Open jazz
Magazine
Mardi 1 mai 2018
54 min

L'actualité du jazz : Hailey Tuck, Texas Paris

Le cocktail de chansons addictif de Hailey Tuck dans « Junk » qui paraît chez Sony.

L'actualité du jazz : Hailey Tuck, Texas Paris
Hailey Tuck, © Rocky Schneck

Au sommaire aujourd'hui

  • Hailey Tuck invitée de Alex Dutilh
  • 10 CD à gagner en répondant correctement à la question posée par Alex Dutilh. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom, prénom et adresse postale. 1 CD pour les 10 premières bonnes réponses.
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Thomas Julienne mercredi 02 mai à 21h au Studio de l’Ermitage à Paris (75). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert des Headbangers jeudi 03 mai à 21h au Bikini à Toulouse (31). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
« Junk »
« Junk »

Née à Austin mais basée à Paris, la chanteuse de 27 ans Hailey Tuck possède un talent rare pour actualiser une atmosphère vintage. Son premier album, “Junk” qui paraît le 04 mai chez Sony est produit par le légendaire Larry Klein.  

Hailey Tuck renverse joyeusement les règles du jazz en transformant à sa façon des chansons aussi différentes que They Don’t Make it Junk de Leonard Cohen, Alcohol de Ray Davies ou bien Underwear de Pulp, tandis que les classiques du cabaret côtoient des compositions originales… Le résultat est un cocktail de chansons qui s’avère complètement addictif. 

Je souhaitais travailler avec le Mark Ronson du jazz”, explique Hailey. “J’ai d’abord cherché à savoir qui avait produit les chanteuses que j’aime, Madeleine Peyroux et Melody Gardot en particulier, et je suis tombé sur le nom de Larry Klein. Quand on s’est rencontré, on s’est tout de suite rendu compte qu’on était sur la même longueur d’ondes. C’était magique”.

Cette magie fut enregistrée au fameux Sunset Sound Studios de Los Angeles avec un groupe de vétérans du jazz. Pour Larry, récompensé à plusieurs reprises aux Grammy Awards, “Hailey Tuck est unique en son genre”. Elle est la Holly Golightly du jazz. Uneauteure naturelle, fine observatrice du monde qui l’entoure”.

Après avoir quitté Austin au Texas à 18 ans pour s’installer à Paris, Hailey a d’abord aiguisé ses talents scéniques au Buzz et au défunt Le Très Honoré, tout en sortant, entre 2014 et 2016, trois EP autoproduits remarqués par la critique. 

“Junk” constitue la première étape d’une route qui s’annonce prometteuse.

Où écouter Hailey Tuck

Programmation musicale

Hailey Tuck « Junk »
That Don't Make It Junk (Leonard Cohen)
Sony

« Junk »
« Junk »

Hailey Tuck « Junk »
Alcohol (Ray Davies)
Sony

« Junk »
« Junk »

Hailey Tuck « Junk »
Say You Don't Mind (Denny Laine)
Sony

« Junk »
« Junk »

Billie Holiday « Vol 1, 1933-36 »
What A Little Moonlight Can Do (H. Woods)
Masters of Jazz 10

« Vol 1, 1933-36 »
« Vol 1, 1933-36 »

Tricia Evy « Usawa »
The Thrill Is Gone  (L. Brown, R. Henderson)
Autoprod

« Usawa »
« Usawa »

Shelly Manne « 2, 3, 4 »
The Sicks of Us (E. Costa, G. Duvivier, S. Manne)
Impulse A20

« 2, 3, 4 »
« 2, 3, 4 »

Thomas Julienne « Theorem of Joy »
Hope to Sea You (Thomas Julienne, Camille Durand)
Blue Fish 3760231764610

« Theorem of Joy »
« Theorem of Joy »

Elina Duni « Partir »
Let Us Dive In (Elina Duni)
ECM 6708641

« Partir »
« Partir »

Philippe Gaillot « Be Cool »
Be Cool (Philippe Gaillot)
Ilona 8369345

« Be Cool »
« Be Cool »

Fleurine « Brazilian Dream »
Passion, Ausência de paixao (Fleurine)
Sunnyside 4031

« Brazilian Dream »
« Brazilian Dream »
Les invités :
L'équipe de l'émission :