Open jazz
Magazine
Mardi 31 août 2021
54 min

Kenny Garrett, le son de la mémoire

Avec “Sounds from the Ancestors” qui paraît chez Mack Avenue, Kenny Garrett évoque la musique ouest-africaine et son rôle dans le jazz, le gospel, la Motown ou le hip-hop.

Kenny Garrett, le son de la mémoire
Kenny Garrett, © Hollis King

Au sommaire aujourd'hui

  • Kenny Garrett à la Une

Kenny Garrett explore ses racines avec un album cosmopolite qui déborde du jazz. "Au départ, le concept consistait à essayer d'obtenir certains des sons musicaux dont je me souvenais quand j'étais enfant ; des sons qui élèvent l'esprit, de musiciens comme John Coltrane avec “A Love Supreme” ; Aretha Franklin pour “Amazing Grace” ; Marvin Gaye, et son “What's Going On” ; plus le côté spirituel de l'église", explique Kenny Garrett. "Quand j'ai commencé à y réfléchir, j'ai réalisé que c'était l'esprit de mes ancêtres"

  • 2 invitations pour 2 à gagner pour la soirée du jeudi 02 septembre au Festival Jazz Ô Palais à Albi. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 2 premiers mails.
« Sounds From The Ancestors »
« Sounds From The Ancestors »

Le nouvel album de Kenny Garrett, “Sounds from the Ancestor”, est un album aux multiples facettes. À l'instar de l'album phare de Miles Davis, “On the Corner”, qui opérait une subversion de ses principaux maîtres à penser - James Brown, Jimi Hendrix et Sly Stone - pour créer son propre univers polyrythmique, riche en grooves et en improvisations, “Sounds from the Ancestors” occupe son propre espace avec lucidité, ingéniosité et force émotionnelle. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

En effet, “Sounds from the Ancestors” reflète la riche histoire du jazz, du R&B et du gospel de Detroit, la ville natale du saxophoniste. Mais, plus important encore, il est aussi empreint d'une vibration cosmopolite moderne, notamment par l'inclusion de musique provenant de France, de Cuba, du Nigeria et de la Guadeloupe. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Le noyau dur de l'ensemble “Sounds from the Ancestors” est constitué de musiciens avec lesquels Kenny Garrett a enregistré et tourné dans un passé récent : le pianiste Vernell Brown Jr, le bassiste Corcoran Holt, le batteur Ronald Bruner et le percussionniste Rudy Bird. On retrouve également sur l'album le batteur Lenny White, le pianiste et organiste Johnny Mercier, le trompettiste Maurice Brown, le conguero Pedrito Martinez, le percussionniste batá Dreiser Durruthy et les chanteurs Dwight Trible, Jean Baylor, Linny Smith, Chris Ashley Anthony et Sheherazade Holman. Et sur quelques morceaux, Kenny Garrett élargit sa palette instrumentale en jouant du piano et en chantant.  

It's Time to Come Home, un morceau original de jazz moderne afro-cubain à la fois sautillant et évocateur, donne le coup d'envoi de l'album. Les passages mélodiques de Kenny Garrett, marqués par des tournures capricieuses et des accents de picorage, signalent un "appel à l'action" pour que les enfants du monde entier rentrent à la maison après avoir joué dehors toute la journée. Alors que Kenny Garrett a initialement composé la chanson en 2019, cette incarnation reflète ses expériences avec le pianiste et compositeur cubain Chucho Valdés.

Kenny Garrett rend ensuite hommage au grand trompettiste et compositeur Roy Hargrove avec le vivifiant Hargrove, qui évoque la maîtrise du musicien disparu pour concilier la verve harmonique complexe du hard-bop avec les grooves hypnotiques du R&B et le rebond du hip-hop de la fin du 20e siècle. La chanson fait également sournoisement référence à A Love Supreme de John Coltrane, qui accentue à la fois la nature terrestre et spirituelle de la musique de Roy Hargrove et la virtuosité du saxophone de Kenny Garrett. "Ce que je respectais chez [Hargrove], c'est qu'il empruntait à tous les genres, à toutes les expériences et les mettait sur la table", dit Kenny Garrett.. 

Des traces de l'église noire américaine apparaissent également dans When the Days Were Different, un morceau original mid-tempo chaleureux dont la mélodie rappelle sle classique gospel de 1991 des Sounds of Blackness, Optimistic. "L'idée était de ramener la chanson à l'église", explique Kenny Garrett. "La chanson me fait penser à une réunion de famille élargie aux amis, où l'on s'amuse en mangeant, en buvant et en passant du bon temps ensemble".

