Open jazz
Magazine
Vendredi 13 juin 2014
55 min

Keith Jarrett & Charlie Haden, la dernière danse

Parution de « Last Dance » de Keith Jarrett et Charlie Haden chez ECM.

Au sommaire aujourd'hui

Keith Jarrett et Charlie Haden à la Une

  • 10 CD à gagner en répondant correctement à la question posée par Alex Dutilh. Cliquez sur "contactez-nous " et laisser vos nom, prénom et adresse postale. 1 CD pour les 10 premières bonnes réponses. Bonne chance !
    Jazz au Trésor : Mark Murphy - Sings
    Jazz Agenda : semaine du 09 au 15 juin 2014
    Jazz Culture : "Look", roman de Romain Villet
    Jazz Bonus : Tatiana Parra & Vardan Ovsepian
    ► TOUS LES TITRES DIFFUSES SONT EN BAS DE PAGE A LA RUBRIQUE "PROGRAMMATION MUSICALE"

Ce disque a le charme d’une dernière danse, entre deux vieux partenaires. Au fil des années, dans les contextes les plus variés, Keith Jarrett et Charlie Haden ont inventé ensemble une musique tout bonnement exceptionnelle.

En compagnie du regretté Paul Motian, Haden a été le contrebassiste du premier grand trio de Jarrett et des disques comme par exemple « Life betweenthe Exit Signs » (paru en 1967 sur le label Vortex) ont ouvert à l’époque un univers sonore dont l’exploration semble inépuisable. Il faut dire que le jeune Jarrett s’est montré à cet instant clé de sa carrière d’une grande justesse dans le choix de ses partenaires. Jeune musicien prodigieusement doué, il comprend alors instinctivement que s’associer avec des musiciens riches d’expériences plus vastes va lui permettre de se mettre au défi et de libérer sa créativité.
Avec Haden, contrebassiste dont Ornette Coleman disait qu’“il joue la musique, pas le contexte ”, Jarrett comprend spontanément qu’il pourra aller n’importe où — de l’improvisation libre et mélodique à la création de compositions originales en passant par le répertoire des grands standards américains. Cette vaste gamme d’options ira encore s’élargissant lorsque Dewey Redman intègrera le groupe pour constituer ce fameux “quartet américain “ que d’aucuns s’accordent à considérer comme l’un des groupes les plus influents du jazz de l’époque. (On est encore saisi aujourd’hui par la créativité de cette musique dans les chefs-d’œuvre parus sur les labels Impulse et ECM comme The Survivors Suite et Eyes of the Heart, tous deux enregistrés en 1976).

Avec Garbarek et Jarrett, Haden va également faire partie de l’aventure du disque « Arbour Zena » (1975), magnifique composition de Jarrett pour orchestre à cordes et solistes (rééditée récemment en téléchargement, LP et CD et redécouverte avec émerveillement par la critique). Et lorsqu’il s’agira pour le contrebassiste d’enregistrer son premier album en leader avec « Closeness » (1976, A & M/Horizon), Jarrett fera bien entendu partie des heureux duettistes.

Après la dissolution du “quartet américain”, les chemins de Jarrett et Haden vont se séparer mais leurs carrières se développer de façon parallèle — Jarrett à la tête de son nouveau trio avec Gary Peacock et Jack DeJohnette tout comme Haden au sein du Quartet West (avec Ernie Watts, Alan Broadbent et Larance Marable), entreprenant de reconsidérer le répertoire traditionnel des standards dans des perspectives résolument contemporaines.

Au début de l’année 2007, Jarrett, sollicité par le réalisateur Reto Caduff, accepta de participer à son documentaire sur Haden “Rambling Boy ”, en confiant quelques uns de ses souvenirs intimes avec le contrebassiste. Cela mena naturellement à des retrouvailles et à une petite séance musicale informelle que les deux hommes apprécièrent tellement que Jarrett invita Haden dans la foulée à venir passer quelques jours chez lui pour enregistrer en duo de manière amicale. De ces séances naquit le disque « Jasmine » et aujourd’hui ce nouvel opus « Last Dance », dont le programme a été sélectionné en commun par les deux musiciens.
Par rapport à l’univers intimiste qui prévalait dans « Jasmine » le champ du répertoire s’est élargi ici jusqu’à accueillir des grands classiques du jazz comme “’Round Midnight ” de Thelonious Monk et “Dance Of The Infidels ” de Bud Powell. Pour autant les chansons d’amour demeurent la base de cette sélection et on y trouve des interprétations de référence de “My Old Flame ”, “My Ship ”, “It Might As Well Be Spring ”, “Everything Happens To Me ”, et “Every Time We Say Goodbye ” ainsi que de nouvelles versions de “Where Can I Go Without You ” et “Goodbye ”, tout aussi touchantes que dans « Jasmine ». “Quand on joue ensemble c’est comme si on chantait ” explique Jarrett à propos de sa connivence avec Haden. Et de fait le sens des chansons est toujours pris en compte ; c’est comme si les moindres nuances de la mélodie et des paroles trouvaient toujours leur traduction instrumentale. Charlie Haden donne la clé :“Keith m’écoute, réellement, et je l’écoute. C’est ça le secret : s’écouter !

La programmation musicale :

    Bonita

    Rudi FloresALBUM : « Tango, noche e guitarra »LABEL : Buda
    Bonita

    My Old Flame

    Keith Jarrett, Charlie HadenALBUM : « Last Dance »LABEL : ECM
    My Old Flame

    Señor Blues

    Mark MurphyALBUM : « Sings »LABEL : Fresh Sound
    Señor Blues

    Minha (All Mine)

    Bill EvansALBUM : « Montreux III »LABEL : Fantasy
    Minha (All Mine)

    Think Big

    Alexandre ThollonALBUM : « Opus 4 »LABEL : alexandrethollon.net
    Think Big

    Pitter Panther Patter

    Jimmy Blanton, Duke EllingtonALBUM : « Solos, Duets and Trios »LABEL : Bluebird
    Pitter Panther Patter

    Novembre, Part II

    David EnhcoALBUM : « La Horde »LABEL : Cristal
    Novembre, Part II

    Basin St. Blues

    Henry ButlerALBUM : « PiaNOLA Live »LABEL : Basin Street
    Basin St. Blues

    Zomb(i)ebop

    Samuel LernerALBUM : « Zomb(i)ebop »LABEL : Black & Blue
    Zomb(i)ebop

    Trompe l’œil

    Tatiana Parra, Vardan OvsepianALBUM : « Lighthouse »LABEL : vardanovsepian.com
    Trompe l’œil
L'équipe de l'émission :