Open jazz
Magazine
Mardi 25 mai 2021
54 min

James Brandon Lewis, l'ode au botaniste Carver

“Jesup Wagon” est la nouvelle œuvre issue de l'esprit créatif du saxophoniste ténor James Brandon Lewis. Pour son neuvième album, il dirige le Red Lily Quintet, un ensemble intergénérationnel réuni spécialement pour ce projet.

 James Brandon Lewis, l'ode au botaniste Carver
James Brandon Lewis, © Diane Alford

Au sommaire aujourdhui

  • James Brandon Lewis à la Une

Élu saxophoniste ténor Rising Star dans le référendum annuel des critiques du magazine Down Beat en 2020, James Brandon Lewis accélère son évolution sur la scène du jazz new-yorkais avec “Jesup Wagon” qui paraît chez Tao Forms, une évocation de la vie et de l'héritage de George Washington Carver, l'homme de la Renaissance afro-américaine du début du XIXe siècle. L'album se compose de sept morceaux qui, pris ensemble, créent un portrait d'une clarté et d'une profondeur étonnantes.

« Jesup Wagon »
« Jesup Wagon »

Cet enregistrement, le huitième de James Brandon Lewis, présente de nombreuses particularités, à commencer par les illustrations somptueuses, dont une reproduction sur la pochette du dessin de Carver lui-même représentant le Jesup Agricultural Wagon, qui figure sur une photographie au dos de la pochette, créant un dialogue entre représentation et abstraction que James Brandon Lewis modélise dans la musique.

Les notes de pochette sont rarement signées par des célébrités, mais celles de “Jesup Wagon” sont livrées par le grand historien américain de l'UCLA Robin D.G. Kelley, qui a publié en 2009 la biographie définitive de Thelonious Monk, “Thelonious Monk : The Life and Times of an American Original”. Ses notes contiennent de nombreux détails historiques sur Carver, notamment dans leur rapport aux compositions.  Le fait que Robin D.G. Kelley ait accepté de les écrire en dit long sur la puissance de la musique de l'album, que Robin D.G. Kelley qualifie de "révélation".

Si le terme "révélation" est un mot couramment utilisé pour décrire des maîtres comme John Coltrane, Albert Ayler, Pharoah Sanders et Dewey Redman, alors il s'applique facilement au saxophone de James Brandon Lewis, qui étudie avec passion ces maîtres et d'autres aînés. Mais si son jeu est caractérisé par une énergie sans limite, il est également fondé sur un sens profond de la narration. C'est pourquoi il est attiré par les histoires, comme celle de Carver, ou par les théories, comme sa propre Molecular Systematic Music, utilisée sur son album précédent, “Molecular”. de 2020 paru chez Intakt, ou à des genres artistiques tels que le surréalisme, modélisé par Lewis sur An UnRuly Manifesto de 2019.

"Comment pouvez-vous transmettre ces choses avec seulement du son ?" demande James Brandon Lewis. "Cela ne m'intéresse pas d'aller en studio juste pour le plaisir d'enregistrer. Comment faire pour que la musique ait une image sonore ? Toutes ces choses qui m'intéressent sont innées dans mon être."

Le Red Lily Quintet a aidé James Brandon Lewis à exprimer tout cela sur “Jesup Wagon”. la section rythmique du bassiste William Parker et du batteur Chad Taylor est complétée par le cornettiste Kirk Knuffke et le violoncelliste Chris Hoffman. William Parker, dont James Brandon Lewis dit qu'il "s'est occupé de moi depuis que je suis arrivé à New York", est un génie de la contrebasse qui a joué avec Cecil Taylor pendant 11 ans d'affilée. Il est également un homme de la renaissance à part entière. Chad Taylor, "l'un des batteurs les plus mélodiques avec lesquels j'ai jamais joué", dit James Brandon Lewis, est orinaire de Chicago qui a donné à New York une partie de l'énergie et de l’intensité pour lesquels la ville des vents est connue. Kirk Knuffke est l'un des rares cornettistes de New York. Il a utilisé le timbre espiègle de cet instrument de manière explosive sur des dizaines de disques des grands noms du jazz new-yorkais. Chris Hoffman a fait ses armes en jouant la musique exigeante de Henry Threadgill dans quelques groupes du saxophoniste et a travaillé avec des artistes aussi divers que Yoko Ono, Marc Ribot et Marianne Faithful.

James Brandon Lewis a grandi à Buffalo, qu'il qualifie de "ville groove" où l'on trouve des "travailleurs acharnés" comme Grover Washington Jr, Charles Gayle, Rick James et Ani DiFranco, entre autres. Il commence à jouer de la clarinette à 9 ans, passe au saxophone alto à 12 ans, puis au ténor à 15 ans. Il a fréquenté l'université Howard à Washington, D.C., où il a étudié les bases du jazz, puis s'inscrit à Cal Arts en Californie du Sud, où il travaille avec des grands noms comme Wadada Leo Smith, Charlie Haden et Joe LaBarbara. Après avoir obtenu sa maîtrise en beaux-arts, il a fait une résidence au Banff International Workshop in Jazz and Creative Music, où il a travaillé avec les trompettistes Wadada Leo Smith et Dave Douglas, la pianiste Angelica Sanchez et le saxophoniste Tony Malaby, entre autres. C'est à Banff qu'il a plongé dans le monde du free jazz, poursuivant dans cette veine lors d'une résidence à l'Atlantic Center for Arts dirigée par le Zé pianiste new-yorkais Matthew Shipp.

"Matthew m'a fait jouer sans piano ni guitare", raconte James Brandon Lewis. "Cela m'a donné un coup de fouet. Je pouvais simplement suivre une ligne mélodique sans aucune contrainte harmonique."