Sur la rythmique intrépide For Art's Sake, Kenny Garrett rend hommage à deux batteurs légendaires - Art Blakey et Tony Allen. Ronald Bruner concocte un rythme qui fait allusion à la fois au jazz moderne et à l'afrobeat nigérian, tandis que Rudy Bird ajoute du feu polyrythmique avec ses motifs circulaires de conga. Là-dessus, Kenny Garrett enfourche l'une de ses mélodies brûlantes qui virevoltent et tourbillonnent tandis que la propulsion prend lentement de l'ampleur.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Les batteries et les percussions sont à nouveau mis en valeur sur les rapides What Was That ? et Soldiers of the Fields/Soldats des Champs. Dans le premier cas, Kenny Garrett est dans une forme éblouissante, naviguant à travers un fourré de polyrythmies et un lit harmonique cahotant avec une détermination et une dextérité d'acier associées à John Coltrane et Jackie McLean. Kenny Garrett explique que Soldiers of the Fields/Soldats des Champs est un hommage à la légion de musiciens de jazz qui se sont battus pour que la musique reste vivante. "Ce sont les premiers à être touchés et à se faire tirer dessus dans la ligne de tir sur les champs de justice. 'Soldats des Champs' est aussi un hommage aux soldats haïtiens qui se sont battus contre les Français pendant la Révolution haïtienne."  

L'amour du leader pour le jazz afro-cubain revient sur le dramatique morceau titre, qui commence par Kenny Garrett jouant une lente mélodie mélancolique au piano avant que la musique ne cède la place à un voyage gorgé de feeling, rempli des cris vocaux passionnés de Dwight Trible et d'émouvantes paroles de Pedrito Martinez, rendant hommage à Orunmila, la divinité yoruba de la sagesse. "La chanson parle de l’importance de se souvenir de l'esprit des sons de nos ancêtres - les sons de leurs services religieux, les prières qu'ils récitaient, les chansons qu'ils chantaient dans les champs, les tambours africains qu'ils jouaient et les chants yorubas", explique Kenny Garrett. L'album se termine comme il s'est ouvert avec It's Time to Come Home, cette fois-ci Kenny Garrett utilise son saxophone comme instrument rythmique pour avoir une conversation avec le percussionniste sans accompagnement vocal. 

Au cours de son illustre carrière, qui comprend des passages marquants chez Miles Davis, Art Blakey and The Jazz Messengers, Donald Byrd, Freddie Hubbard, Woody Shaw ou le Duke Ellington Orchestra, ainsi qu'une brillante carrière d'artiste solo qui a débuté il y a plus de 30 ans, Kenny Garrett est reconnu comme l'un des maîtres vivants les plus brillants et les plus influents du jazz moderne. Et avec ces “Sounds from the Ancestors”, son aura devrait encore s'accroître.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)

La programmation musicale :
  • 18h06
    Hargrove - KENNY GARRETT
    Kenny Garrett

    Hargrove

    Kenny Garrett : auteur, John Coltrane : auteur
    Album Sounds from the ancestors Label Mack Avenue Année 2021
  • 18h13
    Sounds from the ancestors - KENNY GARRETT
    Kenny Garrett

    Sounds from the ancestors

    Vernell Brown Junior, Corcoran Holt, Ronald Bruner, Rudy Bird, Kenny Garrett : auteur
    Album Sounds from the ancestors Label Mack Avenue Année 2021
  • 18h21
    African cookbook - RANDY WESTON
    Randy Weston

    African Cookbook

    Randy Weston. : compositeur, Melba Liston (arrangements). : compositeur, Randy Weston (piano), Pharoah Sanders (saxophone ténor, gaita), Idrees Sulieman (trompette), Benny Powell (trombone basse), Billy Harper (saxophone ténor), Dewey Redman (saxophone ténor), Alex Blake (contrebasse), Jamil Nasser (contrebasse), Idris Muhammad (batterie), Big Black (percussions), Azzedin Weston (percussions)
    Album The Spirits of Our Ancestors Label Verve (511857-2) Année 1992
  • 18h35
    Reclamation - BRANDEE YOUNGER
    Brandee Younger

    Reclamation

    Anne Drummond, Chelsea Baratz, Dezron Douglas, Allan Mednard, Brandee Younger : auteur
    Album Somewhere different Label Impulse Année 2021
  • 18h43
    These foolish things (remind me of you) - ALBERT MANGELSDORFF
    Albert Mangelsdorff

    These Foolish Things (Remind Me of You)

    Jack Strachey. : compositeur, Albert Mangelsdorff (trombone), Bud Shank (flûte), Bob Cooper (hautbois), Attila Zoller (guitare électrique), Gary Peacock (contrebasse), Karl Sanner (batterie)
    Album The Jazz Sextet Label Moosicus (CDM13052) Année 2017
  • 18h48
    Egyptian fantasy - CECIL RECCHIA & THE GUMBO
    Cecil L. Recchia & The Gumbo

    Egyptian Fantasy

    Sidney Bechet. : compositeur, Cecil L. Recchia. : compositeur, Cecil L. Recchia (voix), The Gumbo, Malo Mazurié (trompette), Pablo Campos (piano), Raphaël Dever (contrebasse), David Grebil (batterie)
    Album Cecil L. Recchia & The Gumbo Label Harpo Année 2018
  • 18h52
    Dula - ANDREW RENFROE
    Andrew Renfroe

    Dula

    Andrew Renfroe. : compositeur, Andrew Renfroe (guitare), Braxton Cook (saxophone alto), Taber Gable (claviers), Rick Rosato (contrebasse), Curtis Nowosad (batterie)
    Album Run in the Storm Label Autoproduction Année 2021
L'équipe de l'émission :