Open jazz
Magazine
Vendredi 7 décembre 2018
54 min

L'actualité du jazz : Antonio Sanchez, histoires de migrants

Le message d’urgence de Antonio Sanchez dans “Lines In The Sand” qui paraît chez Camjazz/Pias.

L'actualité du jazz : Antonio Sanchez, histoires de migrants
Antonio Sanchez 5te, © Ermanno Basso

Au sommaire aujourd'hui

  • Antonio Sanchez à la Une
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Romane dimanche 09 décembre à 17h au Terrain Blanc à Quimper (29) dans le cadre des Aprèm’Jazz.  Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitations pour 2 pour les 3 premiers mails.
« Lines in the Sand »
« Lines in the Sand »

Le maître des percussions Antonio Sanchez se considère lui-même comme super chanceux d’avoir pu bénéficier d’une éducation et d’une enfance paisible dans un pays qui l’a accueilli en lui permettant d’épanouir sa créativité. Mais l'Amérique de 2018 n'est plus l'Amérique de 1993. L'Amérique d'aujourd'hui a tourné le dos aux relations pragmatiques qui existaient avec son plus proche voisin du sud, le Mexique : “Il y a de la haine dans l'air et une voix démagogique à la Maison Blanche” explique-t-il.

Le premier son que l’on entend sur le nouvel album d’Antonio Sanchez avec son groupe Migration, “Lines In The Sand” qui paraît chez Camjazz/Pias, est une voix qui dit « Ceci est faux » et une autre qui dit très calmement « Honte à vous ». Le jazz a toujours véhiculé des valeurs de protestation et de résistance. Et “Lines In The Sand” en est un superbe exemple.

Comme Jack DeJohnette, Antonio Sanchez est plus qu'un batteur. C'est un musicien complet, entendu ici aux claviers et en tant que chanteur, ainsi que derrière sa batterie. Il est l’un des rares percussionnistes à pouvoir faire résonner la batterie comme un instrument singulier une minute et comme un orchestre complet la suivante.

Voici donc un message urgent sur un situation de détresse, celle d’un pays dont le riche héritage d'immigration - d'Europe, d'Afrique, de la moitié sud du continent américain - a été soudainement remis en question. (Brian Morton)

Antonio Sanchez (batterie, voix, claviers)
John Escreet ( piano, fender rhodes )
Matt Brewer ( basses électrique et acoustique)
Thana Alexa ( voix, effets )
Chase Baird ( saxophone ténor, Ewi )
Nathan Shram (alto sur "Travesía Part II" )
Elad Kabilio ( violoncelle sur "Travesía Part II" et "Long Road" )

Programmation musicale

Antonio Sanchez « Lines in the Sand »
Travesia (Antonio Sanchez)
CamJazz 7940-2

« Lines in the Sand »
« Lines in the Sand »

Mario Costa « Oxy Patina »
Ant Dance (Mario Costa)
Clean Feed 492

« Oxy Patina »
« Oxy Patina »

Franck Vaillant, Thisisatrio « DrummerZ »
Neptune : Creatures of Coanscience (Tony Williams)
Shred 003

« DrummerZ »
« DrummerZ »

André Persiany « And His Orchestra »
Just for Fun (André Persiany)
Fresh Sound 968

« And His Orchestra »
« And His Orchestra »

Romane « Guitar Family Connection »
Moanin (Bobby Timmons)
Frémeaux 589

« Guitar Family Connection »
« Guitar Family Connection »

De Beren Gieren « Dug out skyscrapers »
Weight of an Image (Fulco Ottervanger)
SDBAN 04

« Dug out skyscrapers »
« Dug out skyscrapers »

Tord Gustavsen « The Other Side »
The Other Side (Tord Gustavsen)
ECM 2608

« The Other Side »
« The Other Side »

Edward Perraud « Espaces »
Laps (Edward Perraud)
Label Bleu 6726

« Espaces »
« Espaces »
L'équipe de l'émission :