Open jazz
Magazine
Jeudi 24 janvier 2019
54 min

Anne Paceo, ombre et soleil

L’invitation au voyage de Anne Paceo dans “Bright Shadows” qui paraît le 25 janvier chez Laborie Jazz.

Anne Paceo, ombre et soleil
Anne Paceo, © Sylvain Gripoix

Au sommaire aujourd'hui

  • Anne Paceo à la Une

Bright Shadows” s’avère être un condensé d’audace musicale, où l’improvisation côtoie une structure longuement façonnée, où une pop exigeante entraîne l’auditeur dans chaque morceau, comme autant d’aventures humaines.

  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Daniel HumairModern Art vendredi 25 janvier au théâtre de Fontblanche à Vitrolles (13) avec Charlie Free. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Yom vendredi 25 janvier à 20h30 à la Dynamo de Banlieues Bleues à Pantin (93). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
« Bright Shadows »
« Bright Shadows »

« Je n’ai jamais aimé les frontières entre les styles. Ce sont les disquaires qui ont inventé ces cases, mais la musique, elle, dépasse tout ça. L’important est qu’elle parle au cœur, à l’âme, qu’elle provoque des émotions, qu’elle fasse voyager, qu’elle inspire. » C’est tout l’effet que nous procure “Bright  Shadows”, le nouvel album d’Anne Paceo qui paraît le 25 janvier chez Laborie Jazz.  Celui sans lequel la  terre ne tournera désormais plus très rond.

Cette planète, Anne Paceo l’a parcourue dans ses moindres recoins, s’étant produite dans plus de 41 pays sur les cinq continents. Musicienne depuis l’enfance, batteuse au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et pour des pointures du jazz  (Rhoda Scott, Henri Texier, Raphaël Imbert, Archie Shepp...), Anne Paceo fonde le trio Triphase en 2005 avec lequel elle publie deux albums. Puis ce sera le groupe Yôkaï, cinq ans plus tard, avec un disque éponyme. La reconnaissance est rapidement au  rendez-vous.  En  2011,  elle  est  sacrée « révélation » aux Victoires de la musique jazz; en 2016, elle en est « l’artiste de l’année ». Le tout en continuant ses collaborations qui la nourrissent de leur éclectisme, de Mélissa Laveaux à Jeanne Added : « J’ai beaucoup appris en tant qu’accompagnatrice. C’est très intéressant de voir comment travaille le leader, quelle énergie il arrive à insuffler, quelle liberté il lui laisse aux  musiciens  et comment  il  les  amène  à  donner  le  meilleur  d’eux-mêmes.» 

Avec l’hybride “Circles”, qui, en 2016, explorait pop, jazz et hip hop, puis avec le live “Fables Of Shwedagon” (2018), enregistré avec des musiciens birmans, elle expose davantage son  sens de la mélodie et une poésie sonore qui n’appartient qu’à elle. Des qualités aujourd’hui confirmées, transcendées même, par “Bright Shadows”, suite logique de “Circles”.

Une fois encore, pas question de s’enfermer dans une case trop restrictive.  Pop,  folk, jazz, électro : tout s’entend, se meut, se module au fil des ressentis et de l’orchestration entièrement imaginée par Anne Paceo.  « La voix et la percussionrenvoient à l’originel, au primaire, explique-t-elle. D’après les légendes mongoles, elles auraient créé le monde.  Associer trois voix à ma batterie était une manière de revenir à la  source,  au commencement. » Ainsi, la batteuse assume désormais son chant, l’alliant à celui d’Ann Shirley et de Florent Mateo... Ce dernier, tout comme Sandra Nkake, Marion Rampal ou Diana Trujillo ont accompagné le travail d’écriture d’Anne, qui avait besoin d’exprimer ce qu’elle avait au plus profond d’elle-même. Le temps qui passe sur Tomorrow, l’importance du monde extérieur sur l’intime dans Bright Shadows, l’ode à la métamorphose de The Shell, le questionnement de la mémoire et de l’amour de Hope is a Swan - titre écrit au fameux  Moulin d’Andé,  par où  sont  passés François Truffaut, Georges Perec, Louis Malle et Ionesco. Au-delà de la sphère existentielle, la politique n’est jamais très loin. D’Haïti à Paris, les crises migratoires ont influencé l’engagé Stranger tout comme l’héroïsme de la guerrière zimbabwéenne Nehanda Nyakasikanaa inspiré le féminisme de Nehanda, sur lequel Anne Paceo a choisi « d’inventer une langue imaginaire et incantatoire pour lui rendre hommage ».

Du point de vue instrumental, sa garde rapprochée reste la même : Tony Paeleman, Christophe Panzani et Pierre Perchaud. Les références viennent de partout et d’ailleurs : de James Blake aux requiems de Fauré, des grooves d’Afrique de l’Ouest aux multiples couches de synthétiseurs de Boards of Canada, du « feu intérieur » de John Coltrane aux polyrythmies de Steve Reich, sans oublier « la force historique des enregistrements d’Alan Lomax dans les prisons  américaines  dans  les  années  30 ». Enfin, Contemplation nous  emmène  au  plus  près  de  ce  que  vit  Anne  Paceo,  au  fil  des  rythmes comme des mélodies, offrant par là une conclusion idéale à l’invitation au voyage qu’est “Bright Shadows”.

Où écouter Anne Paceo

  • A Paris (75) mardi 19 février à 20h au Centquatre

Pierre Perchaud (guitare, voix)
Christophe Panzani (saxophone)
Tony Paeleman (claviers)
Anne Paceo (batterie, voix)
Ann Shirley, Florent Mateo (voix)

Programmation musicale

Anne Paceo « Bright Shadows »
Nehanda (Anne Paceo)
Laborie Jazz 46

« Bright Shadows »
« Bright Shadows »

Anne Paceo « Bright Shadows »
Calle Silencio (Anne Paceo)
Labori Jazz 46

« Bright Shadows »
« Bright Shadows »

Chick Corea, Return to Forever « Light as a Feather »
Captain Marvel (Chick Corea)
Polydor  827148-2

« Light as a Feather »
« Light as a Feather »

The Drops « Hard Pop »
La Princesse japonaise (Christophe Panzani)
www.the drops.com

« Hard Pop »
« Hard Pop »

Lambert, Hendricks & Ross « Sing A Song of Basie »
One O'Clock Jump (Durham, Page, Smith, Hendricks)
Verve  543 827-2

« Sing A Song of Basie »
« Sing A Song of Basie »

Daniel Humair, Vincent Lê Quang, Stéphane Kerecki « Modern Art »
Jackson Pollock (Jane Ira Bloom)
Incises  178046

« Modern Art »
« Modern Art »

David Linx, Diederik Wissels « Up Close »
Lunch at Midnight (David Linx,   Diederik Wissels)
Label Bleu 6586

« Up Close »
« Up Close »

Charlie Parker « With Strings, The Master Takes »
Just Friends (John Klenner, Sam M. Lewis)
Verve 523984-2

« With Strings, The Master Takes »
« With Strings, The Master Takes »

Giovanni Mirabassi « Summer's Gone »
La Mélodie du désastre (Giovanni Mirabassi)
CamJazz 7938-2

« Summer's Gone »
« Summer's Gone »

Josefine Cronholm « Ember »
Sing (Josefine Cronholm)
Stunt 18122

« Ember »
« Ember »
L'équipe de l'émission :