Open jazz
Magazine
Mercredi 6 juin 2018
54 min

L'actualité du jazz : Charles Lloyd 3/10, les transes du quartet Atlantic

Charles Lloyd, le jardin des délices. Un grand portrait de 10h, dans Open Jazz, par Alex Dutilh, du 4 au 15 juin.

L'actualité du jazz : Charles Lloyd 3/10, les transes du quartet Atlantic
Charles Lloyd Quartet 1966

Au sommaire aujourd'hui

  • Charles Lloyd 3/10,  les transes du quartet Atlantic (1966)
Charles Lloyd au micro de Alex Dutilh en novembre 2017
Charles Lloyd au micro de Alex Dutilh en novembre 2017, © Radio France / Guillaume Decalf

Le saxophoniste vient de fêter ses 80 ans, le 15 mars dernier et n’a pas fini de nous surprendre. Charles Lloyd sortira le 29 juin chez Blue Note, pour la première fois de sa carrière un album avec une vocaliste, Lucinda Williams, en compagnie de son groupe The Marvels, où l’on retrouve notamment Bill Frisell: « Vanished Gardens ». 

Les jardins disparus… Occasion immanquable de revenir avec lui sur une carrière où il côtoie les sommets depuis 1960. Pour ce portrait en 10 épisodes, Charles Lloyd nous a accordé une longue interview. Il revient sur son enfance à Memphis, la ville du blues, son départ à 17 ans pour la West Coast et les expérimentations de Chico Hamilton, son installation à New York où il côtoie Bob Dylan et joue avec Cannonball Adderley… Puis, au beau milieu des années 60, il constitue l’un des plus éblouissants quartets de l’histoire du jazz… Immense de lyrisme et d’énergie, avec Keith Jarrett (20 ans), Cecil McBee et Jack DeJohnette. Entre 1966 et 68, ce groupe fut un véritable phénomène populaire, en prise totale avec son époque, vendant plus d’albums que John Coltrane ou Miles Davis ! Le grand frisson.

Durant les années 70, s’il disparait pour le public européen, Charles Lloyd va méditer au bord du Pacifique, collaborer avec les Beach Boys et trainer dans des jams avec des inconnus à Big Sur. C’est là que Michel Petrucciani ira le trouver, traversant l’Atlantique pour le supplier de reprendre la route avec lui. Désir exaucé en 1981. On ne résiste pas à l’ange de l’Annonciation… En 1989, Charles Lloyd va entamer une longue collaboration avec le label ECM, invitant à ses côtés le gotha des pianistes (Bobo Stenson, Brad Mehldau, Geri Allen, Jason Moran), des bassistes (Palle Danielsson, Marc Johnson, Larry Grenadier, Reuben Rogers) et des batteurs (Jon Christensen, Billy Higgins, Billy Hart, Eric Harland). Après les apparitions de Norah Jones et Willie Nelson sur son avant-dernier album pour Blue Note, il insiste aujourd’hui sur la présence de la voix en faisant appel à Lucinda Williams à côté de Bill Frisell. Et ne le cache pas : depuis toujours, derrière son saxophone ou sa flûte, c’est un chanteur qui s’exprime en Charles Lloyd.

Programmation musicale

Charles Lloyd « Dream Weaver »
Autumn Sequence (J. Prévert, J. Kosma, J. Mercer, C. Lloyd)
Atlantic 1459

« Dream Weaver »
« Dream Weaver »

Charles Lloyd « Dream Weaver »
Dream Weaver (Charles Lloyd)
Atlantic 1459

« Dream Weaver »
« Dream Weaver »

Charles Lloyd « Forest Flower »
Forest Flower : Sunrise (Charles Lloyd)
Atlantic 1473

« Forest Flower »
« Forest Flower »

Charles Lloyd « Forest Flower »
Forest Flower : Sunset (Charles Lloyd)
Atlantic 1473

« Forest Flower »
« Forest Flower »

Charles Lloyd « Flowering »
Going to Memphis / Island Blues (Charles Lloyd)
Atlantic 1586

« Flowering »
« Flowering »
Les invités :
L'équipe de l'émission :