Open jazz
Magazine
Mardi 18 septembre 2018
54 min

L'actualité du jazz : Dmitry Baevsky & Jeb Patton, en tête à tête avec le jazz

Avant-première de la rencontre entre Dmitry Baevsky et Jeb Patton. Ils signent chez Jazz&People un disque dont le titre est tout sauf une évidence, “We Two”. Un manifeste du jazz comme art de la conversation. Parution le 21 septembre.

L'actualité du jazz : Dmitry Baevsky & Jeb Patton, en tête à tête avec le jazz
Dmitry Baevsky & Jeb Patton, © Eric Garault

Au sommaire aujourd'hui

  • Dmitry Baevsky et Jeb Patton à la Une
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Sylvain Luc vendredi 21 septembre à 20h30 au Théâtre de Quintaou à Anglet (64) dans le cadre du Anglet Jazz Festival. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
« We Two »
« We Two »

Sans artifice, sans pression, le saxophoniste russe Dmitry Baevsky et le pianiste américain Jeb Patton ont fait ce dans quoi ils excellent : improviser sur des standards

Dmitry Baevsky et Jeb Patton se connaissent depuis de nombreuses années. Ils se sont rencontrés tout jeunes, à New York, animés par la même soif d’apprendre le langage du jazz et d’en faire leur idiome de prédilection. Partageant la même admiration pour les anciens, soucieux d’en croiser le chemin pour apprendre à la source, cherchant à intégrer toute la subtilité du jazz moderne dans leur expression, ils ont fréquenté les mêmes lieux, pris part aux mêmes jam sessions, suivi le même cheminement, au coeur de la scène des clubs new-yorkais.

Au fil des années, à mesure que leurs parcours s’étoffaient, leurs chemins n’ont cessé de se croiser, les deux musiciens ayant développé une entente et une camaraderie qui se sont traduites naturellement dans la musique, portés par un respect commun du be-bop, animés par une ambition d’excellence à laquelle ils n’ont jamais dérogé. Après deux albums en petite formation, « Down With It » en 2010 (avec le contrebassiste David Wong, le batteur Jason Brown et le trompettiste Jeremy Pelt en invité) et « The Day After » en 2017 (en quartet avec David Wong et Joe Strasser à la batterie), Dmitry Baevsky a proposé à son ami Jeb Patton d’enregistrer dans la formule la plus simple qui soit : le duo.

Quelle meilleure façon pour ces deux musiciens de révéler leur entente que dans le tête-à-tête ? Quel contexte mieux adapté que ce face-à-face dans lequel ils élaborent ensemble de la musique, privilégiant l’écoute entre eux, le dialogue, la complémentarité ? Entre le jeu de piano de Jeb Patton, élégant et articulé, et celui de Dmitry Baevsky au saxophone alto, vif, précis et chantant, la complicité est évidente, l’un supportant l’autre avec une présence de tout l’instant, l’autre profitant de ce soutien sans faille pour déployer toute l’éventail de son expression. Rarement deux musiciens auront donné l’impression de rendre aussi manifeste leur proximité artistique.

Sans artifice, sans pression, les deux musiciens ont fait ce dans quoi ils excellent : improviser sur des standards. Evitant soigneusement les rengaines un peu trop entendues, Dmitry Baevsky a murement sélectionné un ensemble de chansons rares et de thèmes signés de géants du jazz moderne qui rajoutent un charme supplémentaire à la qualité de leur inspiration : celui de la découverte. De Duke Ellington à Jimmy Heath en passant par Horace Silver, Charlie Parker et McCoy Tyner (et un clin d’oeil de Baevsky à Sonny Rollins), les compositions inscrivent les deux musiciens dans le langage intemporel du jazz moderne, sans oublier l’esprit du blues avec lequel ils renouent en revisitant une chanson reprise au répertoire de Ray Charles, Don’t Let the Sun Catch You Cryin’ qui donnera le frisson même aux durs à cuire.

Pour capter de la meilleure façon qui soit la parfaite connivence de ses deux protagonistes, l’album a été enregistré dans un studio historique du jazz en France, le studio Gil-Evans à Amiens. Outre la qualité du piano Steinway qui s’y trouve à demeure, l’acoustique de la pièce a permis aux deux musiciens d’enregistrer ensemble côte à côte, sans casque, grâce à la science de l’ingénieur du son Philippe Teissier du Cros. Il en résulte un disque capté au plus près de la musique, qui restitue le grain du saxophone comme la profondeur du piano, les respirations de la musique et tous les élans de son inspiration.

Où écouter Dmitry Baevsky et Jeb Patton

  • A Paris (75) vendredi  19 octobre à 21h au Sunside pour la sortie de l’album “We Two” chez Jazz&People
  • A Sérignan du Comtat  (84) samedi 20 octobre à 21h  dans le cadre de Jazz dans les Vignes
  • A Montargis (45) dimanche 21 octobre à 17h au Tivoli dans le cadre du Hot Club
  • A Eaubonne (95) mardi 23 octobre dans le cadre de Eaubonne Jazz
  • A Viviers (07) vendredi 26 octobre à 21h  au théâtre municipal, avec la SMAC07
  • A Palaiseau (91) vendredi 09 novembre à 21h au Caveau Jazz

Programmation musicale

Dmitry Baevsky, Jeb Patton « We Two »
The Serpent's Tooth (Jimmy Heath)
Jazz&People 818006

« We Two »
« We Two »

Dmitry Baevsky, Jeb Patton « We Two »
Something for Sonny  (Dmitry Baevsky)
Jazz&People 818006

Stan Getz, Kenny Barron « People Time »
People Time (Eddie Del Barrio)
Emarcy  510134-2

« People Time »
« People Time »

Sarah Vaughan « Kurt Weill's Songs »
September Song (Maxwell Anderson, Kurt Weill)
Frémeaux 5695

« Kurt Weill's Songs »
« Kurt Weill's Songs »

Sylvain Luc « Joko »
Light My Fire (Morrison,Densmore, Krieger, Manzarek)
Dreyfus 46050366922

« Joko »
« Joko »

Thomas Bramerie « Side Stories »
Now  (Thomas Bramerie)
Jazz Eleven 11002

« Side Stories »
« Side Stories »

EYM Trio « Sadhana »
Still Standing (Marc Michel)
Kollision 0769

« Sadhana »
« Sadhana »

Günter Baby Sommer « Baby's Party »
Apéro con Brio (Günter Baby Sommer)
Intakt 303

« Baby's Party »
« Baby's Party »

Mike Westbrook « Starcross Bridge »
L'amoroso e sincero lindoro (G. Puccini, arr. M. Westbrook)
Hatology 754

« Starcross Bridge »
« Starcross Bridge »
L'équipe de l'émission :