Open jazz
Magazine
Mardi 2 octobre 2018
54 min

L'actualité du jazz : Cécile McLorin Salvant, un duo à la fenêtre

La fenêtre ouverte sur l'amour du duo Cécile McLorin Salvant - Sullivan Fortner dans « The Window » qui paraît chez Mack Avenue et Bertrand Chamayou, invité de l'émission.

L'actualité du jazz : Cécile McLorin Salvant, un duo à la fenêtre
Cécile McLorin Salvant et Sullivan Fortner, © Mark Fitton

Au sommaire aujourd'hui

  • Cécile McLorin Salvant à la Une
  • Bertrand Chamayou, invité de Alex Dutilh dans le cadre de la journée Bertrand Chamayou.
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Olivier Hutman, Marc Bertaux et Tony Rabeson jeudi 04 octobre à 20h15 à l'Espace Bernard Giraudeau à la Rochelle (17) dans le cadre des 20 ans de Jazz Entre les Deux Tours. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Tchavolo Schmitt jeudi 04 octobre à 20h30 au Théâtre des Bergeries à Noisy-le-Sec (93) dans le cadre du Jazz Festival MAAD93. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
« The Window »
« The Window »

Le monde a découvert l’incroyable art vocal de Cécile McLorin Salvant lorsqu’elle a remporté la Thelonious Monk International Jazz Competition en 2010, consacrée à la voix cette année-là. En un peu moins d’une décennie, elle est passée de chouchoute des critiques de jazz et de ses fans, et lauréate de plusieurs Grammy, à une voix intrépide de la musique d’aujourd’hui.

Dans la vie et en musique, le parcours de Cécile McLorin Salvant a été peu orthodoxe. Fille d’une mère française et d’un père haïtien, elle a grandi dans la diversité culturelle et le mélange musical de Miami. Elle a commencé des études de piano à cinq ans et a commencé à chanter avec la Miami Choral Society à huit ans. Élevée dans une famille bilingue, elle a baigné dans une grande variété de musique, du monde entier, à travers la vaste collection de disques de ses parents. Tandis que le jazz faisait partie de ce riche mélange, son adolescence était focalisée sur le chant classique et Broadway. Suite à son désir d’étudier à l’étranger, elle intègre l’université d’Aix-en-Provence pour étudier l’opéra et le droit. Ironiquement, ce fut en France que Cécile McLorin Salvant commença à vraiment découvrir les profondes racines du jazz et de la musique américaine, sous la houlette de son professeur, le saxophoniste Jean-François Bonnel. L’enseignement de ce dernier incluait d’apporter à Cécile des piles de CD, couvrant le travail des légendes du jazz et du blues comme celui de contributeurs moins connus. 

Trois ans plus tard, Cécile McLorin Salvant retourne aux Etats-Unis pour concourir pour le prestigieux concours que représente la Thelonious Monk International Competition. À la demande de sa mère, elle participe à ce concours, sans vraiment savoir ce qui l’attendait. La chanteuse française expatriée de France, a surpris tout le monde (ainsi qu’elle-même), en récoltant les honneurs de la compétition la plus demandée au monde. Le panel illustre constituant le jury - Dee Dee Bridgewater, Dianne Reeves, Kurt Elling, Patti Austin et Al Jarreau - a remarqué son impeccable technique vocale, sa musicalité innée et ses capacités innées d’interprétation. “Elle a sérieusement secoué la maison. Son marathon ne fait que commencer”, écrivait alors le Washington Post. .

Son nouvel album The Window qui paraît chez Mack Avenue, un album de duos avec le pianiste Sullivan Fortner, explore et étend la tradition du piano-voix et ses possibilités expressives. Tous les deux sont libres d’improviser et rhapsodier, de jouer librement avec le temps, l’harmonie, la mélodie et le phrasé.

Thématiquement, “The Window” est un cycle méditatif de chansons sur la nature versatile de l’amour. Le duo explore le thème à travers un large répertoire incluant Richard Rodgers et Stephen Sondheim, le visionnaire introverti Stevie Wonder, quelques bijoux du cabaret français et de vieux r’n’b, aux côtés de compositions originales écrites par Cécile McLorin Salvant. Tout comme une fenêtre encadre une vue - révélant autant qu’elle cache, connectant autant qu’elle isole - chaque titre de cet album offre une perspective changeante et perspicace de la complexité des émotions amoureuses. Cécile McLorin Salvant chante l’anticipation et la joie, l’obsession et la folie, le tourment et le désir, la tactique et le désordre. 

Programmation musicale

Cécile McLorin Salvant « The Window »
One Step Ahead Obsession (Eddie Snyder, Charles Singleton D. Caymni, T. Mann, G. Peranzetta)
Mack Avenue 1132

« The Window »
« The Window »

Cécile McLorin Salvant « The Window »
Visions  (Stevie Wonder)
Mack Avenue 1132

« The Window »
« The Window »

Nancy Harrow « Partners »
You're Nearer (Richard Rodgers, Lorenz Hart)
Benfan Music

 « Partners »
« Partners »

Ran Blake, Christine Correa « Streaming »
Lonely Woman (Ornette Coleman, Margo Guryan)
Red Piano 14599-4434

« Streaming »
« Streaming »

René Urtreger « Early Trios, 1954-57 »
A Night in Tunisia (G. Gillespie, F. Paparelli)
Fresh Sound 956

« Early Trios, 1954-57 »
« Early Trios, 1954-57 »

Hutman, Bertaux, Rabeson « Beat Games »
The Ahava Raba Step (Olivier Hutman)
Cristal 272

« Beat Games »
« Beat Games »

Tchavolo Schmitt « Live in Paris »
The Sheik of Araby (T. Snyder, H.B. Smith, F. Wheeler)
Chant du Monde 274 1741

« Live in Paris »
« Live in Paris »

Harrison Kennedy,  J.J. Milteau, Vincent Segal « CrossBorder Blues »
What's Going On (Marvin Gaye)
Naïve

« CrossBorder Blues »
« CrossBorder Blues »

Samy Thiébault « Caribbean Stories»
Parajillo verde (Trad. Venezuela, arr. S. Thiébault)
Gaya 044

« Caribbean Stories»
« Caribbean Stories»
L'équipe de l'émission :