Shipp et quelques autres l'ont attiré à New York en 2012, où il a rapidement sympathisé avec les artistes de pointe qui s'y trouvaient, notamment le batteur Gerald Cleaver et William Parker. Son deuxième album, « Divine Travels », sorti en 2014, fait appel à ces deux derniers musiciens. Deux albums qu'il a réalisés en duo avec Chad Taylor - « Radiant Imprints » (2018) et « Live in Willisau » (2020) - ont démontré que James Brandon Lewis n'hésitait pas à danser sur le même terrain sauvage que celui où John Coltrane s'est aventuré avec ses disques de la dernière période où l'on retrouve Rashied Ali à la batterie, bien que James Brandon Lewis affirme que l'inspiration venait plutôt du duo de Dewey Redman et Ed Blackwell, « Red and Black in Willisau » , enregistré en concert en 1980. "Chad et moi avons sympathisé sur ce morceau", dit James Brandon Lewis..

James Brandon Lewis a également une affinité pour les textes, comme en témoignent quelques courtes récitations placées au bon moment sur “Jesup Wagon”. "La musique est suffisante. Mais plus je vieillis, plus il est important pour moi que l'auditeur entende ma voix", dit-il. "Cela rend les choses plus organiques. J'aime raconter une histoire avec un album".

La poésie n'est qu'une des nombreuses obsessions de James Brandon Lewis, qui comprend également la peinture, le hip-hop et la philosophie. "Tous les gens que j'admire ont ce genre de profondeur", dit James Brandon Lewis. "William Parker, Oliver Lake, Yusef Lateef, tous ces artistes incroyables. George Washington Carver était un musicien, un peintre, un écrivain prolifique, en plus de ce que la plupart des gens connaissent de lui." Et maintenant, James Brandon Lewis nous livre “Jesup Wagon”, un recueil de poèmes sonores - ou, comme Ellington aurait pu les appeler, de "parallèles sonores" -- Duke étant l'instigateur de ce type de jazz centré sur un sujet. La poésie en musique, c'est ce que nous offre ce nouveau disque de James Brandon Lewis.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)

La programmation musicale :
  • 18h08
    Jesup wagon - JAMES BRANDON LEWIS, RED LILY QUINTET
    James Brandon Lewis Red Lily Quintet

    Jesup Wagon

    James Brandon Lewis. : compositeur, James Brandon Lewis (saxophone ténor), Kirk Knuffke (cornet), Chris Hoffman (violoncelle), William Parker (basse), Chad Taylor (batterie)
    Album Jesup Wagon Label Tao Forms (TAO05) Année 2021
  • 18h16
    Chemurgy - JAMES BRANDON LEWIS, RED LILY QUINTET
    James Brandon Lewis Red Lily Quintet

    Chemurgy

    James Brandon Lewis. : compositeur, James Brandon Lewis (saxophone ténor), Kirk Knuffke (cornet), Chris Hoffman (violoncelle), William Parker (gimbri), Chad Taylor (batterie)
    Album Jesup Wagon Label Tao Forms (TAO05) Année 2021
  • 18h28
    Rush hour - GREG GERMANN
    Greg Germann

    Rush Hour

    Greg Germann. : compositeur, Greg Germann (batterie), Donny McCaslin (saxophone ténor), Luis Perdomo (piano), Yasushi Nakamura (basse), Chelsea Forgenie (voix)
    Album Tales of Time Label Origin (82823) Année 2021
  • 18h34
    My funny valentine - MARVIN GAYE
    Marvin Gaye

    My Funny Valentine

    Richard Rogers. : compositeur, Lorenz Hart. : compositeur, Marvin Gaye (voix)
    Album Pride and Joy Label Wagram Music Année 2021
  • 18h38
    Witchcraft - MARVIN GAYE
    Marvin Gaye

    Witchcraft

    Cy Coleman. : compositeur, Carolyn Leigh. : compositeur, Marvin Gaye (voix)
    Album Pride and Joy Label Wagram Music Année 2021
  • 18h41
    Every little thing she does is magic - VINCENT PEIRANI
    Vincent Peirani

    Every Little Thing She Does is Magic

    The Police. : compositeur, Vincent Peirani (accodéon), Vincent Lê Quang (saxophone soprano)
    Album Gunung sebatu Label Zig Zag Territoires (ZZT) Année 2009
  • 18h44
    Jt - AIRELLE BESSON
    Airelle Besson

    J. T.

    Sebastien Sternal. : compositeur, Airelle Besson (trompette), Sebastien Sternal (piano), Jonas Burgwinkel (batterie)
    Album Airelle Besson invite Vincent Segal Sebastian, Sternal & Jonas Burgwinkel Label Jazz Sous Les Pommiers (282) Année 2017
  • 18h49
    Shivering timbers - FLORIAN WEISS' WOODOISM
    Florian Weiss' Woodoism

    Shivering Timbers

    Florian Weiss. : compositeur, Florian Weiss (trombone), Linus Amstad (saxophone alto), Valentin Von Fischer (contrebasse), Philipp Leibundgut (batterie)
    Album Alternate Reality Label Nwog (036) Année 2021
  • 18h54
    Hymn to freedom - HASSE POULSEN , THOMAS FRYLAND
    Hasse Poulsen & Thomas Fryland

    Hymn to Freedom

    Oscar Peterson. : compositeur, Hasse Poulsen (guitare), Thomas Fryland (bugle)
    Album Dream a World Label Das Kapital (CD20A14) Année 2021
L'équipe de l'émission :