Open jazz
Magazine
Mercredi 19 septembre 2018
54 min

L'actualité du jazz : Edward Perraud, les tambours de l'espace

En avant-première, Edward Perraud nous présente son album “Espaces” qui paraît le 21 septembre chez Label Bleu. Vertige attendu...

L'actualité du jazz : Edward Perraud, les tambours de l'espace
Edward Perraud, © Edward Perraud

Au sommaire aujourd'hui

  • Edward Perraud invité de Alex Dutilh
  • 10 CD à gagner en répondant correctement à la question posée par Alex Dutilh. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom, prénom et adresse postale. 1 CD pour les 10 premières bonnes réponses. Bonne chance !
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Camille Bertault et Gregory Privat samedi 22 septembre à 20h30 & 22h au Théâtre de Quintaou à Anglet (64)dans le cadre du Anglet Jazz Festival. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Paul Lay vendredi 21 septembre à 21h au Jazz Club du Thou(17).  Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
« Espaces »
« Espaces »

« La musique, c’est ce qu’il y a entre les notes ». Isaac Stern

“ Au beau milieu d’une nuit de juin 2016, je me réveille avec un flash lumineux et sonore, je viens de rêver de théorie musicale (fait rare !) et la phrase suivante tourne dans ma tête : « Chaque intervalle musical connaît son apogée à différents moments de l’histoire du langage tonal occidental. » Après réflexion, chaque compositeur aurait selon moi, d’une manière inconsciente, son propre intervalle de prédilection, une quintessence de son style résumée en deux notes, influant par là même chaque courant de l’histoire de la musique.

Ainsi me fait particulièrement écho la tierce, surtout majeure chez W. A. Mozart à l’époque dite classique, où j’ai le sentiment d’un parfait équilibre du langage tonal : son âge d’or (d’où ce titre que j’ai choisi pour la tierce majeure). Puis me viennent à l’esprit la sixte et l’octave chez Brahms, la quinte et son rôle harmonique chez Debussy, la septième majeure pour Satie, le triton chez Bartok, la quarte juste chez Coltrane, etc.

Aussi l’idée centrale de mon projet compositionnel me tombe dessus comme une pomme d’un pommier, telle une évidence : « Écrire tout un opus pour célébrer les intervalles, dans lequel chaque composition est une offrande à un des 12 intervalles du langage tonal compris au sein d’une octave ». Je me plonge alors dans une introspection profonde nourrie par l’écoute de chaque intervalle : le demi ton, le ton, la tierce mineure, la tierce majeure, la quarte, la quarte augmentée, la quinte, la sixte mineure, la sixte majeure, la septième mineure, la septième majeure et l’octave. Leurs intimes couleurs lentement se révèlent, j’ai la sensation parfois de retrouver l’espace tout entier qui y est mis en abyme. Il faut tenter d’établir un pont entre l'écoute du son, la théorie musicale et la physique des particules, retrouver une mystique des intervalles et ses mouvements secrets. Un « back to basics » quintessentiel…

L'idée d’intervalle est aussi à prendre comme un point de départ d’une note vers une autre, une excursion ; chaque pas ‐ même petit ‐ est un grand voyage. Chaque mode de vibration transforme la matière elle‐même. L’analogie avec la physique des particules n’est pas que symbolique. En physique, la nature même d'une particule dépend de la façon dont vibre sa plus petite partie élémentaire (les quarks), un peu à l’instar des harmoniques d’un spectre sonore. Comme les intervalles, Il s’agit donc de l’idée infime d’ESPACE.

Pourquoi le titre « Espaces » est‐il au pluriel ?

Parce qu’il y a plusieurs espaces en jeu…

‐ D’abord l’espace acoustique qui représente le lieu où se déploie et existe la musique, la propagation d’une onde dans un milieu (l’air ou l’eau).
‐ Puis l’espace entre deux sons
‐ Nous avons bien évidemment l’espace qui désigne le cosmos (qui signifie l’ordre en grec) où, comme le disait le philosophe Blaise Pascal, il n’y a aucun son !
‐ Je pense aussi à l’espace temps et à la théorie de la relativité d’Einstein qui en découle.
‐ Pour finir j’ai eu l’envie de creuser l’espace visuel qui m’inspire et me nourrit. Je tente depuis plusieurs disques de tisser des correspondances avec des moments que je photographie dans ma vie de musicien nomade. J’y perçois depuis quelques temps des liens très forts, qui deviennent presque indissociables de ma façon de faire et d’imaginer la musique. L’espace visuel est une porte d’accès supplémentaire au monde musical que j’essaie de construire.

Ce sont ces espaces que je veux révéler dans ce disque. Tout au moins célébrer l’émerveillement que l’on peut ressentir lorsque l’on tente de mettre en relation une chose avec une autre, comme un ultime espace, celui de l’imaginaire : un espace mental si fertile.

Puisse cette musique vous transporter vers cet espace où s’arrêtent les mots… Alors si la magie opère, ne serait‐ce que l’espace d’un instant, le silence de ces espaces infinis nous effraiera un peu moins ! [Edward Perraud]

Edward Perraud (batterie)
Paul Lay (piano)
Bruno Chevillon (contrebasse)

Où écouter Edward Perraud

  • A Paris (75) lundi 15 octobre à 21h au Studio de l'Ermitage dans le cadre du festival Jazz sur Seine

Programmation musicale

Edward Perraud « Espaces »
Elevation (Edward Perraud)
Label Bleu 6726

 « Espaces »
« Espaces »

Edward Perraud « Espaces »
Collapse (Edward Perraud)
Label Bleu 6726

« Espaces »
« Espaces »

Paul Bley « With Gary Peacock »
Blues (Ornette Coleman)
ECM 1003

« With Gary Peacock »
« With Gary Peacock »

Thomas Delor « The Swaggerer »
Hidden Meaning (Thomas Delor)
Fresh Sound NT553

« The Swaggerer »
« The Swaggerer »

Chet Baker « Kurt Weill's Songs »
September Song (Maxwell Anderson, Kurt Weill)
Frémeaux 5695

« Kurt Weill's Songs »
« Kurt Weill's Songs »

Camille Bertault « En vie »
Quoi de plus anodin (Empty Pockets) (Herbie Hancock, Camille Bertault)
Sunnyside 1438

« En vie »
« En vie »

Paul Lay «The Party »
Mr. Birdy (Paul Lay)
Laborie 146018

«The Party »
«The Party »

Dave Brubeck « Time Out »
Take Five (Paul Desmond)
Columbia 65122

« Time Out »
« Time Out »

Thelonious Monk « Straight No Chaser »
Ugly Beauty (Rehearsal) (Threlonious Monk)
CBS 4661032

« Straight No Chaser »
« Straight No Chaser »

Luzia von Wyl « Throwing Coins »
Q  (Luzia von Wyl)
Hatology 753

« Throwing Coins »
« Throwing Coins »
L'équipe de l'émission :