Open jazz
Magazine
Mercredi 15 janvier 2014
55 min

Kate & Mike Westbrook croquent la pomme du paradis

Parution de « The Serpent Hit » de Kat et Mike Westbrook chez Westbrook.

Au sommaire aujourd'hui

Kate & Mike Westbrook à la Une
Jazz Agenda : 3 invitations pour 2 personnes à gagner pour le concert d'Elina Duni à la Dynamo de Banlieues Bleues à Pantin jeudi 16 janvier à 20h30. 1 place pour 2 aux trois premiers mails.
Jazz au Trésor : Buddy Bregman
Jazz Culture : Jazz in the Movies
Jazz Bonus : Aki Takase
Tous les titres diffusés sont en bas de page

Après une morsure de serpent, on ne peut plus revenir en arrière...
Le livret de Kate Westbrook raconte avec ironie, humour et regret la Chute de l'Homme dans un monde qu'il mène à sa propre destruction.
Les compositions de Mike Westbrook combinent la voix de Kate avec les saxophones de Andy Tweed, Chris Biscoe, Karen Street et Chris Caldwell, et la batterie de Simon Pearson.
Le résultat est un mélange de jazz, musique-théâtre, poésie, spectacles de rue et de visuels, riche et unique.

Le compositeur, pianiste et arrangeur Mike Westbrook et la parolière et chanteuse Kate Westbrook nous présentent leur dernière collaboration, « The Serpent Hit » – un regard vers un futur tourmenté. Le concert de lancement a eu lieu au Wilton’s Music Hall, à Londres, le 1er octobre 2013 ; c’était également une célébration de 40 ans de travail commun de ce couple anglais.
Pendant cette longue et étroite collaboration, les partenaires ont développé un répertoire impressionnant de créations originales, tout en adaptant en musique des œuvres de la poésie européenne et des textes médiévaux - un répertoire unique présenté en concert dans le monde entier.

L’écriture et la voix remarquables de Kate couvrent un large créneau de styles et de genres chantés en plusieurs langues : de l’opéra au cabaret, de la pop contemporaine au jazz. Le travail créatif de Mike est aussi éclectique et souvent interrogateur, menant de petits ensembles comme des big bands, fusionnant la musique classique et le jazz et créant les bases musicales adaptées pour les chansons, la poésie et les textes socio-politiques. Les sujets abordés vont des réflexions hantées sur l’histoire européenne (dans « London Bridge is broken down ») à la meilleure façon de réussir un « trifle » (soupe anglaise).
Cette fois-ci, la parolière nous livre un conte sur la chute de l’humanité dans un monde qui tend vers l’autodestruction. En dépit du fait que le sujet parait sombre et inquiétant, ce drame est rempli d’humour et de touches ironiques. Mis en musique pour le quintette des Westbrook, les saxophonistes Chris Biscoe, Chris Caldwell, Karen Street, Andy Tweed et le batteur Simon Pearson, la partition s’inspire d’une couleur musicale qui s’étend du jazz contemporain jusqu’au son traditionnel du Music Hall, tel qu’on l’entendait il y a 150 ans dans ce fameux « Wilton’s Magnificent New Music Hall », comme on l’appelait jadis.
Le soir du 1er octobre fut aussi l’occasion de rassembler sur scène le Westbrook trio avec le saxophoniste Chris Biscoe, fidèle collaborateur depuis trois décennies pour une première partie dédiée à des compositions de Mike Westbrook, d’adaptations de poésie et de standards du jazz.

Ailleurs sur le web

L'équipe de l'émission :