Open jazz
Magazine
Vendredi 5 juin 2020
54 min

John Scofield, l'hirondelle du printemps

Le guitariste John Scofield célèbre la musique de son ami et mentor Steve Swallow dans un enregistrement groovy à souhait. En avant-première de la sortie le 12 juin chez ECM.

John Scofield, l'hirondelle du printemps
John Scofield (devant), Bill Stewart, Steve Swallow (derrière), © Roberto Cifarelli / ECM

Au sommaire aujourd'hui

  • John Scofield à la Une

Swallow Tales” a été enregistré, en un jour à New York en mars 2019, “à l’ancienne” comme le dit John Scofield, tout en reconnaissant que plus de quarante ans d’amitié ont préparé à ce que ce disque atteigne ces hauteurs d’inspiration. John Scofield n’avait que 20 ans et étudiait encore à Berklee lorsqu’il rencontra et joua pour la première fois avec le bassiste, initiant une collaboration qui depuis n’a jamais cessé de se développer dans des contextes toujours changeants. 

« Swallow Tales »
« Swallow Tales »

J’adore ces morceaux”, confie John Scofield face à la sélection des compositions de Steve Swallow qu’il a choisi d’explorer ici – un répertoire d’une grande diversité comprenant des thèmes devenus des standards mais aussi une série d’œuvres moins connues. La connivence entre Scofield et Swallow éclate à chaque instant. John : “Parfois quand on joue c’est comme si on formait une seule et même grosse guitare !”

A la batterie, Bill Stewart fournit un environnement attentif à la moindre nuance et entièrement tourné vers l’interaction collective.  “Ce que fait Bill c’est bien plus que ‘jouer de la batterie,’” explique Scofield.  “Il nourrit la musique de sa veine mélodique, apporte son sens du contrepoint et de la composition, sans jamais oublier de swinguer vraiment très fort.” Le guitariste n’est pas en reste qui tout du long joue avec un mélange de fièvre et d’invention particulièrement réjouissant : “Ces deux géants m’amènent à exiger et atteindre le meilleur de moi-même.”

Les compositions de Steve Swallow, selon les propres dires du guitariste, “sont des véhicules parfaits pour l’improvisation. Les structures harmoniques sont toujours intéressantes – mais jamais ‘trop’ intéressantes ! Elles sont ancrées dans la réalité avec des cadences qui ont du sens. Ce ne sont jamais des exercices purement intellectuels, elles possèdent une vraie force mélodique. Ce sont des chansons plutôt que des ‘pièces’. Elles peuvent toutes être fredonnées.” 

“Swallow Tales” s’ouvre avec She Was Young, un morceau enregistré la première fois sur l’album ECM de Steve Swallow “Home”, en 1979, avec Sheila Jordan à la voix. Un certain nombre de morceaux abordés ici – comme Falling Grace, Portsmouth Configurations, ou encore Eiderdown – appartiennent au répertoire des groupes de Gary Burton des années 60. John Scofield, qui depuis le début leur voue une grande admiration, les a étudiées avec Burton et le compositeur au début des années 70, à l’époque où Steve Swallow était en train de faire la transition entre la contrebasse et la guitare basse électrique, se découvrant une nouvelle voix dans son exploration de l’amplification. Quand Scofield s’est lancé dans sa propre carrière personnelle en enregistrant ses premiers disques, Swallow faisait partie de son trio (avec Adam Nussbaum à la batterie). Profitant d’innombrables concerts le guitariste et le bassiste ont affiné leur complicité musicale — un processus qui n’a pas cessé au fil des ans dans un grand nombre de configurations orchestrales différentes. Scofield est par exemple présent sur l’album “Swallow” que Steve a fait paraître sur XtraWatt en 1991, tandis que Swallow apparaît sur de nombreux albums de Scofield – parmi lesquels le tout récent “Country For Old Men”, avec également Bill Stewart à la batterie. Partenaire fidèle du guitariste depuis le début des années 90, Stewart a débuté sa collaboration avec John dans son fameux quartet avec Joe Lovano, avant d’explorer avec lui au fil des années et des projets des territoires musicaux d’une grande diversité.

