Open jazz
Magazine
Mercredi 28 mars 2018
54 min

L'actualité du jazz : Bettye LaVette, Dylan par la face soul

En avant-première, « Things Have Changed » de Bettye LaVette qui paraît le 30 mars chez Verve/Universal.

L'actualité du jazz : Bettye LaVette, Dylan par la face soul
Bettye Lavette, © Things Ha

Au sommaire aujourd'hui

  • Bettye LaVette à la Une
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Basile Mouton + Big Four vendredi 30 mars à 20h30 au Crescent à Mâcon (71). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
  • 3 invitations pour 2 à gagner Manu Le Prince vendredi 30 mars à 20h45 au Comptoir à Fontenay-sous-Bois (94). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
« Things Have Changed »
« Things Have Changed »

Pour son dixième album, le premier sur une major en près de trente ans, Bettye LaVette s’empare des chansons de Bob Dylan avec cette force et cet aplomb qui ont fait d’elle une véritable légende de la soul. « Things Have Changed », qui paraît chez Verve, est un chef-d’oeuvre né de la rencontre entre l’une des plus grandes chanteuses actuellement en activité et l’un des plus grands songwriters vivant. Keith Richards et Trombone Shorty ont apporté leur contribution à cet album produit par Steve Jordan.

Depuis son retour sur le devant de la scène au début des années 2000, Bettye LaVette n’a cessé de se frotter au rock et au folk, reprenant à sa manière unique les chansons d’artistes aussi emblématiques que les Who, les Rolling Stones, Pink Floyd ou encore Dolly Parton. Toutefois, elle n’avait jamais enregistré auparavant un album entièrement consacré à l’oeuvre d’un seul songwriter. Les morceaux de « Things Have Changed » ont été composés par Bob Dylan sur plus de cinq décennies, The Times They Are A-Changin’ datant de 1964 tandis que l’épique Ain’t Talkin est extrait de l’album « Modern Times » sorti en 2006.

« Les autres écrivent des chansons, maisles compositions de Dylan relèvent plus de la prose que de la poésie. Selon moi, la qualité de ses paroles tient moins à leur beauté qu’à leurextrême ingéniositéet à leur logique imparable. Il peut partir de n’importe quelle expression et en tirer une chanson ». Bettye LaVette n’a rencontré Bob Dylan qu’une seule fois, dans les coulisses d’un festival en Italie. Il était sur le point de monter sur scène lorsque Tony Garnier, son bassiste de longue date, lui fit signe que Bettye se trouvait près d’eux. Dylan s’arrêta sur le champ, se dirigea vers la chanteuse, prit son visage entre ses mains et l’embrassa avant de quitter les coulisses pour donner son concert. Sur « Things Have Changed », les chansons de Dylan subissent un traitement de choc. « Je n’avais jamais vraiment écouté It Ain’t Me Baby », confie Bettye LaVette, « mais il fallait que ma version soit plus dédaigneuse que l’originale, moins rapide et moins sèche, qu’elle sonne comme une chanson de Jimmy Reed. Pour The Times Are-a-Changin, je voulais en donner une interprétation totalement différente de celle de Dylan. Pour y parvenir on a beaucoup travaillé sur le groove avec une beat box. Le résultat est extrêmement surprenant ». 

Pour mener ce projet ambitieux à son terme, Bettye LaVette avait besoin d’un producteur à la hauteur du défi. Grâce à la productrice Carol Friedman, la chanteuse trouva le partenaire idéal en la personne de Steve Jordan, l’ancien batteur du groupe de l’émission de David Letterman, un artiste qui a travaillé avec la terre entière, notamment Chuck Berry et John Mayer. « Steve a été absolument génial », explique-t-elle. « Il se rappelle de tout ce qu’il a entendu au cours de sa vie et il s’est toujours montré capable d’expliquer aux musiciens ce que j’avais en tête ». Pour l’occasion, Steve Jordan forma une équipe réunissant des musiciens hors pair tels que le guitariste de Bob Dylan Larry Campbell, le bassiste Pino Palladino et le claviériste Leon Pendarvis. L’entente entre eux fut telle que l’enregistrement de l’album fut bouclé en seulement trois jours. Par la suite, Keith Richards et Trombone Shorty apportèrent leur contribution, en jouant respectivement sur Political World et What Was It You Wanted

Bettye LaVette fait partie du show business depuis près de soixante ans. Son premier single, « My Man – He’s A Lovin’ Man », est sorti chez Atlantic Records en 1962 alors qu’elle n’avait que seize ans. Bien que n’ayant jamais cessé d’enregistrer, elle connut une véritable renaissance artistique au début des années 2000 avec des albums de reprises d’une puissance émotionnelle à couper le souffle. En 2008, elle laissa le public du Kennedy Center sans voix avec son interprétation du Love Reign O’er Me des Who auxquels on remettait ce soir-là un prix pour l’ensemble de leur carrière. S’emparer de l’oeuvre d’un des plus importants songwriters vivants était une véritable gageure. Mais si quelqu’un était capable de relever le défi, c’était bien Bettye LaVette.

Programmation musicale

18h07- Bettye LaVette « Things Have Changed »
Things Have Changed (Bob Dylan)
Verve

 « Things Have Changed »
« Things Have Changed »

18h15- Bettye LaVette « Things Have Changed »
Mama You've Been On My Mind (Bob Dylan)
Verve

« Things Have Changed »
« Things Have Changed »

18h19- Neville Brothers « Dylan In Jazz »
The Bballad of Hollis Brown (Bob Dylan)
Wagram 3354322

« Dylan In Jazz »
« Dylan In Jazz »

18h25- Margeaux Lampley « A Tribute to Michael Jackson »
Billy Jean (Michael Jackson)
Fuschia Jazz 003

« A Tribute to Michael Jackson »
« A Tribute to Michael Jackson »

18h29- Dexter Gordon « The Resurgence of Dexter Gordon »
Lovely Lisa (Charles Coker)
Fresh Sound 944

« The Resurgence of Dexter Gordon »
« The Resurgence of Dexter Gordon »

18h38- Basile Mouton « Terrain de jeux »
You Win (Basile Mouton)
Arts et Spectacles 170201

 « Terrain de jeux »
« Terrain de jeux »

18h43- Manu Le Prince « In A Latin Mood »
Little Castles In The Air (Giovanni   Mirabassi, Manu Le Prince)
Plaza Mayor Company 185

« In A Latin Mood »
« In A Latin Mood »

18h46- Matthieu Chazarenc « Canto »
La Guiche (Matthieu Chazarenc)
Jazz Family 043

« Canto »
« Canto »

18h52 -Noah Preminger, Frank Carlberg « Whispers and Cries »
Aura Lee (Trad.)
Red Piano 14599-4431

 « Whispers and Cries »
« Whispers and Cries »
L'équipe de l'émission :