Open jazz
Magazine
Vendredi 23 mai 2014
55 min

Jimmy Giuffre joue frais : les inédits de 1965

Deux concerts inédits enregistrés à New York en 1965 par le clarinettiste et saxophoniste culte, disparu en 2008.

Au sommaire aujourd'hui

Jimmy Giuffre à la Une
Jazz au Trésor : Terry Gibbs - Plays The Duke
Jazz Agenda : semaine du 19 au 25 mais 2014
Jazz Culture : Jazz News juin 2014
Jazz Trotter : Trio Ivoire
Jazz Bonus : Big Band Côte Sud
TOUS LES TITRES DIFFUSES SONT EN BAS DE PAGE A LA RUBRIQUE "PROGRAMMATION MUSICALE"

Ce sont les albums "Fusion" et "Thesis" du trio de Jimmy Giuffre avec Paul Bley et Steve Swallow en 1961 qui déclenchèrent la passion pour le jazz de Manfred Eicher, le patron du label ECM. Et sa vocation de producteur en approchant le jazz en petite formation exactement comme une musique de chambre…

Que Jimmy Giuffre ait ainsi pu être involontairement à la source d'une multitude de chefs d'œuvres depuis les années 70 témoigne bien de son statut : un musicien à contre-courant, largement sous-estimé (sauf par tous les clarinettistes de la planète jazz) et constamment en recherche d'expérimentation. Dilatation de compositions embryonnaires, prééminence de l'échange dans le discours collectif, audace dans les traits d'improvisation, dans les timbres sollicités, liberté rythmique en s'affranchissant souvent de la présence d'un batteur…

Jimmy Giuffre fut un précurseur sans discours théorique. Né à Dallas (en 1921), mais issu de la West Coast, il mena dans les années 50 et 60 une sorte de révolution de velours vis à vis des codes dominants du jazz. Faisant dans la dentelle en pleine hégémonie hard bop et dans le clair obscur lors de la tonitruante vague free. L'élégante douceur et la fluidité de ses inventions ont su convaincre Shorty Rodgers, Shelly Manne, Bob Brookmeyer, Jim Hall, Paul Bley ou Steve Swallow de converser avec lui et ont fini par apparaitre comme intemporelles.

Entre 1963 et 72, il n'enregistre aucun disque, se consacre à l'enseignement et donne quelques rares apparitions en club. Avec ces deux concerts inédits de 1965 à New York, agrémentés d'un livret de 28 pages, c'est donc un document de premier plan que dévoilera le 10 juin Elemental Music (dist. Distrijazz) sous la houlette de Zev Feldman (qui avait déjà participé à l'édition des inédits de Bill Evans ou Wes Montgomery chez Resonance Records).

19 mai 1965 au Wolman Auditorium de la Columbia University
Jimmy Giuffre (clarinette, sax ténor)
Don Friedman (piano)
Barre Phillips (contrebasse)
Joe Chambers (batterie)

3 septembre 1965 au Judson Hall
Jimmy Giuffre (clarinette, sax ténor)
Richard Davis (contrebasse)
Joe Chambers (batterie)

À lire, une story consacrée à Jimmy Giuffre par Stéphane Ollivier dans le n° de mai de Jazz Magazine.

La programmation musicale :

    Don’t Stop The Carnival

    Sonny RollinsALBUM : « Road Shows, Vol 3 »LABEL : Okeh
    Don’t Stop The Carnival

    Yiri Yiri Bon

    ALBUM : « ¡ Hasta siempre Beny ! »
    Yiri Yiri Bon

    Last Chance

    Andy Emler, Claude Tchamitchian, Eric EchampardALBUM : « Sad and Beautiful »LABEL : La Buissonne
    Last Chance

    Iranic

    Jimmy GiuffreALBUM : « Jimmy Giuffre »LABEL : Capitol
    Iranic

    Träumerei

    Thomas EnhcoALBUM : « Fireflies »LABEL : Label Bleu
    Träumerei

    Jours de fête

    Jean-pierre ComoALBUM : « Boléro »LABEL : Absilone
    Jours de fête

    Sophisticated Lady

    Terry GibbsALBUM : « Plays The Duke »LABEL : Avid Jazz
    Sophisticated Lady

    Timbuktu

    Hans LüdemannALBUM : « Timbuktu »LABEL : Intuition
    Timbuktu

    I’m Beginning To See The Dark

    Eric BarretALBUM : « New Shapes »LABEL : Charlotte Prod.
    I’m Beginning To See The Dark

    Cry, Want

    Jimmy GiuffreALBUM : « The Jimmy Giuffre 3 & 4 »LABEL : Elemental Music
    Cry, Want

    Quadrangle

    Jimmy GiuffreALBUM : « The Jimmy Giuffre 3 & 4 »LABEL : Elemental Music
    Quadrangle
L'équipe de l'émission :