John Scofield a enregistré pour les labels de jazz come Impulse, Blue Note, Verve, Emarcy ou encore Gramavision. Ses apparitions sur ECM ont été peu fréquentes mais toujours mémorables. On le trouve sur deux albums du groupe Bass Desires de Marc Johnson – “Bass Desires” (enregistré en 1985) et “Second Sight” (1987) – dans lequel le guitariste partage la vedette avec Bill Frisell. Sur “Shades of Jade” (2004), un troisième album signé Marc Johnson, Scofield fait entendre sa complicité avec un autre partenaire de longue date, le saxophoniste Joe Lovano. Le double album live “Saudades” (enregistré en 2004), présente quant à lui Scofield en tant que membre du Trio Beyond, aux côtés de Jack DeJohnette et Larry Goldings, revisitant le répertoire du groupe Lifetime de Tony Williams.
(extrait du communiqué de presse)

“Swallow Tales” est son premier disque ECM en tant que leader.

Programmation musicale

18h07 - John Scofield  « Swallow Tales »
Portsmouth Figurations (Steve Swallow)
John Scofield (guitare), Steve Swallow (basse), Bill Stewart (batterie)
ECM 2679 

« Swallow Tales »
« Swallow Tales »

18h12 - John Scofield  « Swallow Tales »
Eiderdown (Steve Swallow)
John Scofield (guitare), Steve Swallow (basse), Bill Stewart (batterie)
ECM 2679

« Swallow Tales »
« Swallow Tales »

18h21 - Frédéric Favarel « Fred & (New) Friends »
If I Should Loose You (Leo Robin, Ralph Rainger)
Frédéric Favarel (guitare), Nicolas Moreaux (contrebasse), Gautier Garrigue (batterie)
We See Music 008-19  

« Fred & (New) Friends »
« Fred & (New) Friends »

18h25 - Ricardo Grilli  « 1962 »
Coyote (Ricardo Grilli)
Mark Turner (saxophone), Ricardo Grili (guitare), Kevin Hays (piano), Joe Martin (basse), Eric Harland (batterie)
Tone Rogue 888295974134 

« 1962 »
« 1962 »

18h33 - Wayne Shorter « Second Genesis »
Tenderfoot (Wayne Shorter)
Wayne Shorter (saxophone ténor), Cedar Walton (piano), Bob Cranshaw (contrebasse), Art Blakey (batterie)
Affinity Charly 121  

« Second Genesis »
« Second Genesis »

18h38 - Christy Doran's Sound Fountain  « Lift The Bar »
Lift The Bar (Christy Doran)
Christy Doran (guitare), Franco Fontanarrosa (basse), Lukas Mantel (batterie)
Between The Lines 71249 

« Lift The Bar »
« Lift The Bar »

18h47 - Aïrés  « Aïrés »
L'histoire d'un enfant de Saint-Agil (Édouard Ferlet)
Airelle Besson (trompette), Edouard Ferlet (piano), Stéphane Kerecki (contrebasse)
Alpha 172314

« Aïrés »
« Aïrés »

18h51 - Matthew Tavares, Leland Whitty  « Visions »
Through the Looking Glass (Matthew Tavares, Leland Whitty)
Leland Whitty (saxophone), Matthew Tavares (piano), Julian Anderson-Bowes (basse), Matthew Chalmers (batterie)
Mr Bongo 206

« Visions »
« Visions »

18h54 - Dave Miller « Dave Miller »
Deep Moraine (Dave Miller)
Dave Miller (guitare), Dan Pierson (claviers), Matt Ulery (Fender basse), Devin Drobka (batterie), Juan Pastor (percussions), Mikel Avery (percussions)
Autoprod

 « Dave Miller »
« Dave Miller »
L'équipe de l'émission :