Open jazz
Magazine
Jeudi 20 janvier 2022
54 min

Keith Jarrett : « Expectations », 50 ans après

Cinq bandes son de leur époque. Cinq albums enregistrés qui bousculèrent l’ordre établi. On sortait des années exploratoires du free jazz et les révolutions musicale les plus conséquentes n’étaient vraiment pas là où on les attendait.

Keith Jarrett : « Expectations », 50 ans après
Keith Jarrett, © Getty / Didier Baverel

Au sommaire aujourd'hui

  • Keith Jarrett à la Une
50 ans après
50 ans après

🎷 Première avancée, la revendication d’une autonomie artistique du Tiers-Monde vis-à-vis de la norme étasunienne : le « Bolivia » de Gato Barbieri poursuit l’aventure amorcée par « The Thirld World » en 1969. Gato l’Argentin dessine une géographie du « pueblo unido jamas sera vencido » : un axe Cuba, Brésil, Bolivie, Argentine… Les bretons, les norvégiens et les sardes n’auront plus de complexes.

🎹 Seconde percée, la révolution intérieure, celle des sentiments, à contre-sens total des revendications sociétales. Quand Paul Bley enregistre un frissonnant « Open to Love » en solitaire, on croit rêver : lui l’un des acteurs de la « révolution d’octobre » du jazz new-yorkais huit ans plus tôt, lui qui libéra le trio piano-contrebasse-batterie de tous les carcans rythmiques ou harmoniques ! Et voilà qu’il ouvre un boulevard aux piano-solos de Keith Jarrett.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

🎺 Troisième tremblement de terre, l’éruption d’un ovni annoncé un peu plus tôt par « Bitches Brew ». Cette fois, avec « On the Corner », Miles Davis ne se contente pas d’électrifier le propos, il concocte un cocktail explosif, une fusion au plein sens du terme où Sly Stone et James Brown sont aussi influents que Karlheinz Stockhausen et Ornette Coleman. C’est rugueux, sale, insolent, rebelle. Désormais le funk ne quittera plus le Prince des Ténèbres.

🎹 Quatrième saut dans l’inconnu, l’un des albums les plus ambitieux et méconnus de Keith Jarrett : « Expectations ». Son titre est pourtant explicite, « les attentes ». Jarrett y augmente son brillant quartet américain d’une guitare, de percussions et surtout d’un ensemble de vents et de cordes. L’écriture bouscule les frontières esthétiques, le jeu des solistes est un ballet de feux follets. Rassemblant toutes les pièces de son puzzle, Jarrett propose paradoxalement une tabula rasa excitante.

🎹 Dernier volet, l’irruption de continents lointains, avec leurs instruments et leur propre spiritualité, dans l’univers afro-américain. C’est l’ancien pianiste du Coltrane mystique qui s’y colle, McCoy Tyner, avec « Sahara », son premier album chez Milestone. Il y joue du koto, de la flûte, des percussions et s’inspire de mélopées africaines et de couleurs japonisantes. En se décentrant, le jazz retrouve une raison d’être et légitime son universalité. Jazzmen de tous les pays, réunissez-vous…

L'équipe de l'émission :