont des morceaux plus anciens réinventés. Harold López-Nussa a choisi le titre de ce nouvel album, qui signifie “Une journée ordinaire”, parce que “l’idée est de se rassembler avec le trio dans un studio et de jouer, tout simplement, comme on peut le faire n’importe quel jour à la maison, dans le salon”.

Où écouter Harold López-Nussa

Harold López-Nussa et El Comité

Harold López-Nussa (piano)
Rolando Luna (piano)
Carlos Sarduy (trompette)
Irving Acao (saxophone )
Gaston Joya (basse)
Rodney Barreto (batterie )
Yaroldy Abreu (percussions )

  • samedi 07 juillet à 21h30 à la salle Yves Montand à Saint-Cannat (13) dans le cadre de Jazz à Saint-Cannat
  • lundi 09 juillet à 21h au Fort Sainte-Agathe à Hyères (83) dans le cadre de Jazz à Porquerolles
  • jeudi 12 et vendredi 13 juillet à 21h au Sunside à Paris (75) pour la sortie de son album “Un Dia Cualquiera” chez Mack Avenue, dans le cadre de American Jazz Festiv'Halles 27ème édition

Harold López-Nussa (piano)
Gaston Goya (basse)
Adrian López-Nussa (batterie)

Programmation musicale

Harold López-Nussa « Un dia cualquiera »
Danza de los nanigos (Ernesto Lecuona)
Mack Avenue 1135

« Un dia cualquiera »
« Un dia cualquiera »

Harold López-Nussa « Un dia cualquiera »
Une tarde cualquiera en Paris (Harold Lopez-Nussa)
Mack Avenue 1135

« Un dia cualquiera »
« Un dia cualquiera »

Bebo Valdes « Bebo »
La Comparsa (Ernesto Lecuona)
Calle 54  828766895520

« Bebo »
« Bebo »

Jeremy Hababou « Nuances »
Éclaircie (Jeremy Hababou)
Out Note 625

« Nuances »
« Nuances »

Grant Green « Funk in France, From Paris to Antibes, 1969-70 »
Oleo  (Sonny Rollins)
Resonance 2033

« Funk in France, From Paris to Antibes, 1969-70 »
« Funk in France, From Paris to Antibes, 1969-70 »

Alex Montfort « Introspection »
Mulgrew's Mood  (Alex Montfort)
Jazz Family 049

« Introspection »
« Introspection »

Stéphane Spira « New Playground »
Peter's Run (Stéphane Spira)
Jazz Max 80403

« New Playground »
« New Playground »

Caroline Davis « Heart Tonic »
Penelope (Wayne Shorter)
Sunnyside 1506

« Heart Tonic »
« Heart Tonic »

Willie The Lion Smith, Jo Jones « The Lion and the Tiger »
Studio Conversation + Harlem Joys  (Willie Smith)
Frémeaux FA5678

« The Lion and the Tiger »
« The Lion and the Tiger »
L'équipe de l'émission :