Open jazz
Magazine
Jeudi 22 février 2018
54 min

L'actualité du jazz : Céline Rudolph et Lionel Loueke, de Berlin au Bénin

En avant-première, « Obsession » de Céline Rudolph et Lionel Loueke qui paraît le 02 mars chez Obsessions.

L'actualité du jazz : Céline Rudolph et Lionel Loueke, de Berlin au Bénin
Céline Rudolph et Lionel Loueke, © Joachim Gern

Au sommaire aujourd'hui

  • Céline Rudolph et Lionel Loueke à la Une
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Malcolm Braff samedi 24 février à 21h au Crescent à Mâcon (71). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
« Obsession »
« Obsession »

Elle, une chanteuse qui joue de la guitare ; lui, un guitariste qui chante. Elle et lui , Céline Rudolph et Lionel Loueke, deux alter egos, deux moitiés d'une même voix qui prouvent avec "Obsession" qui paraît chez Obsessions le 2 mars, qu'en matière de musique, le résultat peut être bien plus que la somme de deux artistes singuliers et uniques.

Colorié de sons du monde qui vont de Cotonou à Rio en passant par Memphis ou Berlin, leur jazz révèle deux parcours identitaires que tout rapproche. Il parle de passion, d'amour, de plaisir, de blues et nul besoin d'un orchestre pour restituer la véracité du duo. Parfois en anglais, parfois en français, parfois dans le fantastique langage onirique et luxuriant "Célinois" ou "Lionelois", des chansons inédites, sauf une (O Leãozinho de Caetano Veloso) qui semblent sonner comme des standards tant elles sont universelles.

"Obsession" est l'aboutissement d'une collision musicale évidente qui a eu lieu il y a 5 ans. Les deux musiciens se rencontrent pour la première fois à Berlin : elle, récompensée par l'équivalent des Victoires du Jazz en Allemagne pour son album "Metamorflores" ; lui, accompagnateur et guitariste favori d'Herbie Hancock et signataire de quatre albums sur le fameux label Blue Note. Ils ne discutent pas seulement musique ce soir- là. On parle de la vie, des bons petits plats culinaires, de tas de petites choses qui créent la complicité et on s'échange ses disques. "Peu de temps après Lionel m'a écrit pour me dire combien il avait été enthousiaste à l'écoute de ma musique. Je l'ai tout de suite invité à New York pour ma session studio avec le batteur Jamire Williams. Là, au Brooklyn Recording Studio, la version duo de Le vent du Nord a été créée. On était tous les deux si excités que l'on a décidé d'enregistrer un album complet juste en duo. On s'est donc revu en 2015 au A-Trane Studio à Berlin….".

Céline a composé quelques morceaux, Lionel a amené une chanson d'espoir Veuve Malienne, ensemble ils développent le titre Rêve Obsession. "A notre toute première rencontre, j'avais senti que, malgré nos parcours différents, nous marchions dans les mêmes traces. Lionel vient du Bénin francophone, est passé par la Côte d'Ivoire et Paris, a étudié à Boston, puis ce fut la Californie et New York. Je viens de Berlin, une franco-germanique qui a grandi avec la chanson française, le jazz, la musique africaine et brésilienne, puis les études de jazz à Berlin, les percussions en Afrique de l'Ouest, un groupe au Brésil. Je peux voir le sillon de tous ces périples dans notre musique : à la fois la percussion et le son doux de nos voix, le plaisir du rythme, l'improvisation et le sens de la découverte. Nous aimons tous deux la guitare acoustique, alors lorsque nous jouons en concert, nous partageons ma guitare classique que ma mère m'avait offerte à 13 ans."

"Le duo est le plus gros challenge que l'on puisse entreprendre. C'est l'ouverture à la liberté mais aussi au risque et c'est ce qui est excitant". Lionel ajoute "Céline n'est pas seulement une grande musicienne, c'est aussi une très belle personne et c'est ce qui rend sa musique aussi prenante. Ce projet est unique, il n'a pas de limites et la musique que nous jouons n'est pas facile. C'est un défi aussi de faire sonner des morceaux en impair et de les amener dans le flow."

CELINE RUDOLPH

Un grand-père chanteur dans les choeurs de l'Opéra de Bordeaux, une mère éprise de chansons françaises; un père allemand, saxophoniste et clarinettiste à ses heures perdues dans les clubs de Berlin, passionné de jazz et de musiques brésiliennes, il n'en fallait pas plus à la petite Céline pour plonger très tôt dans la musique. Dès l'âge de 5 ans, elle reprend le classique brésilien Rosa Morena à la voix ou Work Song de Nat Adderley à la flûte à bec. Elle apprend alors le piano et commence à composer en autodidacte. A 12 ans, Céline a déjà un répertoire de compositions de chansons françaises qu'elle interprète à la guitare. Elle a 21 ans lorsqu'elle crée son premier quartet.

Céline entreprend alors des études de philosophie. Sa vie va changer grâce à une rencontre décisive avec le pianiste Walter Norris qui la découvre lors d'un workshop à Berlin et la prépare au concours d'entrée du Conservatoire Supérieur de Jazz de Berlin. Céline étudie ensuite avec le vibraphoniste David Friedman. Deux artistes qui comptent dans son parcours.

Lors de voyages en Afrique Occidentale elle s'initie à la musique locale et étudie avec le percussionniste Famoudou Konaté. Puis Céline découvre le Brésil qui lui offrira ses musiciens pour ses trois albums, "Brazaventure" (2005), "Metamorflores" (2009) (Enja Records) et "Salvador" (2011) (Vervel), dans lequel elle unit sa voix à Nana Vasconcelos, Toninho Ferragutti et Diego Figueiredo et qui sera récompensé du prestigieux Echo Jazz Award en 2010 ("Meilleur artiste vocal"), l'équivalent de nos Victoires du Jazz. Trois albums produits par Rodolfo Stroeter.

Céline a partagé sa passion pour l'improvisation avec les chanteurs tels Lauren Newton, Bobby McFerrin ou Jay Clayton et a joué ou enregistré avec Gary Peacock, Lee Konitz, David Liebman, Leo Genovese, Burniss Travis, Wolfgang Haffner, Till Brönner, Lee Konitz et David Friedman, entre autres. Elle aura réalisé des projets cross-over aussi surprenants que l’adaptation par Peter Fulda du "Pierrot Lunaire" de Arnold Schönberg, "Barock meets Jazz" en collaboration avec le contre-ténor français Gérard Lesne pour la Bayerische Rundfunk, et la production sur CD de la composition de Moritz Eggert "Wide Unclasp" avec entre autres Gerry Hemingway. Ses compositions sont jouées au Musik Triennale Köln. Elle enseigne et est responsable du Département Jazz Vocal au conservatoire de Dresde depuis 2003.

LIONEL LOUEKE

Pour beaucoup, Lionel Loueke est considéré comme un des plus grands guitaristes au monde. Né en Afrique de l’Ouest, au Bénin au début des années soixante-dix, il commence l'apprentissage des percussions à l'âge de 9 ans, mais il est influencé par un de ses grands-frères qui joue de la guitare. C'est ainsi que débute son apprentissage, à la fin de son adolescence. Le jeune guitariste commence son périple en partant étudier en Côte d'Ivoire en 1990 au "National Institute of Art", puis à Paris à "L’American School of Modern Music" de 1994 à 1998 et enfin, à Boston, aux Etats-Unis grâce à une bourse, au "Berklee College of Music" où il est diplômé en 2000.

En 2001, Lionel Loueke est sélectionné pour entrer au Thelonious Monk Institute of Jazz et il impressionne Wayne Shorter et Herbie Hancock membres du jury. Il restera deux années au Monk Institute. Pourvu d'une formation en tous points exceptionnelle, Lionel Loueke n'a aucun mal à débuter sa carrière discographique. Il commence à jouer avec le trompettiste Terence Blanchard avec lequel il enregistre deux albums pour le label Blue Note. Herbie Hancock, son mentor, le prend alors dans son groupe. Lionel enregistre deux albums avec lui, "Possibilities" et "River : Joni’s Letter".

Les artistes se l'arrachent et il débute sa propre carrière discographique en 2005 avec "In a Trance", enregistré en public (2005). Vient ensuite "Virgin Forest" (2007), avant que Lionel Loueke ne signe pour le fameux label Blue Note. Il sort alors "Karibu" (2008) auquel ont collaboré Wayne Shorter et Herbie Hancock, avant de proposer "Mwaliko" (2010), album comprenant des duos avec Angélique Kidjo ou Richard Bona. Produit par Robert Glasper , son troisième opus "Heritage" pour Blue Note, entre tradition et jazz, est sorti en 2012 et “Gaia” en 2015, à équidistance du jazz, de la world et du rock.

Programmation musicale

Céline Rudolph, Lionel Loueke « Obsession »
C'est un love song (Céline Rudolph)
Obsessions 234460

« Obsession »
« Obsession »

Céline Rudolph, Lionel Loueke « Obsession »
Veuve Malienne (Lionel Loueke)
Obsessions 234460

« Obsession »
« Obsession »

Cassandra Wilson « Traveling Miles »
Resurrection Blues (Tutu) (Marcus Miller, Cassandra Wilson)
Blue Note 8541232

« Traveling Miles »
« Traveling Miles »

Andreas Schaerer « A Novel Of Anomaly »
Cauza Danzante (Andreas Schaerer)
ACT 9853-2

« A Novel Of Anomaly »
« A Novel Of Anomaly »

Ray Charles « Four Classic Albums »
Lonely Avenue (Pomus)
Avid Jazz 1276

« Four Classic Albums »
« Four Classic Albums »

Malcolm Braff « Inside »
Dance of the Planets (Malcolm Braff)
Enja 9573-2

« Inside »
« Inside »

Un Poco Loco « Feelin' Pretty »
Prologue (Leonard Bernstein)
Umlaut 21

« Feelin' Pretty »
« Feelin' Pretty »

Kevin Norwood « Reborn »
Time Flies (Kevin Norwood)
Ajmi 25

« Reborn »
« Reborn »

Dan Pugach « Nonet Plus One »
Brooklyn Blues (Dan Pugach)
Unit 4816

« Nonet Plus One »
« Nonet Plus One »

Jerry Bergonzi « Dog Star »
Dog Star (Jerry Bergonzi)
Savant 2163

« Dog Star »
« Dog Star »
L'équipe de l'émission :